Les déterminants dans la langue classique (généralités)

Les déterminants possessifs

Dans la langue contemporaine, nous n’avons que des formes atones (c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’accent tonique) : Mon école.
Dans la langue classique, les formes toniques peuvent être employées comme des déterminants du substantif : Une mienne cousine.
Bien sûr, en français contemporain, on peut trouver [Cette faveur est sienne. (= C’est sa faveur.)], mais il ne s’agit pas d’un déterminant : c’est un adjectif possessif.
Rappelons que le possessif marque le rapport de l’objet avec la personne (bien que l’appellation possessif ne soit pas toujours appropriée : mon quartier) :

  • Déterminant possessif : mon livre ;
  • Adjectif possessif : ce livre est Ø mien (cette construction est plutôt rare) ;
  • Pronom possessif : ce livre est le mien.

Notons également que, contrairement à l’anglais ou à l’allemand, les possessifs en français n’indiquent pas le genre du possesseur.

Les déterminants démonstratifs

Déictiques : les déictiques sont des marques linguistiques qui ne peuvent être comprises que par rapport à la situation d’énonciation. Exemples : ici, hier, là, etc.
Formes composées : à l’origine, les formes composées (par exemple : ce garçon-ci ou ce garçon-là) sont des formes déictiques. Aujourd’hui, leur champ d’emplois est élargi.
Emplois du XVIIe siècle :

  • On peut trouver le provincialisme cet homme ici pour cet homme-ci.
  • Et des formes accentuées, plutôt en moyen français : cettui (masculin) et cestui (féminin). Si l’on trouve ces formes très anciennes chez La Fontaine, c’est parce que son style est archaïsant.

Les déterminants complémentaires

Ils peuvent se combiner avec d’autres déterminants.

Les déterminants indéfinis

  • TOUT : Au XVIIe siècle, tout devant un adjectif, devant un nom ou le tout adverbial → il y a accord. Vaugelas demande ensuite l’accord seulement au féminin singulier (une toute autre personne). En français moderne, tout ne s’accorde jamais devant un adjectif qui commence par une voyelle (c’est une tout autre histoire).
  • QUELQUE. Exemple : en quelque lieu qu’il soit. (indéfini quel + relatif que). À l’origine, on avait en quel lieu qu’il soit. Au XVIIe siècle, il y a accord : quelques riches qu’ils soient.
  • MÊME. À l’origine, c’est mêmes. Il peut fonctionner comme déterminant ou comme adverbe (valeur de renforcement). Au XVIIe, il y a confusion :
    • Sais-tu que ce vieillard fut la même vertu […] ?
    • → pour signifier l’analogie ou l’ipséité, on trouve donc, indifféremment, la vertu même et la même vertu.

Les adjectifs interrogatifs

  • Il y a confusion entre quel et qui dans une structure attributive.
  • En français moderne, qui interroge sur l’identité et quel sur la qualité.
  • Dans la langue classique, on trouve indifféremment :
    • Quel est l’ennui ?
    • et Qui est l’ennui ?
    • Autre exemple : Quel est donc, Seigneur, cet époux ?

Conseils de lecture

Grammaire du français classique Grammaire du français classique et moderne
Grammaire du français classique
Grammaire du français classique et moderne

Voir aussi

Liens Internet