Définir une problématique

Cette fiche a été rédigée par Jean-Luc.

Nous devons parfois exposer de manière organisée nos idées à l’occasion d’un exercice scolaire ou pour des travaux professionnels. Chaque fois que nous sommes amenés à rédiger l’expression d’une pensée subtile qui répond à un sujet de dissertation ou à l’analyse de textes littéraires, chaque fois que nous sommes appelés à présenter un projet ou à étudier une situation complexe, nous devons produire une argumentation qui corresponde à un thème et à une thèse clairement identifiés.
Avant d’écrire le résultat de notre réflexion, nous devons procéder à un examen attentif du problème qui est soumis à notre sagacité.
La problématique est la première formulation qui résulte de cette observation préalable.
Cette fiche de méthode se propose d’examiner la formulation d’une problématique pour des exercices scolaires.

Quelques rappels préalables

Le sujet de dissertation

Le sujet de dissertation est généralement composé

  • d’une citation,
  • d’une question,
  • d’une consigne de rédaction.

Exemple :

  • Une citation (facultative) : « Aussi vaine que les nuages, aussi nécessaire que le pain, la poésie n’est plus forcément une maîtresse d’illusions. Elle peut être aussi, elle doit être surtout la réalité profonde prise aux mots, une vérité qui se fait chant. »
  • une question : Trouvez-vous que ces propos définissent correctement toute ambition poétique ?
  • une consigne (facultative) : Vous répondrez en vous appuyant sur les textes du corpus et sur d’autres œuvres que vous connaissez.

Le commentaire de texte

Le texte à commenter est issu d’un corpus. Le sujet précise éventuellement les bornes de l’extrait à analyser à l’intérieur du texte. Il propose éventuellement un ou plusieurs axes d’étude.

Exemple :

  • désignation du texte : Vous commenterez le texte
  • désignation des bornes (facultative) : depuis « Le sultan Yaya possédait une gazelle » jusqu’à « l’enveloppa dans son manteau et s’enfuit » (ligne 1 à 29),
  • proposition d’axes d’étude (facultative) : en vous aidant du parcours de lecture suivant :
    • Vous analyserez comment le narrateur capte l’attention du lecteur.
    • Vous étudierez les caractéristiques et les fonctions de la gazelle dans ce passage.

À quoi sert la problématique ?

Pour le sujet de dissertation

  • Identifier précisément les notions en jeu,
  • délimiter l’application du sujet,
  • orienter l’argumentation,
  • reformuler ce qui a été perçu et compris.

Dans la dissertation, la problématique a pour fonction première de baliser le terrain, c’est-à-dire d’identifier les concepts en jeu, de les définir précisément. Dans un deuxième temps, elle va essayer de mettre en valeur les tensions qui résultent de leur affrontement. Elle va permettre dans un troisième temps un discours intelligent, cultivé et si possible original qui ne va pas apporter une réponse définitive, mais plutôt déplacer les limites et ouvrir d’autres champs d’investigation.
Pour la dissertation, la problématique permet donc à l’étudiant d’avancer dans la future réponse à la question probable (question réelle augmentée des connotations techniques ou culturelles) de manière

  • prudente, en s’efforçant de limiter le sujet pour ne pas se perdre dans des généralités mal maîtrisées,
  • habile, en valorisant les acquis techniques et culturels.

Pour le commentaire de texte

Pour cet exercice, on peut rencontrer le terme de parcours de lecture qui me semble préférable à celui de problématique. En effet dans l’analyse d’un texte littéraire, il s’agit moins de donner son avis circonstancié sur un sujet que de rendre compte des intentions d’un auteur.
La problématique ou, mieux, le parcours de lecture cherchera donc à identifier des hypothèses de sens, une compréhension possible du texte littéraire.

  • Identifier le thème, le genre littéraire, le registre du texte,
  • proposer un cheminement, une perspective conformes aux intentions (implicites ou explicites) de l’auteur.

Lorsque les axes sont proposés, l’étudiant doit trouver la formulation d’un parcours de lecture qui puisse les englober. Dans l’exemple de sujet cité plus haut, ce parcours aurait pu être l’art de la description au service du récit apologétique ou le récit oriental entre merveilleux et réalité…

La formulation de la problématique

Pour le sujet de dissertation

Il faut d’abord rechercher les notions clés. On souligne les mots importants et laisse vagabonder son esprit au gré des notions qu’ils évoquent. Pour le sujet cité plus haut,
La poésie = une forme ou un genre littéraire ?
Nuages = illusions, évasion, contraire de réalité, luxe.
Pain = nourriture, réalité, nécessité.
Réalité profonde = aspects cachés, vérité + chant, musique.

On examine ensuite les relations qu’ils entretiennent entre eux, les tensions qui naissent de leur rapprochement. Ici la poésie est liée aux notions de réalité et d’illusion, d’enracinement et d’évasion, de vérité et de mensonge, de nourriture et d’agrément, de nécessité et de futilité, d’utilité et de gratuité, d’apparent et de dissimulé…
Il faut alors ramasser dans l’expression la plus synthétique possible le rendu de ces notions et de leurs liens, en général antithétiques.
Il en résulte une question à laquelle répondra l’argumentation organisée sous forme de plan.
Une problématique n’est pas une question fermée à laquelle on répond par oui ou par non : la poésie est-elle évasion ? Elle n’est pas non plus l’occasion de répondre par une liste d’items sans lien entre eux : Qu’est-ce que la poésie ? C’est la versification, la chanson, l’épopée…
La problématique est correctement formulée quand les réponses qu’elle appelle sont multiples et nuancées. Elle commence en général par les mots pourquoi ? en quoi ? comment ? dans quelle mesure ? quels rapports ? quels liens ?

Cette question est formulée au moyen

  • d’une interrogation directe : Dans quelle mesure la poésie doit-elle s’incarner dans la réalité afin de faire chanter les mots de tous les jours ?
  • ou d’une interrogative indirecte : Nous nous demanderons dans quelle mesure la poésie doit s’incarner dans la réalité afin de faire chanter les mots de tous les jours.

Cette question prend place

  • après la situation du sujet et l’énoncé du sujet,
  • avant l’annonce du plan qui est la réponse logique à cette question.

Pour le commentaire de texte

Le parcours de lecture ne peut être défini qu’après avoir répondu aux trois premières des cinq questions préalables (voir la fiche de méthode du commentaire composé) :

  • Quel est le thème du texte ? Peut-il être mis en relation avec l’œuvre dont le texte est extrait, avec le titre de l’œuvre, avec l’auteur, avec l’époque ?
  • Quel est son genre littéraire (poésie, théâtre, roman…) son type (argumentatif, narratif, descriptif…) ?
  • Quelle est sa tonalité ou registre littéraire (comique, tragique, lyrique, pathétique, ironique, épique…) ?

Ce parcours est formulé au moyen

  • d’une interrogation directe : Comment ce texte de type descriptif constitue-t-il une pause dans un récit à visée apologétique ?
  • ou d’une affirmation : Il s’agit ici d’un texte de type descriptif constituant une pause dans un récit à visée apologétique.

Cette annonce prend place

  • après la situation du texte à commenter,
  • avant l’annonce du plan qui indique les axes (ou parties), dans l’ordre où ils vont apparaître.

Lectures suggérées

Le commentaire en français  La dissertation en français
A. Geyssant, I. Lasfargue-Galvez et C. Raucy, Le commentaire en français.
A. Lemeunier, La dissertation en français, Hatier.

Liens Internet