1

Baudelaire, Les Petites Vieilles

vBonjour,
je suis en seconde et on m'a demandé de réaliser un commentaire littéraire sur "les petites vieilles" de Charles Baudelaire.
de " A Victor Hugo .... Infortune allaita!"
Je na sais pas quoi choisir comme problématique et comme plan
Si vous pouviez m'aider ce serais avec joie
Merci d'avance!

À Victor Hugo
   
   I
   
    Dans les plis sinueux des vieilles capitales,
    Où tout, même l'horreur, tourne aux enchantements,
    Je guette, obéissant à mes humeurs fatales,
    Des êtres singuliers, décrépits et charmants.
   
    Ces monstres disloqués furent jadis des femmes,
    Éponyme ou Laïs ! Monstres brisés, bossus
    Ou tordus, aimons-les ! Ce sont encor des âmes.
    Sous des jupons troués et sous de froids tissus
   
    Ils rampent, flagellés par les bises iniques,
    Frémissant au fracas roulant des omnibus,
    Et serrant sur leur flanc, ainsi que des reliques,
    Un petit sac brodé de fleurs ou de rébus ;
   
    Ils trottent, tout pareils à des marionnettes ;
    Se traînent, comme font les animaux blessés,
    Ou dansent, sans vouloir danser, pauvres sonnettes
    Où se pend un Démon sans pitié ! Tout cassés
   
    Qu'ils sont, ils ont des yeux perçants comme une vrille,
    Luisants comme ces trous où l'eau dort dans la nuit ;
    Ils ont les yeux divins de la petite fille
    Qui s'étonne et qui rit à tout ce qui reluit.
   
    - Avez-vous observé que maints cercueils de vieilles
    Sont presque aussi petits que celui d'un enfant ?
    La mort savante met dans ces bières pareilles
    Un symbole d'un goût bizarre et captivant,
   
    Et lorsque j'entrevois un fantôme débile
    Traversant de Paris le fourmillant tableau,
    Il me semble toujours que cet être fragile
    S'en va tout doucement vers un nouveau berceau ;
   
    À moins que, méditant sur la géométrie,
    Je ne cherche, à l'aspect de ces membres discords,
    Combien de fois il faut que l'ouvrier varie
    La forme d'une boîte où l'on met tous ces corps.
   
    - Ces yeux sont des puits faits d'un million de larmes,
    Des creusets qu'un métal refroidi pailleta...
    Ces yeux mystérieux ont d'invincibles charmes
    Pour celui que l'austère Infortune allaita !

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

2

Baudelaire, Les Petites Vieilles

Bonsoir,

Allons-y pour la problématique : Pourquoi les petites vieilles excitent-elles la curiosité de Baudelaire au point qu'il demande de les aimer ?

Elles pourraient bien être des images de l'inévitable défaite humaine.

3

Baudelaire, Les Petites Vieilles

merci pour ta réponse
Une amie m'en a donnée une aussi : "Comment Baudelaire fait-il le rapprochement entre la laideur et la beauté des vieilles femmes?"

Parait-elle correcte et interessante?
Si oui quelqu'un pourrait m'aider à chercher le pan de cette problématique?

Merci d'avance !!

4

Baudelaire, Les Petites Vieilles

Bonjours a tout le monde ! voila je doit rendre demain un commentaire littéraire sur "les petites vieilles" (Les fleurs du mal) de Baudelaire. Seulement je suis bloqué je n'arrive même pas a trouvé ma problématique, je cherche depuis 13h30 donc j'aimerais savoir quels sont vos idées !? J'espère que vous pouvez m'aider ! Merci d'avance

Voici la partie des "petites vieilles" que je doit etudier :

Telles vous cheminez, stoïques et sans plaintes,
A travers le chaos des vivantes cités,
Mères au coeur saignant, courtisanes ou saintes,
Dont autrefois les noms par tous étaient cités.

Vous qui fûtes la grâce ou qui fûtes la gloire,
Nul ne vous reconnaît ! un ivrogne incivil
Vous insulte en passant d'un amour dérisoire ;
Sur vos talons gambade un enfant lâche et vil.

Honteuses d'exister, ombres ratatinées,
Peureuses, le dos bas, vous côtoyez les murs ;
Et nul ne vous salue, étranges destinées !
Débris d'humanité pour l'éternité mûrs !

Mais moi, moi qui de loin tendrement vous surveille,
L'oeil inquiet, fixé sur vos pas incertains,
Tout comme si j'étais votre père, ô merveille !
Je goûte à votre insu des plaisirs clandestins :

Je vois s'épanouir vos passions novices ;
Sombres ou lumineux, je vis vos jours perdus ;
Mon coeur multiplié jouit de tous vos vices !
Mon âme resplendit de toutes vos vertus !

Ruines ! ma famille ! ô cerveaux congénères !
Je vous fais chaque soir un solennel adieu !
Où serez-vous demain, Eves octogénaires,
Sur qui pèse la griffe effroyable de Dieu ?

Baudelaire, Les Petites Vieilles

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

5

Baudelaire, Les Petites Vieilles

mon sujet n'a pas été traité car celui qui avait besoin d'aide étudie pas la même partie que moi !

Si personne ne peut m'aider bah tempis 

Baudelaire, Les Petites Vieilles

Bonjour Nadège,

Ta demande a été déposée à 15h47... un peu de patience...

D'autre part, ta demande (toujours hors charte) est indépendante de celle qui précède, c'est le poème étudié qui compte pour le titre de la discussion.

Muriel

7

Baudelaire, Les Petites Vieilles

désolé mais je suis nouvelle donc je ne connais pas trop !

Bien sur j'ai de la patience mais seulement je commence a la perdre mais pas parce que personne ne me répond mais parce que je suis même pas fichus de trouvé ma problématique  je pensais a :

Peut on dire que ce poème est une Fleurs du mal ?

Mais c'est un peu trop simple non ?

Baudelaire, Les Petites Vieilles

Certes, les petites vieilles ne sont pas très "Spleen", mais les Fleurs ne sont pas que ça.

1857, mort de  Musset. Pas de Révolution. Pas de guerre. Pas de crise économique.

9

Baudelaire, Les Petites Vieilles

donc la problématique a laquelle je pensais n'est pas bonne ?!?

10

Baudelaire, Les Petites Vieilles

Ta problématique est bonne, si tu arrives à la développer