Les choses qui m'inculquent

Bonjour,

j'ai toujours tendance à écrire "les choses qui me sont inculquées", vu que c'est un verbe transitif direct. Pourtant, hier j'ai vu écrire "les choses qui m'inculquent" par mon maître. Serais-je donc à même de juger cette tournure fautive ?

Merci de tout renseignement.

ip.

Les choses qui m'inculquent

Bonjour !

Inculquer ne peut avoir pour SUJET qu'une personne, à savoir celle qui enseigne, et pour COD que la matière enseignée.

Il n'est donc pas grammatical de dire :
* ° Le participe passé inculque les élèves.
→ Le maître inculque le participe passé à ses élèves.
→ Le participe passé est inculqué par le maître à ses élèves.

Définition donnée par le Petit Robert :
Faire entrer quelque chose dans l'esprit d'une façon durable, profonde.
→ Apprendre, enseigner ; graver, imprimer (dans l'esprit).

A mon avis, on peut, par extension, écrire :
* La grammaire nous (COI) inculque (enseigne) le participe passé.

Les choses qui m'inculquent

Merci Edy,

Cela veut-il dire que mon prof s'est bien trompé ?

ip.

Les choses qui m'inculquent

Je ne veux pas accabler votre professeur.
Pour être respectueux, je dirai que sa tournure est suspecte.
Expliquez-le-lui avec diplomatie, sur le mode interrogatif.

Les choses qui m'inculquent

"les choses qui m'inculquent"

A mon avis il manque un COD dans la phrase.

Les choses qui m'inculquent

Ce n'est pas l'absence de COD qui pose problème, c'est le fait que, avec le verbe inculquer, on emploie comme sujet la matière enseignée alors que ce devrait être l'enseignant.

C'est l'enseignant qui inculque les matières aux élèves.
Et non :
Ce sont les matières qui inculquent les élèves.

Les choses qui m'inculquent

Merci beaucoup de vos opinions,

Et là, M. Edy me rejoins. Je dirais "les matières qui me sont inculquées (par les enseignants)".

ip.

Les choses qui m'inculquent

En effet, la séquence 'les choses qui m'inculquent" est suspecte, comme l'indique diplomatiquement Edy. 
Normalement, le sujet d'inculquer est l'enseignant.  Ce qui devrait être possible, toutefois, est une tournure réfléchie à sens passif 'les choses (qui) s'inculquent à moi', signifiant plus ou moins 'j'apprends les choses par le fait qu'ils se manifestent'.  Votre maître voulait peut-être dire un telle signification à la phrase

Les choses qui m'inculquent

Effectivement, Petrus, si l'on admet la tournure passive :
* Les matières sont inculquées.
on devrait pouvoir dire la même chose en faisant du verbe un pronominal de sens passif :
* Les matières s'inculquent.
Mais cela ne paraît ni naturel ni usuel.

Et ceci :
* Les matières m'ont été inculquées.
→ ° Les matières se sont inculquées à moi... (Bizarre !)

Cordialement,
Edy

10

Les choses qui m'inculquent

Je me demande si le verbe inculquer pourrait exister sous la forme transitive indirecte (c'est-à-dire inculquer à quelqu'un). S'il était le cas, l'emploie de "les choses qui m'inculquent" serait en mesure de trouver une place. Mais ça reste dans l'irréalité, à ce qui me paraît.

ip.