1

Dans quelle mesure l'homme est-il auteur de son histoire ?

merci
bonne soirée

2

Dans quelle mesure l'homme est-il auteur de son histoire ?

Bonsoir Gabrielle,

La question qui est évoquée est celle des déterminismes historiques. L'homme est pour une part conditionné par son époque, la société dans laquelle il vit, la conscience qu'il a de l'importance de sa propre existence.

Mais l'homme est aussi doté d'une liberté qui lui permet des choix limités mais réels qui auront une influence certaine sur le cours de sa vie et de l'Histoire tout court. Par exemple, par l'expression de son vote, il peut influer sur les événements politiques qui, à leur tour, interagiront sur sa destinée individuelle. La principale difficulté réside dans l'atomisation de ces actes individuels (à moins d'avoir des responsabilités prédominantes) et de la conscience individuelle de la portée comme de la valeur de ces actes.

3

Dans quelle mesure l'homme est-il auteur de son histoire ?

merci beaucoup,

Et qu'en pense Sartre? Il pense que les hommes sont plutôt acteur de leur histoire, non? à moins que ce ne soit Hegel...

4

Dans quelle mesure l'homme est-il auteur de son histoire ?

Sartre était un existentialiste. Il pensait que l'être n'était pas donné, mais à construire.

5

Dans quelle mesure l'homme est-il auteur de son histoire ?

société?

6

Dans quelle mesure l'homme est-il auteur de son histoire ?

Pour Hegel, cette grille d'analyse n'a finalement pas de sens : l'homme est-il acteur ou auteur de son histoire ? En effet "une fin supérieure se réalise pleinement dans l'histoire malgré l'absence de collaboration des êtres humains." C'est-à-dire que l'action propre humaine ne pèse pas lourd face à un déterminisme externe métaphysique : l'avènement de l'Esprit.

7

Dans quelle mesure l'homme est-il auteur de son histoire ?

Merci,

et Aron que pensait-il? que les hommes étaient auteurs de leur histoire, n'est ce pas?

8

Dans quelle mesure l'homme est-il auteur de son histoire ?

Nous n'allons pas passer tous les penseurs en revue.

Raymond Aron, libéral dans l'âme et contempteur des totalitarismes, le marxisme tout particulièrement (Marx s'est inspiré de la dialectique de Hegel pour bâtir sa mécanique déterministe de la lutte des classes), ne peut croire qu'en la liberté humaine et en des hommes auteurs de leur destin.

Ici sur Wikipedia.