21

Hugo, Les Orientales, XVIII, L'enfant

Voilà j'ai deux analyse de textes à faire (avec des questions) .... Mais je ne suis pas sûr de mes résultats et des questions me posent problèmes c'est donc pour cela que je vous demande votre aide ...

Voici le premier texte :

Les Turcs ont passé là. Tout est ruine et deuil.
Chio, l'île des vins, n'est plus qu'un sombre écueil,
Chio, qu'ombrageaient les charmilles,
Chio, qui dans les flots reflétait ses grands bois,
Ses coteaux, ses palais, et le soir quelquefois
Un choeur dansant de jeunes filles.

Tout est désert. Mais non ; seul près des murs noircis,
Un enfant aux yeux bleus, un enfant grec, assis,
Courbait sa tête humiliée ;
Il avait pour asile, il avait pour appui
Une blanche aubépine, une fleur, comme lui
Dans le grand ravage oubliée.

Ah ! pauvre enfant, pieds nus sur les rocs anguleux !
Hélas ! pour essuyer les pleurs de tes yeux bleus
Comme le ciel et comme l'onde,
Pour que dans leur azur, de larmes orageux,
Passe le vif éclair de la joie et des jeux,
Pour relever ta tète blonde,

Que veux-tu ? Bel enfant, que te faut-il donner
Pour rattacher gaîment et gaîment ramener
En boucles sur ta blanche épaule
Ces cheveux, qui du fer n'ont pas subi l'affront,
Et qui pleurent épars autour de ton beau front,
Comme les feuilles sur le saule ?

Qui pourrait dissiper tes chagrins nébuleux ?
Est-ce d'avoir ce lys, bleu comme tes yeux bleus,
Qui d'Iran borde le puits sombre ?
Ou le fruit du tuba, de cet arbre si grand,
Qu'un cheval au galop met, toujours en courant,
Cent ans à sortir de son ombre ?

Veux-tu, pour me sourire, un bel oiseau des bois,
Qui chante avec un chant plus doux que le hautbois,
Plus éclatant que les cymbales ?
Que veux-tu ? fleur, beau fruit, ou l'oiseau merveilleux ?
- Ami, dit l'enfant grec, dit l'enfant aux yeux bleus,
Je veux de la poudre et des balles.

Victor Hugo, Les Orientales, 1829

ET les questions qui suivent :
1) Quelles émotions Hugo veut-il susciter ? Pourquoi ? Appuyez vous sur le lexique et la ponctuation émotive pour argumenter.
2) Comment la compassion du poète s'exprime t-elle ? Analysez questions rhétoriques et enjambements.

Mes réponses :
1) Les émotions sont :
-la douleur, la tristesse car "ruine,deuil,sombre écueil,ravage,rocs anguleux,..." => ne nombreux adjectifs qui le prouve ... Mais: beaucoup d'affirmations dites/posées en questions (je ne sais pas à quoi ça sert)
Cela car il y eut une guerre entre grecs et ottomans pour l'indépendance de cette première. Donc, c'est pour montrer la douleur de la guerre.
-la vengeance car "je veux de la poudre et des balles", donc on voit bien ici que l'enfant ne veut pas de réconfort, ou autre ... Il souhaite juste se venger en "tuant" ceux qui lui ont fait du mal : peut-être en tuant sa famille ...

2) Je ne comprends pas la question



Deuxième texte :

Souvenir de la nuit du quatre
L'enfant avait reçu deux balles dans la tête.
Le logis était propre, humble, paisible, honnête;
On voyait un rameau bénit sur un portrait.
Une vieille grand-mère était là qui pleurait.
Nous le déshabillions en silence. Sa bouche,
Pâle, s'ouvrait ; la mort noyait son œil farouche ;
Ses bras pendants semblaient demander des appuis.
Il avait dans sa poche une toupie en buis.
On pouvait mettre un doigt dans les trous de ses plaies.
Avez-vous vu saigner la mûre dans les haies ?
Son crâne était ouvert comme un bois qui se fend.
L'aïeule regarda déshabiller l'enfant,
Disant : "Comme il est blanc! approchez donc la lampe !
Dieu ! ses pauvres cheveux sont collés sur sa tempe !"
Et quand ce fut fini, le prit sur ses genoux.
La nuit était lugubre; on entendait des coups
De fusil dans la rue où l'on en tuait d'autres.
- Il faut ensevelir l'enfant, dirent les nôtres.
Et l'on prit un drap blanc dans l'armoire en noyer.
L'aïeule cependant l'approchait du foyer,
Comme pour réchauffer ses membres déjà roides.
Hélas! ce que la mort touche de ses mains froides
Ne se réchauffe plus aux foyers d'ici-bas!
Elle pencha la tête et lui tira ses bas,
Et dans ses vieilles mains prit les pieds du cadavre.
"Est-ce que ce n'est pas une chose qui navre!
Cria-t-elle ! monsieur, il n'avait pas huit ans !

Les questions :

1) Comment le poème permet-il d'exprimer le pathétique de la situation ?
2) Repérez les références religieuse : A quelle grande figure sacrée la petite victime peut-elle être identifiée ?

Mes réponses :

1) C'est pathétique car on parle de "mort,sang,balles dans la tête,fente du crâne,..." Et surtout car c'est un enfant de 8 ans !! Même si c'est une personne comme une autre, elle est encore jeune et avait toute sa vie devant elle ! (même si personne sur Terre ne mérite de mourir !!)

2) Présence de "Rameaux bénis" ce qui nous fait penser de la venue de JC à Jérusalem (car la foule l’accueillait en brandissant des rameaux), car on le déshabille quand il est mort, puis on le met ans un drap blanc ... Exactement comme Jésus Christ !


Voilà je ne sais pas si toutes mes réponses sont justes et pour le premier texte je ne comprends pas la 2ème question ...
Dnc si vous pouviez me dire si mes réponses sont cohérentes et exactes et si vous pouviez m'aider à répondre à la question ...


Merci

22

Hugo, Les Orientales, XVIII, L'enfant

Pour la deuxième question concernant le première poème : tu y fais allusion dans ta réponse : "questions mais je ne sais pas à quoi ça sert".

1/ Questions rhétoriques = questions qui n'appellent pas de réponses (souvent utilisées dans l'argumentation). Voir les trois dernières strophes.
But = venir en aide à l'enfant (expression de sa compassion) : cherche ce qui pourrait bien lui plaire.

2/ Enjambements =
Exemple ici :
"Pour rattacher gaîment et gaîment ramener
En boucles sur ta blanche épaule
Ces cheveux..."
=> Visualisation d'un geste tendre, lent, qui montre la tendresse.

Allez, à toi de réfléchir un peu.

PS : ce serait bien d'indiquer votre classe.

23

Hugo, Les Orientales, XVIII, L'enfant

Merci,

Pour infos je suis en seconde et je suis une grosse "brêle" en français ...

SI j'ai bien compris :

La compassion du poète s'exprime par le fait que le poète souhaite aider l'enfant mais celui-ci s'en fou : il souhaite seulement se venger ...
On trouve ici des questions de rhétoriques car l'auteur pose des questions mais l'enfant n'y réponds pas, de toute façon l'auteur n'attend pas de réponse de ce dernier ... Il les utilise pour savoir ce que veut l'enfant (mais comme dit précédemment ne souhaite pas de réponse)
PS : Pour les enjambements je n'ai pas compris

ET pouvez vous me dire si le reste est cohérent et juste ??

Merci

24

Hugo, Les Orientales, XVIII, L'enfant

Manque de temps en ce qui me concerne.

Réponse rapide concernant l'enjambement : on dit aussi "rejet", c'est-à-dire que l'on "rejette" au vers suivant un mot ou plusieurs mots unis par le sens.

25

Hugo, Les Orientales, XVIII, L'enfant

Bonjour,
Je doit trouver dans le poème les orientales de Victor Hugo 2 effets rythmiques, un enjambement, 2 exemples d'allitérations et un chiasme. Pouvez-vous m'aider à les trouvez s'il vous plaît. Ce travail est à rendre pour mardi. Merci.

Hugo, Les Orientales, XVIII, L'enfant

Bonjour.

Si tu connais la définition de ces termes (que tu as dû apprendre) tu dois pouvoir déjà proposer quelques réponses... Nous les corrigerons.

Au fait, de quel poème du recueil Les Orientales est-il précisément question ?
Il serait bon que tu affiches le texte.

27

Hugo, Les Orientales, XVIII, L'enfant

J'ai réussi à trouver ce que je cherchais mais il faut maintenant que j'interprète ce que j'ai trouver et je sais pas comment m'y prendre. pouvez-vous m'aider?
pour le chiasme j'ai trouver au vers 20
pour les effets rythmiques j'ai trouver aux vers 25-26 le son "eux" et 3eme strophe le son "eux" aussi.

L'Enfant

Les turcs ont passé là. Tout est ruine et deuil.
Chio, l'île des vins, n'est plus qu'un sombre écueil,
Chio, qu'ombrageaient les charmilles,
Chio, qui dans les flots reflétait ses grands bois,
Ses coteaux, ses palais, et le soir quelquefois
Un chœur dansant de jeunes filles.

Tout est désert. Mais non ; seul près des murs noircis,
Un enfant aux yeux bleus, un enfant grec, assis,
Courbait sa tête humiliée ;
Il avait pour asile, il avait pour appui
Une blanche aubépine, une fleur, comme lui
Dans le grand ravage oubliée.

Ah ! pauvre enfant, pieds nus sur les rocs anguleux !
Hélas ! pour essuyer les pleurs de tes yeux bleus
Comme le ciel et comme l'onde,
Pour que dans leur azur, de larmes orageux,
Passe le vif éclair de la joie et des jeux,
Pour relever ta tête blonde,

Que veux-tu ? Bel enfant, que te faut-il donner
Pour rattacher gaîment et gaîment ramener
En boucles sur ta blanche épaule
Ces cheveux, qui du fer n'ont pas subi l'affront,
Et qui pleurent épars autour de ton beau front,
Comme les feuilles sur le saule ?

Qui pourrait dissiper tes chagrins nébuleux ?
Est-ce d'avoir ce lys, bleu comme tes yeux bleus,
Qui d'Iran borde le puits sombre ?
Ou le fruit du tuba, de cet arbre si grand,
Qu'un cheval au galop met, toujours en courant,
Cent ans à sortir de son ombre ?

Veux-tu, pour me sourire, un bel oiseau des bois,
Qui chante avec un chant plus doux que le hautbois,
Plus éclatant que les cymbales ?
Que veux-tu ? fleur, beau fruit, ou l'oiseau merveilleux ?
- Ami, dit l'enfant grec, dit l'enfant aux yeux bleus,
Je veux de la poudre et des balles.

8-10 juillet 1828

     Victor Hugo - Les Orientales

28

Hugo, Les Orientales, XVIII, L'enfant

Bonjour,

Je cherche de l'aide pour un commentaire littéraire que j'ai à rendre en cours, je suis en seconde.
Le commentaire littéraire porte sur le poème, Les Orientales(L'enfant) de V.Hugo, je dois faire le commentaire littéraire en incluant cette grande partie : Les Oppositions
J'ai déjà fait cette partie, et voila mon plan pour l'instant : I) Un Jeu d'opposition
                                                                             A)Le cadre spatio-temporel (Le passé et présent de Chio)
                                                                             B)L'enfant (Sentiments présents, et éventuels sentiments futurs qu'il pourrait avoir grâce à l'aide de l'auteur)

J'ai trouvé ça comme autre partie, le blâme de la guerre, avec ce plan :             II) Le blâme de la guerre
                                                                                                                      A)Ravages physiques
                                                                                                                      B)Ravages moraux
                                                                                                                     
Mais j'ai peur qu'en prenant cette partie je me répète, autant sur les arguments que sur les exemples car le poème est très court, et donc il n'y a pas beaucoup d'éléments à réutiliser.
  Toute aide est la bienvenue
                                                                                                                     

                     

L'Enfant
Les turcs ont passé là. Tout est ruine et deuil.
Chio, l'île des vins, n'est plus qu'un sombre écueil,
Chio, qu'ombrageaient les charmilles,
Chio, qui dans les flots reflétait ses grands bois,
Ses coteaux, ses palais, et le soir quelquefois
Un chœur dansant de jeunes filles.

Tout est désert. Mais non ; seul près des murs noircis,
Un enfant aux yeux bleus, un enfant grec, assis,
Courbait sa tête humiliée ;
Il avait pour asile, il avait pour appui
Une blanche aubépine, une fleur, comme lui
Dans le grand ravage oubliée.

Ah ! pauvre enfant, pieds nus sur les rocs anguleux !
Hélas ! pour essuyer les pleurs de tes yeux bleus
Comme le ciel et comme l'onde,
Pour que dans leur azur, de larmes orageux,
Passe le vif éclair de la joie et des jeux,
Pour relever ta tête blonde,

Que veux-tu ? Bel enfant, que te faut-il donner
Pour rattacher gaîment et gaîment ramener
En boucles sur ta blanche épaule
Ces cheveux, qui du fer n'ont pas subi l'affront,
Et qui pleurent épars autour de ton beau front,
Comme les feuilles sur le saule ?

Qui pourrait dissiper tes chagrins nébuleux ?
Est-ce d'avoir ce lys, bleu comme tes yeux bleus,
Qui d'Iran borde le puits sombre ?
Ou le fruit du tuba, de cet arbre si grand,
Qu'un cheval au galop met, toujours en courant,
Cent ans à sortir de son ombre ?

Veux-tu, pour me sourire, un bel oiseau des bois,
Qui chante avec un chant plus doux que le hautbois,
Plus éclatant que les cymbales ?
Que veux-tu ? fleur, beau fruit, ou l'oiseau merveilleux ?
- Ami, dit l'enfant grec, dit l'enfant aux yeux bleus,
Je veux de la poudre et des balles

29

Hugo, Les Orientales, XVIII, L'enfant

Bonjour j'ai un commentaire a faire sur le texte L'enfant de Victor Hugo (je  ne remets pas le texte il a  deja ete mis de nombreuses fois) mais je n'arrive jamais a faire un plan ma problématique est : comment l'engagement du poète est-il montrer à travers ce poème ?

j'ai commencé à faire un plan :

I) une opposition entre la nature et la guerre
1) L'ile merveilleuse
2) la guerre

Mais je bloque totalement sur le II) je ne sais pas du tout quoi mettre

Hugo, Les Orientales, XVIII, L'enfant

Bonjour je voudrais savoir en quoi le poème relève du romantisme ? ou en quoi est-il romantique ?

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.