Ancien français

VALLET

Étymologie

Le mot est issu du latin populaire *vasselitum, diminutif du bas latin *vassum, « serviteur », lui-même formé sur le celtique *vasso.

Ancienne langue

  • Fondamentalement, le valet évoque un « homme, souvent jeune, et nécessairement non marié » (les hommes se marient tard au Moyen Âge), qu’il soit d’origine aristocratique ou roturière. Par spécialisation, le nom peut désigner un « jeune gentilhomme qui n’a pas encore été armé chevalier et qui est placé près d’un seigneur pour l’apprentissage de la chevalerie ».
  • Parallèlement, passant de l’idée de service féodal à celle de domesticité, souvent péjorative, valet prend dès le XIIe siècle l’acception de « domestique, serviteur ». Cette valeur ne semble s’imposer qu’au XVIe siècle car, en ancien comme en moyen français, l’idée de service reste attachée à celle de noblesse. Le valet était en général un « officier d’une maison royale ou princière ». Ce sens a pu se spécialiser dans le domaine professionnel : vallet est alors utilisé pour désigner un « apprenti, aide du patron ».

Évolution jusqu’au français moderne

  • Dès le XVIe siècle, le mot s’emploie avec une nuance péjorative. Les syntagmesvalet désigne un « homme employé pour effectuer certains travaux » se multiplient : valet de chambre, valet de cuisine, valet d’écurie, valet de ferme, etc.
  • Cette idée de service et de péjoration se retrouve à partir des XVIe – XVIIe siècles dans les emplois où le mot désigne un ustensile qui rend un service, facilite un travail :
    • Dès le XVe siècle, valet désigne un morceau de fer coudé servant à maintenir une pièce de menuiserie sur l’établi ;
    • Au XXe siècle, il peut prendre le sens de « cintre monté sur pieds et pourvu d’accessoires, sur lequel on place ses vêtements quand on se déshabille ».

Conseils de lecture

Vocabulaire d’ancien français Fiches de vocabulaire
Vocabulaire d’ancien français
Fiches de vocabulaire
→ Bibliographie pour le Capes de lettres

Liens Internet