L’écriture d’invention

Le sujet d’invention

Qu’est-ce que le sujet d’invention ?

Avec le commentaire et la dissertation, l’écriture d’invention est le troisième sujet de l’épreuve anticipée de français (eaf) à l’écrit. Selon les textes officiels,

l’écriture d’invention contribue […] à tester l’aptitude du candidat à lire et comprendre un texte, à en saisir les enjeux, à percevoir les caractères singuliers de son écriture. Elle permet au candidat de mettre en œuvre d’autres formes d’écriture que celle de la dissertation ou du commentaire. Il doit écrire un texte, en liaison avec celui ou ceux du corpus, et en fonction d’un certain nombre de consignes rendues explicites par le libellé du sujet.
L’exercice se fonde […] sur une lecture intelligente et sensible du corpus, et exige du candidat qu’il se soit approprié la spécificité des textes dont il dispose (langue, style, pensée), afin d’être capable de les reproduire, de les prolonger, de s’en démarquer ou de les critiquer. […]
L’écriture d’invention peut prendre des formes variées. Elle peut s’exercer dans un cadre argumentatif :

  • article (éditorial, article polémique, article critique, droit de réponse…) ;
  • lettre (correspondance avec un destinataire défini dans le libellé du sujet, lettre destinée au courrier des lecteurs, lettre ouverte, lettre fictive d’un des personnages présents dans un des textes du corpus, etc.) ;
  • monologue délibératif ; dialogue (y compris le dialogue théâtral) ; discours devant une assemblée ;
  • récit à visée argumentative sous forme de fable, d’apologue…

Mais, lorsqu’elle concerne le genre narratif, elle peut s’appuyer sur des consignes impliquant les transformations suivantes :

  • des transpositions : changements de genre, de registre, ou de point de vue ;
  • ou des amplifications : insertion d’une description ou d’un dialogue dans un récit, poursuite d’un texte, développement d’une ellipse narrative…

Source : http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=57469

L’écriture d’invention est donc un sujet qui consiste à inventer, c’est-à-dire, selon le TLFi :

« Trouver par la force de l’imagination créatrice et réaliser le premier quelque chose de nouveau. »

Il s’agit, pour le sujet d’invention, de produire un texte nouveau en respectant des contraintes. On peut vous demander d’écrire un article, une lettre, un monologue ou un dialogue, un discours, un récit à visée argumentative, etc. Toutes ces formes d’écriture ont des spécificités qui leur sont propres et il convient donc, si vous choisissez ce sujet, de les identifier (en principe, elles sont exprimées dans le sujet) et de les respecter. Pour cela, évidemment, il est nécessaire de les connaître. Et pour connaître ces formes d’écriture, il faut les avoir déjà rencontrées, ce que le programme de première propose.

Le texte que vous devez produire, et cela est écrit dans les textes officiels, doit avoir un lien avec « celui ou ceux du corpus », en conséquence de quoi il peut vous être demandé de :

  • prendre appui sur le ou les texte(s) du corpus ;
  • de répondre au(x) texte(s) ;
  • de contredire le (ou les) texte(s) ;
  • d’imiter le (ou les) texte(s) ;
  • de transposer le (ou les) texte(s) ;
  • etc.

Réussir le sujet d’invention

Pour réussir l’écriture d’invention, il faut prendre garde à respecter quelques principes. En effet, bien que ce sujet puisse vous paraître « séduisant » pour de multiples raisons, il exige, comme les deux autres sujets d’ailleurs, de la méthode. En réalité, c’est un exercice aussi difficile (sinon plus ?) que les deux autres.

Tout d’abord, il faut s’assurer qu’on a bien identifié le genre du texte à produire : le sujet demande-t-il d’écrire une lettre, un article, une scène de théâtre ?

Ensuite, il faut respecter les contraintes exprimées dans le sujet. Lisez bien les instructions contenues dans le sujet car c’est sur ce respect des consignes que vous serez, entre autres critères, évalué.

Si vous lisez bien le sujet, vous serez en mesure de connaître la situation d’énonciation, c’est-à-dire : qui parle ? à qui ? dans quelle circonstance ?

De même, interrogez-vous sur le registre (= ton du texte - il s’agit de produire une émotion particulière sur le destinataire du message) à adopter dans votre texte : devez-vous écrire un éloge ? devez-vous défendre ou critiquer des idées ? À chaque registre correspondent des formes d’écriture particulières. Par exemple, si vous devez faire l’éloge de quelqu’un, il convient d’utiliser un vocabulaire propre à la louange, une ponctuation expressive, des figures de style appropriées, etc. Parfois, des registres différents peuvent être utilisés dans un même texte.

Il faut aussi ne pas oublier les textes de votre corpus pour écrire votre texte. Lisez-les très attentivement car ils peuvent vous servir d’illustration pour écrire votre propre texte. Identifiez tous les procédés littéraires  et tentez de les imiter si vous avez affaire, par exemple, à une lettre et qu’il vous est demandé d’y répondre. Il en est de même si vous devez écrire une parodie : le texte que vous devez parodier (c’est la référence) est fondamental ; comment pourrait-on parodier un texte dont on n’a pas compris les procédés d’écriture sur lesquels il repose ?

Enfin, le vocabulaire doit être adapté au type de texte que avez à écrire. Il existe plusieurs niveaux de langue : langue soutenue, langue courante et langue familière. Il convient donc de réfléchir au niveau de langue que vous devez utiliser. Les consignes contenues dans le sujet peuvent vous aider à choisir le niveau de langue adéquat.

Forum bac français ►

Conseils de lecture

Réussir le bac français  Fiches de révision pour le bac de français  Le bac de français  L’oral du bac de français
100 recettes pour réussir le bac français
Bac de français : fiches de révision
Le bac de français pour les nuls
L’oral du bac de français