Subjonctif plus-que-parfait dans la subordonnée

Une contribution de Michel.

Dans les exemples suivants, la proposition rectrice est au passé de l’indicatif ou du subjonctif :

« […] je regretterai que le port où vous nous avez fait aborder, n’ait pas été un écueil pour toute notre flotte, afin que ceux qui fussent échappés du naufrage, n’eussent pu partir d’un pays, où l’on voit ce qu’on ne saurait sans doute voir en nul autre lieu du monde » (Mlle de Scudéry, Le Grand Cyrus, partie 8, livre 2), « Après qu’elle eut enduré près d’une demi-heure que Pisistrate se fût plaint avec exagération des désordres de la République, elle l’interrompit brusquement » (ibidem, partie 9, livre 3), « Il [le cardinal Mazarin] me fit une espèce de galimatias par lequel, sans me l’oser toutefois dire, il eût été bien aise que j’eusse conçu qu’il y avait eu des raisons toutes nouvelles qui avaient obligé la Reine à se porter à la résolution que l’on avait prise » (Retz, Mémoires, page 88).

« Mademoiselle du Plessis nous honore souvent de sa présence ; elle disait hier qu’en basse Bretagne on faisait une chère admirable, et qu’aux noces de sa belle-sœur on avait mangé pour un jour douze cents pièces de rôti : nous demeurâmes tous comme des gens de pierre. Je pris courage et lui dis : “Mademoiselle, pensez-y bien ; n’est-ce point douze pièces de rôti que vous voulez dire ? On se trompe quelquefois.” − “Non, Madame, c’est douze cents pièces ou onze cents ; je ne peux pas vous assurer si c’est onze ou douze, de peur de mentir, mais enfin je sais bien que c’est l’un ou l’autre.” Et le répéta vingt fois ; et n’en voulut jamais rabattre un seul poulet. Nous trouvâmes qu’il fallait qu’ils fussent pour le moins trois cents piqueurs pour piquer menu [c’est-à-dire, pour garnir extérieurement la viande de menus lardons], et que le lieu fût en un grand pré où l’on eût fait dresser des tentes ; et que, s’ils n’eussent été que cinquante, il eût fallu qu’ils eussent commencé un mois auparavant. Ce propos de table était bon ; vous en auriez été contente. N’avez-vous point quelque exagéreuse comme celle-là » (Mme de Sévigné, lettre à Mme de Grignan du 15 juillet 1671).

« Il me paraissait si impossible que Manon m’eût trahi, que je craignais de lui faire injure en la soupçonnant » (1, page 46), « Mais la conviction était trop forte, elle l’emporta sur toutes mes protestations, quoique ce fût la première fois qu’on m’eût trouvé tant d’audace à mentir » (2, page 49), « Le hasard seconda si bien mon humeur pudique, que j’avais plus de trente ans avant que j’eusse jeté les yeux sur aucun de ces dangereux livres » (2, page 74), « Huit jours après, elle m’envoya des bonbons et des gants ; ce qui m’eût paru fort galant, si je n’eusse appris en même temps qu’elle était mariée, et que ce voyage, dont il lui avait plu de me faire honneur, était pour acheter ses habits de noces » (2, page 61), « Cependant, si j’eusse été surpris, que de coups, que d’injures, quels traitements cruels n’eussé-je point essuyés, tandis que le misérable, en me démentant, eût été cru sur parole » (2, page 66), « Mme de Warens, qu’il appelait sa fille, eût pu lui ressembler [à l’évêque de Bernex] encore dans sa retraite, si son goût ne l’eût détournée de l’oisiveté d’un couvent » (2, page 86), « Mais elle me parlait d’un ton si touchant de l’affliction de mon père, qu’on voyait bien qu’elle [Mme de Warens] eût approuvé que j’allasse le consoler » (2, page 88), « J’ai vu la lettre par laquelle il [le Roi] demanda au garde des Sceaux sa démission ; elle contenait les témoignages les plus flatteurs de satisfaction et de regret, tels qu’il eût pu les exprimer à un ministre qui eût pris volontairement le parti de la retraite et que l’on eût en vain cherché à retenir » (Sallier, Annales françaises, page 66), « Si cette procédure n’a pas produit une seule preuve que mon père eût répandu de l’argent parmi le peuple, ce défaut de preuves, après une instruction juridique aussi longue et aussi détaillée, est une preuve positive que mon père n’en avait pas répandu » (4, page 59), « Cette disposition à se séparer de mon père, et à lui marquer, si ce n’est de la malveillance, au moins une grande indifférence, se manifesta dès le mois de septembre 1789 avant que l’Assemblée eût quitté Versailles » (4, page 116), « La position du Roi rendait très improbable qu’il pût donner des ordres contradictoires à ceux de l’Assemblée nationale, avant qu’elle ne lui eût elle-même rendu l’exercice de l’autorité royale, plus ou moins limité par l’établissement de la Constitution » (4, page 199), « Ceci avait assez imposé aux ministres du Roi pour qu’ils n’eussent pas osé insister sur l’exécution immédiate des ordres des généraux en chef » (5, page 91), « Il est probable que le Roi voulait temporiser avec l’Assemblée et avec Paris jusqu’à ce que les armées étrangères fussent arrivées dans la capitale, car personne ne doutait à la Cour qu’elles n’y arrivassent aisément » (5, page 99), « Quoiqu’il fût notoire que mon père n’eût jamais eu aucune connection quelconque avec les Girondins, et qu’au contraire, ils avaient toujours été ses adversaires, et même ses ennemis politiques, ce fut néanmoins sur le même acte d’accusation, et sur les mêmes chefs, que mon père fut condamné comme eux, et subit le même sort quelques jours plus tard » (5, page 311), « Je crois que si ma lettre était parvenue au président, et qu’elle fût devenue publique avant que la Convention eût voté la suspension, elle aurait pu déterminer l’exécution du décret, et notre départ pour l’Amérique » (5, page 313), « Il fallait, à coup sûr, que j’eusse terminé cet ouvrage avant son retour, pour qu’il ne se fâchât pas ».

Dans les exemples suivants, la proposition rectrice est au présent de l’indicatif ou du subjonctif :

« Il n’est pas possible que de lui-même il n’eût fait quelque effort pour me retenir, ou qu’il n’eût été tenté de me suivre » (2, page 77), « D’après cela [le manque de liberté de la presse], il est facile de concevoir que dans un moment aussi critique, où à chaque minute il se passait des évènements de la plus grande importance, le Palais-Royal fût devenu un véritable club public, et un foyer terrible d’enthousiasme et de fermentation » (4, page 55), « Il ne paraît pas que le Roi eût délégué aucun pouvoir à ses frères, ni encore moins aux autres Princes émigrés » (4, page 218), « Ce qu’il [Louis XIV] eût fait pour son autorité, que Votre Majesté le fasse pour le maintien de la Constitution ! » (Thiers, Histoire de la Révolution française, livre 5), « C’est par cette forêt [d’Argonne] que l’ennemi devait pénétrer pour se rendre à Châlons, et prendre ensuite la route de Paris. Avec un projet pareil, il est étonnant qu’il n’eût pas songé encore à en occuper les principaux passages » (Thiers, Histoire de la Révolution française, livre 8).

Voici maintenant des exemples de proposition rectrice au conditionnel, et de proposition subordonnée au subjonctif plus-que-parfait :

« Je ne vous retiens point ; marchez contre mon maître : / Je voudrais seulement qu’on vous l’eût fait connaître, / Et que la renommée eût voulu, par pitié, / De ses exploits au moins vous conter la moitié » (Racine, Alexandre le Grand, acte II, scène 2), « Ô dieux ! dieux ! serait-il possible que Manon m’eût trahi, et qu’elle eût cessé de m’aimer ! » (1, page 52), « Je jetai les yeux sur la fille qui était devant moi : elle était extrêmement jolie, et j’aurais souhaité qu’elle l’eût été assez pour me rendre parjure et infidèle à mon tour » (1, page 134), « Auriez-vous souffert qu’on l’eût arrachée de vos bras ? » (1, page 164), « Je voudrais que vous eussiez fini quand je reviendrai ».

Rappelons que certaines propositions nécessitant le subjonctif peuvent aisément être tournées de manière à remplacer le subjonctif par un conditionnel passé, et qu’alors le verbe de la proposition est au subjonctif plus-que-parfait. Il s’agit là d’un autre usage, d’ailleurs fort courant, du subjonctif plus-que-parfait, dont on a vu ci-dessus de nombreux exemples. En voici d’autres :

« Elle eût pu renoncer à sa liberté si on lui eût permis de la sentir, et il eût fallu la conduire, et non pas la précipiter, dans le bien » (Bossuet, Oraison d’Anne de Gonzague), « Il est vrai que, comme il se mêlait sans doute à cela quelque instinct précoce du sexe, le même châtiment [la fessée] reçu de son frère ne m’eût point du tout paru plaisant » (2, page 45), « Mon père, homme de plaisir, mais galant à la vieille mode, n’a jamais tenu, près des femmes qu’il aimait le plus, des propos dont une vierge eût pu rougir » (2, page 46), « J’ai même peine à croire que j’eusse volé quand même j’aurais eu des passions plus coûteuses » (2, page 73).

Parfois, après si et comme si, le subjonctif plus-que-parfait pourrait être remplacé par un plus-que-parfait de l’indicatif :

« […] le bien de mes peuples ne me permettant plus de me choisir un mari, j’ai voulu vous faire savoir que je suis résolue de faire assembler les états généraux du royaume, et d’en recevoir un par le suffrage universel de mes sujets. S’ils sont raisonnables, vous aurez peut-être leurs voix, comme je vous eusse donné la mienne, si l’on m’eût laissé la liberté » (Mlle de Scudéry, Le Grand Cyrus, partie 2, livre 2), « Si c’eût été l’œil droit, dit-il, je l’aurais guéri ; mais les plaies de l’œil gauche sont incurables » (Voltaire, Zadig, chapitre 1), « Si Mlle Goton m’eût ordonné de me jeter dans les flammes, je crois qu’à l’instant j’aurais obéi » (2, page 60), « Si l’on m’eût laissé revenir à moi-même, j’aurais infailliblement tout déclaré » (2, page 127), « Quelquefois je tenais à peine ce papier, ou je le tenais comme si j’eusse voulu le déchirer, ou je le serrais violemment comme si j’avais été tentée de le froisser et de le jeter loin de moi » (3, page 47), « Peut-être m’auriez-vous trouvée plus soumise à vos volontés, si vous m’eussiez instruite plus tôt de quelques circonstances qu’il était difficile que je soupçonnasse » (3, page 57), « Ces trois religieuses qui me conduisaient m’entraînaient, les unes par les bras, tandis que d’autres me retenaient par derrière, comme si j’avais résisté, et que j’eusse répugné à entrer dans l’église » (3, page 110), « Si ce jeune homme n’eût pas été le neveu de Giroudeau, Philippe lui aurait appliqué une paire de soufflets » (7, partie 1, chapitre 6), « Ma tante le frictionna avec une serviette éponge, en le tournant et la retournant comme s’il se fût agi d’un objet » (14, chapitre 9), « J’essayais de prouver qu’un départ aussi brutal n’était pas réalisable, comme s’il eût été possible de retarder la rentrée des classes » (14, chapitre 9).

Retour au sommaire

Conseils de lecture

Grammaire Le français de A à Z
Grammaire, Le Robert et Nathan.
Pratique du français de A à Z, Hatier.

Liens Internet