1

Musset, On ne badine pas avec l'amour, acte III, scène 3

Bonjour à vous tous !
J'ai un commentaire composé à faire sur un extrait de la scène 3 de l'acte III, j'ai un plan possible je vais vous le proposer, et si vous pouviez me donner des idées pour les deux axes et surtout pour le premier ce serait très gentil.
Voilà le passage:

PERDICAN
Sais-tu ce que c'est que l'amour, Rosette ? Ecoute! le vent se tait; la pluie du matin roule en perles sur les feuilles séchées que le soleil ranime. Par la lumière du ciel, par le soleil que voilà, je t'aime! Tu veux bien de moi, n'est-ce pas ? On n'a pas flétri ta jeunesse ? on n'a pas infiltré dans ton sang vermeil les restes d'un sang affadi ? Tu ne veux pas te faire religieuse; te voilà jeune et belle dans les bras d'un jeune homme. O Rosette, Rosette! sais-tu ce que c'est que l'amour ?

ROSETTE
Hélas! monsieur le docteur, je vous aimerai comme je pourrai.

PERDICAN
Oui, comme tu pourras; et tu m'aimeras mieux, tout docteur que je suis et toute paysanne que tu es, que ces pâles statues fabriquées par les nonnes, qui ont la tête à la place du coeur, et qui sortent des cloîtres pour venir répandre dans la vie l'atmosphère humide de leurs cellules; tu ne sais rien; tu ne lirais pas dans un livre la prière que ta mère t'apprend, comme elle l'a apprise de sa mère; tu ne comprends même pas le sens des paroles que tu répètes, quand tu t'agenouilles au pied de ton lit; mais tu comprends bien que tu pries, et c'est tout ce qu'il faut à Dieu.

ROSETTE
Comme vous me parlez, monseigneur!

PERDICAN
Tu ne sais pas lire; mais tu sais ce que disent ces bois et ces prairies, ces tièdes rivières, ces beaux champs couverts de moissons, toute cette nature splendide de jeunesse. Tu reconnais tous ces milliers de frères, et moi pour l'un d'entre eux; lève-toi, tu seras ma femme, et nous prendrons racine ensemble dans la sève du monde tout-puissant.

Il sort avec Rosette.

J'ai pensé à :

• Premier axe: montrer que les paroles de Perdican ont plusieurs destinataires

• Deuxième Axe: étudier les stratégies de Perdican pour persuader Rosette de l'aimer.

J'ai ce commentaire à faire pour vendredi !
Donc les premières réponses seront celle avec lesquelles je m'aiderai !
Merci beaucoup à l'avance pour les idées

2

Musset, On ne badine pas avec l'amour, acte III, scène 3

Bonsoir Valérian,

Voilà quelques pistes :

- montrer que les paroles de Perdican ont plusieurs destinataires.
La scène ne peut se comprendre que si Perdican a tendu un piège à Camille.
Il veut piquer sa jalousie et va donc simuler une passion pour Rosette en présence de Camille.
De ce fait tous les propos échangés ont pour destinataire ultime Camille dont Perdican sait qu'elle les écoute à proximité. Vois la didascalie.
D'où les renforcements anaphoriques "toi seule" adressés à Rosette mais qui supposent une autre absente, les allusions au couvent, au sang noble, à l'éducation religieuse… qui visent Camille.
Ces propos sont révélateurs de l'orgueil de Perdican.

- étudier les stratégies de Perdican pour persuader Rosette de l'aimer.
    ? Ton injonctif, emploi des impératifs.
    ? Les cadeaux : gradation dramatique, d'abord celui qui lui appartient (la chaîne) puis le rejet de celui qu'il a reçu de Camille. Note aussi la dramatisation étudiée de l'image troublée dans l'eau. C'est une métaphore du chagrin et du trouble qui s'estompent dans une paix retrouvée. C'est aussi la condescendance d'un jeune intellectuel qui emploie des images pour être compris de la fruste paysanne.
    ? Refus apparent des différences sociales.
    ? Refus d'un amour frelaté par la peur.
    ? Plaidoyer pour la sincérité.
    ? L'expression lyrique d'un idéal fusionnel et d'un amour naturel auquel encore une fois, la jeune paysanne en contact avec la nature doit être sensible.
Ces propos sont encore révélateurs de l'orgueil de Perdican, mais ils apportent aussi une deuxième explication dans l'échec de la relation amoureuse des deux jeunes gens. Chacun rêve d'un amour impossible. C'est l'expression d'un idéal propre à la jeunesse qui ne peut qu'être déçu par la vie réelle, à l'image de celui de Musset incompris de George Sand. Ainsi sont mis en lumière les deux ressorts dramatiques de ce "proverbe" : l'orgueil et la démesure des illusions de la jeunesse.

3

Musset, On ne badine pas avec l'amour, acte III, scène 3

Je ne comprend pas vraiment comment les didascalies montrent que les propos échangés sont en réalités pour Camille et également la partie "cadeaux" avec cette métaphore de l'image qui se trouble à cause de l'eau.

4

Musset, On ne badine pas avec l'amour, acte III, scène 3

Bonsoir,

Les didascalies sont "cachée, à part", "à part" et surtout "à haute voix, de manière que Camille l'entende".

PERDICAN
Regarde à présent cette bague. Lève-toi, et approchons-nous de cette fontaine. Nous vois-tu tous les deux, dans la source, appuyés l'un sur l'autre ? Vois-tu tes beaux yeux près des miens, ta main dans la mienne ? Regarde tout cela s'effacer. (Il jette sa bague dans l'eau.) Regarde comme notre image a disparu; la voilà qui revient peu à peu; l'eau qui s'était troublée reprend son équilibre; elle tremble encore; de grands cercles noirs courent à sa surface; patience, nous reparaissons; déjà je distingue de nouveau tes bras enlacés dans les miens; encore une minute, et il n'y aura plus une ride sur ton joli visage; regarde! c'était une bague que m'avait donnée Camille.

Tu as compris que Perdican vient de jeter la bague reçue de Camille dans la fontaine.
Première déduction : Perdican refuse le cadeau de Camille. En refusant le cadeau, il signifie à la spectatrice cachée qu'il refuse aussi son amour.
Deuxième déduction : il se sert de l'image brouillée par le jet de la bague pour mener un petit apologue auprès de Rosette. Il commente les états successifs pour faire comprendre à la jeune paysanne que la séquence calme, trouble puis paix retrouvée est une métaphore de leur amour :  chagrin initial de la jeune femme dont l'amour n'est pas partagé, puis trouble de la rencontre et enfin paix retrouvée.
Perdican insiste sur le fait qu'il vient de jeter une bague offerte par Camille et qu'il l'a sacrifiée pour les beaux yeux de Rosette.
Les explications que je suis obligé de te donner montrent assez que Perdican est un intellectuel  qui se fait plaisir en jouant un rôle appuyé de professeur. Le spectateur est autorisé à penser que Perdican considère la jeune paysanne comme une personne ignare qui a besoin d'images commentées pour comprendre le fond de cette entrevue.

5

Musset, On ne badine pas avec l'amour, acte III, scène 3

Et pour cela:

Ces propos sont encore révélateurs de l'orgueil de Perdican, mais ils apportent aussi une deuxième explication dans l'échec de la relation amoureuse des deux jeunes gens. Chacun rêve d'un amour impossible. C'est l'expression d'un idéal propre à la jeunesse qui ne peut qu'être déçu par la vie réelle, à l'image de celui de Musset incompris de George Sand. Ainsi sont mis en lumière les deux ressorts dramatiques de ce "proverbe" : l'orgueil et la démesure des illusions de la jeunesse.


Aurais-tu une explication ? (sur la démesure des illusions, l'amour impossible, et lorgueil)

6

Musset, On ne badine pas avec l'amour, acte III, scène 3

Bonjour,

Pour l'orgueil, n'as-tu pas perçu que Perdican veut humilier Camille ?
Pour les illusions de la jeunesse, n'as-tu pas noté combien Perdican a une conception mystique de l'amour, un désir fusionnel que ne pourront jamais satisfaire ni Camille ni Rosette ?

7

Musset, On ne badine pas avec l'amour, acte III, scène 3

En fait je m'étais trompé sur le passage, je viens de l'écourté.
C'est maintenant le bon, je pense que les axes vont changés, et il n'y aura plus les didascalies....

8

Musset, On ne badine pas avec l'amour, acte III, scène 3

Merci de vos nombreuses aides !

Musset, On ne badine pas avec l'amour, acte III, scène 3

bonjour
J'ai un commentaire composé sur L'acte III scene 3 de On ne badine pas avec l'amour mais pas le meme extrait que celui proposé (je n'ai pas réussi à lancer une nouvelle discussion!!!)
L'extrait est

CAMILLE, cachée, à part.
Que veut dire cela ? Il la fait asseoir près de lui ? Me demande-t-il un rendez-vous pour y venir causer avec une autre ? Je suis curieuse de savoir ce qu'il lui dit.

PERDICAN, à haute voix, de manière que Camille l'entende.
Je t'aime, Rosette ! toi seule au monde tu n'as rien oublié de nos beaux jours passés ; toi seule tu te souviens de la vie qui n'est plus ; prends ta part de ma vie nouvelle ; donné-moi ton coeur, chère enfant ; voilà le gage de notre amour.
Il lui pose sa chaîne sur le cou.

ROSETTE
Vous me donnez votre chaîne d'or ?

PERDICAN
Regarde à présent cette bague. Lève-toi, et approchons-nous de cette fontaine. Nous vois-tu tous les deux, dans la source, appuyés l'un sur l'autre ? Vois-tu tes beaux yeux près des miens, ta main dans la mienne ? Regarde tout cela s'effacer. (Il jette sa bague dans l'eau. ) Regarde comme notre image a disparu ; la voilà qui revient peu à peu ; l'eau qui s'était troublée reprend son équilibre ; elle tremble encore ; de grands cercles noirs courent à sa surface ; patience, nous reparaissons ; déjà je distingue de nouveau tes bras enlacés dans les miens ; encore une minute, et il n'y aura plus une ride sur ton joli visage ; regarde ! c'était une bague que m'avait donnée Camille.

CAMILLE, à part.
Il a jeté ma bague dans l'eau.

PERDICAN
Sais-tu ce que c'est que l'amour, Rosette ? Écoute ! le vent se tait ; la pluie du matin roule en perles sur les feuilles séchées que le soleil ranime. Par la lumière du ciel, par le soleil que voilà, je t'aime ! Tu veux bien de moi, n'est-ce pas ? On n'a pas flétri ta jeunesse ? on n'a pas infiltré dans ton sang vermeil les restes d'un sang affadi ? Tu ne veux pas te faire religieuse ; te voilà jeune et belle dans les bras d'un jeune homme.

Ô Rosette, Rosette ! sais-tu ce que c'est que l'amour ?

ROSETTE
Hélas ! monsieur le docteur, je vous aimerai comme je pourrai.

J'avais pensé comme axe de lecture à
la stratégie de Perdican
La double visée de ses paroles ( Rosette Camille)

Mais je ne suis pas sûre de cela et je ne sais pas trop ce que je pourrai expliquer autour de cela !
Pourriez vous me donner vos impressions par rapport à mes axes de lecture.
Merci d'avance

10

Musset, On ne badine pas avec l'amour, acte III, scène 3

J'ai étudié cette scène juste avant les vacances de noël.
Je ne sais pas si ce que je vais t'écrire répondra à tes attentes mais on sais jamais
 
Voilà le plan que j'ai réalisé avec mon professeur :

Problématiques :

En quoi cette scène illustre t-ellee le titre ?
En quoi le discours de Perdican est-il un badinage ?
* Qu'y a-t-il de sincère dans le badinage amoureux ?

Axe 1 . Une fausse déclaration d'amour ? (P. émet un discours manipulateur)

a/ P. metteur en scène
b/ Une communication complexe
c/ Un discours à double entente destiné à C.
( le portrait de Rosette est un portrait indirect de Camille négatif )

Axe 2 . (cependant) Une émotion sincère

a/ Une aspiration sincère à l'amour terrestre : un lien entre l'amour et la nature
b/ Le choix de Rosette : le choix du naturel opposé à l'artifice représenté par Camille