Ronsard, Vous mesprisez nature...

Bonjour tt le monde!

Je suis en 3ème année de Lettres Moderns et mardi, j'ai mon premier exercice type Oral CAPES. Je dois analyser un texte de Ronsard, le XXXVIII du Second Livre des Amours, le voici:

Vous mesprisez nature: estes vous si cruelle
De ne vouloir aimer? Voyez les Passereaux
Qui demenent l'amour, voyez les Colombeaux,
Regardez le Ramier, voyez la Tourterelle:
Voyez deçà delà d'une fretillante aile
Voleter par les bois les amoureux oiseaux,
Voyez la jeune vigne embrasser les ormeaux,
Et toute chose rire en la saison nouvelle.
Icy la bergerette en tournant son fuseau
Desgoise ses amours, et là le pastoureau
Respond à sa chanson, icy toute chose aime:
Tout arle de l'amour, tout s'en veut enflamer:
Seulement vostre coeur froid d'une glace extreme
Demeure opiniastre, et ne veut point aimer.

Je suis en train de travailler dessus, et je voudrais savoir si je suis sur la bonne voie je vais vous donner la problèmatique que je prévois et les quelques idées jetées sur le papier.

Pb: De quelle manière Ronsard tente-t-il de convaincre son destinataire de se laisser prendre par le sentiment amoureux?

Idées:

- Le lien entre amour et Nature
- Refus de l'amour = mépris de la nature
- Vocabulaire: verbes du regard
- Signification des noms d'oiseaux
- Analyse métrique


J'aurai ensuite une question, que signifie les verbe "Desgoise"?

Merci d'avance, je vous indiquerez mon plan dès que je l'aurai!

Ronsard, Vous mesprisez nature...

Bonjour Morgane,

DÉGOISER, verbe trans.
A. Vx. [En parlant des oiseaux] Chanter.
Emploi abs. Allons, dégoisez!  Insolent!  Mais, chère madame, « dégoiser » se dit du ramage des oiseaux (RENARD, Journal, 1891, p. 89).
[…]
Prononc. et Orth. : [degwaze], (je) dégoise [degwa:z]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Fin XIIIe s. [ms.] réfl. en a. fr. « chanter, en parlant des oiseaux » (Trad. du Traité de Fauconnerie de l'empereur Frédéric II, ms. P, 170 vo cité par G. Tilander ds Z. rom. Philol., t. 46, 1926, p. 255); XIVe s. «parler, dire, débiter (rapidement) » (G. GUIART, II, 7171 ds T.-L.). Dér. du rad. de gosier*; préf. dé-*; dés. -er.

(le ramage, c'est le chant des oiseaux).

Muriel