Hugo, Les Misérables, I, IV, chapitre 3, L'Alouette

bonsoir,j'ai un commentaire organisé sur un extrait des miserables
je suis en seconde et c'est mon premier commentaire et j'ai besoin d'aide je ne sais pas quoi dire voila le texte:

La Thénardier étant méchante pour Cosette, Éponine et Azelma furent méchantes. Les enfants, à cet âge, ne sont que des exemplaires de la mère. Le format est plus petit, voilà tout.

Une année s’écoula, puis une autre.

On disait dans le village :

— Ces Thénardier sont de braves gens. Ils ne sont pas riches, et ils élèvent un pauvre enfant qu’on leur a abandonné chez eux !

On croyait Cosette oubliée par sa mère.

Cependant le Thénardier, ayant appris par on ne sait quelles voies obscures que l’enfant était probablement bâtard et que la mère ne pouvait l’avouer, exigea quinze francs par mois, disant que « la créature » grandissait et « mangeait », et menaçant de la renvoyer. « Qu’elle ne m’embête pas ! s’écriait-il, je lui bombarde son mioche tout au beau milieu de ses cachoteries. Il me faut de l’augmentation. » La mère paya les quinze francs.

D’année en année, l’enfant grandit, et sa misère aussi.

Tant que Cosette fut toute petite, elle fut le souffre-douleur des deux autres enfants ; dès qu’elle se mit à se développer un peu, c’est-à-dire avant même qu’elle eût cinq ans, elle devint la servante de la maison.

Cinq ans, dira-t-on, c’est invraisemblable. Hélas, c’est vrai. La souffrance sociale commence à tout âge.

N’avons-nous pas vu, récemment, le procès d’un nommé Dumolard, orphelin devenu bandit, qui, dès l’âge de cinq ans, disent les documents officiels, étant seul au monde « travaillait pour vivre, et volait ».

On fit faire à Cosette les commissions, balayer les chambres, la cour, la rue, laver la vaisselle, porter même des fardeaux. Les Thénardier se crurent d’autant plus autorisés à agir ainsi que la mère qui était toujours à Montreuil-sur-mer commença à mal payer. Quelques mois restèrent en souffrance.

Si cette mère fût revenue à Montfermeil au bout de ces trois années, elle n’eût point reconnu son enfant. Cosette, si jolie et si fraîche à son arrivée dans cette maison, était maintenant maigre et blême. Elle avait je ne sais quelle allure inquiète. « Sournoise ! » disaient les Thénardier.

L’injustice l’avait faite hargneuse et la misère l’avait rendue laide. Il ne lui restait plus que ses beaux yeux qui faisaient peine, parce que, grands comme ils étaient, il semblait qu’on y vît une plus grande quantité de tristesse.

C’était une chose navrante de voir, l’hiver, ce pauvre enfant, qui n’avait pas encore six ans, grelottant sous de vieilles loques de toile trouées, balayer la rue avant le jour avec un énorme balai dans ses petites mains rouges et une larme dans ses grands yeux.

Dans le pays on l’appelait l’Alouette. Le peuple, qui aime les figures, s’était plu à nommer de ce nom ce petit être pas plus gros qu’un oiseau, tremblant, effarouché et frissonnant, éveillé le premier chaque matin dans la maison et dans le village, toujours dans la rue ou dans les champs avant l’aube. Seulement la pauvre Alouette ne chantait jamais.

La prof nous a donné un plan
1)Un recit pathetique
2)un recit au service des idées
Introduction
Partie1 intro partielle
sous partie 1
sous partie 2
conclusion partielle
Partie2:idem
Conclusion
aidez moi s’il vous plaît!merci

Hugo, Les Misérables, I, IV, chapitre 3, L'Alouette

Le prof vous a donné ce plan pour vous aider
1)Un récit pathétique
Cherche en quoi ce récit est pathétique
2)un récit au service des idées
Quelles idées ?

Hugo, Les Misérables, I, IV, chapitre 3, L'Alouette

bonjour c'est encore moi . je n'arrive pas a trouver d'idées pour les sous parties de la première partie .sI vous pouviez me donner des idées.MERCIre bonjour j'aireussi a faire la premiere partie mais pour la deuxieme je ne comprend pas.Quelles sont les idées?Merci d'avance