L’histoire comme genre littéraire au XIXe siècle

Au XIXe siècle, le roman, le théâtre et l’histoire sont complémentaires : ils permettent de mettre en scène le passé des hommes. L’un des grands historiens du XIXe est Augustin Thierry (1795-1856), celui-ci considère que le roman historique est incarné par Walter Scott (1771-1832) et par Chateaubriand. Les romans historiques qui apparaissent au cours de ce siècle sont nombreux avec :

À partir de 1870, la littérature se sépare de l’histoire.

Plusieurs tendances dans l’histoire

  • Histoire chronique (ou histoire narrative)
    • Barante (1782-1866), Histoire des ducs de Bourgogne
  • Histoire philosophique : elle essaie de dégager les grandes tendances du devenir de l’humanité. Ce type d’histoire a son semblable au XVIIIe avec Montesquieu.
    • François Guizot (1787-1874), Histoire de la civilisation en France et Histoire de la civilisation en Europe.
  • L’encyclopédie de la vie humaine avec Michelet (1798-1874)

Michelet Fils d’un imprimeur, Jules Michelet devient agrégé des lettres et professeur à l’École normale. En 1831, il est chef de la section historique des Archives nationales. À partir de 1838, il occupe la chaire d’histoire au Collège de France.
De 1833 à 1846, il écrit son Histoire de France (six tomes). De 1847 à 1853, il rédige son Histoire de la Révolution française. Michelet se rendit compte de l’oppression des peuples par l’absolutisme. De 1855 à 1867, il reprend son Histoire de France (de la Renaissance à la Révolution française). En 1856, il écrit L’Oiseau, puis L’Insecte, La Mer et La Montagne. Michelet y décrit l’unité de l’univers, tout comme il a voulu le faire en écrivant l’histoire de France : faire du monde une unité.

La mission de l’historien

À l’époque, la période d’avant 1789 n’était pas ressentie comme appartenant à l’histoire de France, mais était ressentie comme une période d’oppression.

Des efforts sont alors faits pour mettre en valeur une unité dans l’histoire :

  • symboliquement, un musée est créé dans la palais du Louvre (on y admire désormais le talent du peintre, et non plus le monarque) ;
  • les cathédrales deviennent un lieu de rassemblement plutôt qu’un lieu de sacre.

→ C’est le même effort que doit faire l’historien : rechercher une unité pour rassembler les Français. Pour Michelet, écrire l’histoire, c’est comme « bercer une poupée », c’est-à-dire redonner vie aux non animés.
Il y a donc une mission collective de l’historien ; la littérature devient d’intérêt public, utile.

Conseils de lecture

La littérature française Histoire de la littérature française
La littérature française
Histoire de la littérature française