1

Toute comédie n'est qu'un long apologue

Bonjour!

Je suis un élève de première (S) et je dois écrire une dissertation  sur le sujet suivant:

"Toute comédie n'est qu'un long apologue" disait Beaumarchais dans la préface du Mariage de Figaro.
Vous vous demanderez si toute oeuvre comique a pour but de transmettre une morale.

J'ai fait un plan et commencé sa rédaction, le voici:

I: la fonction première de la comédie est de provoquer le rire (recherche du rire, types de comiques...)

II: mais la comédie peut cependant apporter une morale (montrer et corriger les moeurs/société)

III: la raison d'être d'une comédie est avant tout de plaire (comme le disait Molière dans la Critique de l'Ecole des femmes), le rire et la morale sont des fonctions secondaires qui se rejoignent dans le but de plaire, elles ne sont pas la finalité de la comédie, n'étant pas présentes dans toutes les comédies (comédies de Corneille sans rire, théâtre burlesque n'apporte pas de morale).

Je conçois que ma troisième partie est discutable (mais la discussion et l'argumentation ne sont ils pas le but même d'une dissertation?), c'est pourquoi j'aimerais demander votre avis sur mon plan, et particulièrement sur ma troisième partie. Auriez vous des suggestions pour l'améliorer?

Merci d'avance,
Daniel

Toute comédie n'est qu'un long apologue

Ton plan est bon, tu as antithèse/thèse/synthèse ; c'est parfait (classiquement on fait TH/ATH/ STH, mais tu n'es pas obligé) 

Toute comédie n'est qu'un long apologue

Enfin un plan dialectique qui tient la route, avec 3 parties équilibrées et construites! 

4

Toute comédie n'est qu'un long apologue

Merci pour vos réponses!
Je me sens plus rassuré.

J'avais pensé étudier la fonction du rire dans la comédie en premier car celle-ci me semblait plus évidente que la fonction morale de la comédie.
Je vais à présent essayer de terminer la rédaction (notamment celle de ma troisième partie).

Daniel

Toute comédie n'est qu'un long apologue

Tu as tout-à-fait raison de commencer par le rire, vu que c'est la première fonction (du moins apparente) de la comédie