1

L'ordre des mots dans les questions

Bonjour à tous!
J'adore le francais et je l'appris moi-meme et ayant lu plusieurs sujets grammaticaux j'ai la question concernant l'ordre des mots.
La règle dit:
1. Va-t-il à la piscine? -une inversion simple parce que le sujet est le pronom
*Pierre va-t-il à la piscine? - Pierre est le nom c'est pourquoi on écrit Pierre et ensuite l'inversion
Mais EST-CE que Pierre va à la piscine? - pas d'inversion parce que "est-ce que"
Tout est clair.
2.COD
Que regarde-t-il? - on utilise une inversion simple
*Qu'achète Pierre à ses filles?  - ici est la question:peut-on dire ou écrire Que Pierre achète-t-il à ses filles? à mon avis dans ces deux* phrases on doit écrire de la meme façon,n'est-ce pas?

De plus dans la phrase: Où Roger achète-t-il ses livres? -on y vois encore une fois ROGER et ensuite l'inversion!

Je ne suis pas sure que j'ai expliqué clairement ma question:)))))
Merci de votre aide

L'ordre des mots dans les questions

Bonsoir !

La phrase interrogative française est une matière complexe ; Grevisse y consacre 33 pages. Il est donc difficile d’exposer sommairement cette question. Pour que la réponse soit profitable, il convient cependant de rappeler d’abord l’essentiel.

J’élimine ceci :
1 L’interrogation INDIRECTE : une interrogation contenue dans une SUBORDONNÉE EN QUE dépendant d’une principale qui indique le FAIT INTERROGATIF.
Partons de l’interrogation DIRECTE :
* Qui est mort ? – Je crois que c’est celui qui est dans la première voiture.
Transformation en interrogation INDIRECTE :
* JE ME DEMANDE QUI est dans la première voiture.
2 L’interrogation MIXTE, l’interrogation DISJONCTIVE, l’interrogation FICTIVE et l’interrogation DÉLIBÉRATIVE.

Nous en resterons à l’interrogation DIRECTE.

La phrase interrogative DIRECTE SE CONSTRUIT dans trois registres :
1 l’interrogation SOUTENUE,
2 l’interrogation PAR PÉRIPHRASE (est-ce que),
3 l’interrogation MÉLODIQUE OU FAMILIÈRE.

L’interrogation DIRECTE SE FAIT DE deux manières :

1 L’INTERROGATION GLOBALE, ou totale, ou générale, ou entière : l’interrogation porte sur la phrase ENTIÈRE et appelle une réponse PAR OUI (ou si) OU PAR NON (ou peut-être).
* VOULEZ-VOUS de l’eau ? – Non, je suis au régime. (Labiche)

2 L’INTERROGATION PARTIELLE, qui porte sur UN TERME de la phrase, au moyen d’un mot interrogatif.
* QUI vient ? QUI es-tu ? QUE fais-tu ? À QUEL JEU joues-tu ? QUAND pars-tu ?
* Ma réponse est oui. Mais QUELLE est la question ? (Woody Allen)
* QUI a fait QUOI ? QUI a dit QUOI à QUI ? (Interrogations partielles COMPLEXES)
--------------------------------------------------------------------
(A) Dans le LANGAGE SOUTENU (interrogation simple)

1- LORSQUE LE SUJET EST UN PRONOM PERSONNEL, ON OU CE

a- Interrogation GLOBALE : → inversion.
* Vous AI-JE raconté la dernière ? – Elle est bonne ? – Oui, bien sûr ! – Alors, si elle est bonne, vous ne me l’avez jamais racontée. (Guillois)
* EST-CE vrai, ce mensonge.

b- Interrogation PARTIELLE : → inversion.
* COMMENT SAVEZ-VOUS que la Terre n’est pas l’enfer d’une autre planète ? (Huxley)
* L’homme, la femme et l’amour, QU’EST-CE ? Un bouchon et une bouteille. (Joyce)

2- LORSQUE LE SUJET EST UN NOM OU UN AUTRE PRONOM

a- Interrogation GLOBALE : → ordre normal + reprise.
* RAVAILLAC VA-T-IL assassiner Henri IV ? Vous le saurez dans notre prochaine émission.
* A propos de mari, LE TIEN A-T-IL changé d’after-shave ou quoi ?

b- Interrogation PARTIELLE :
- interrogatif SUJET : → ordre normal.
* QUI FUT mécontent du retour de l’Enfant prodigue ? Le veau gras ! (Jean-Charles)
- interrogatif ATTRIBUT : → inversion.
* QUE DEVIENNENT TOUTES LES LARMES qu’on ne verse pas ? (Jules Renard)
- interrogatif COD : → inversion.
* QUE FAISAIT DIEU avant la création ?
- dans les AUTRES CAS : → inversion OU ordre normal + reprise.
* Le travail, c’est la santé. Mais À QUOI SERT alors LA MÉDECINE du travail ? (Pierre Dac)
* Mais À QUOI la médecine du travail SERT-ELLE ?
Si le verbe a un COD : uniquement ordre normal + reprise.
* OÙ DANIEL AVAIT-IL déjà aimé d’autres regards ? (Mauriac)
Je ne parle pas de points singuliers comme quoi ? pourquoi ?, etc. : ce serait trop long.
------------------------------------------------------------------------
(B) DANS LE LANGAGE COURANT : (interrogation par périphrase)

1 Interrogation GLOBALE : → Est-ce que + ordre normal.
* EST-CE QUE CELA PORTE vraiment malheur de se marier un vendredi ? – Bien sûr ! Pourquoi voulez-vous que le vendredi fasse exception ? (Bernard Shaw)

2- Interrogation PARTIELLE
a- Portant sur le SUJET : → interrogatif + est-ce qui ?
* QUI EST-CE QUI veut me prêter sa croupe populaire ? (Brassens) (Sujet animé)
* QU’EST-CE QUI vous prit, vieux malappris ? (Brassens) (Sujet non animé)
Il y a des formes RENFORCÉES :
* QUI EST-CE QUE C’EST QUI a cassé le vase de Soissons ? (Sujet animé)
* QU’EST-CE C’EST QUI se passe ici ? (Sujet non animé)
Progression selon les niveaux de langue :
* QUI a toussé ? → QUI EST-CE QUI a toussé ? → QUI EST-CE C’EST QUI a toussé ?
Et même : ? QUI C’EST QUI a toussé ?

b- Ne portant PAS SUR LE SUJET : → interrogatif + est-ce que + ordre normal.
* QUI EST-CE QUE le chien a mordu ?
* QU’EST-CE QUE vous savez faire, à part faire des enfants ?
* A QUI / A QUOI EST-CE QUE vous pensez ?
* QUAND EST-CE QUE tu pars ?
* POURQUOI EST-CE QU’il y a quelque chose plutôt que rien ?
Il y a des formes RENFORCÉES :
* QU’EST-CE QUE C’EST QUE vous savez faire ?
* QUAND EST-CE QUE C’EST QUE tu pars ?
------------------------------------------------------------------------
(C) DANS LE LANGAGE COURANT : (interrogation mélodique)

1 Interrogation GLOBALE : → uniquement l’intonation + ?
* VOUS ÊTES libre à dîner ce soir ? – Oui ! – Au petit déjeuner, je prends du café. Et vous ?

2- Interrogation PARTIELLE : → interrogatif en fin de phrase.
* C’est QUI ? * Tu as vu QUI ? * Tu l’as dit À QUI ? * Cela veut dire QUOI ? * Cela se trouve OÙ ?
* C’est QUOI, le paquet sous la table ? (Desproges)
On désapprouve l’antéposition de l’interrogatif (qui se généralise cependant)
* QUI c’est ? (C’est l’plombier !) * A QUI tu l’as dit ? * DE QUOI tu parles ? POURQUOI tu tousses ?
Mais on admet avec L’INFINITIF :
* Aller OÙ ? OÙ aller ? * Pour faire QUOI ? Pour QUOI faire ?
------------------------------------------------------------------------
REMARQUE FINALE : INTERROGATION AVEC MISE EN EMPHASE (focalisation)
* Es-tu là ? → EST-CE TOI QUI es là ? EST-CE LÀ QUE tu es ?
* Quand pars-tu ? → ? C’EST QUAND que tu pars ?
* L’Amazone passait sur le bord de la route. / Un Centaure y pensait, des plus visiblement… / Mais l’Amazone, triste et qu’assiège le doute : / EST-CE À MOI QU’il en veut ou bien à ma jument ? (Tristan Bernard) (→ En veut-il à moi ?)
------------------------------------------------------------------------
APPLICATION
1 VA-T-IL à la piscine ? (A1a)(soutenu, pronom personnel sujet, globale → inversion)

2 PIERRE VA-T-IL à la piscine ? (A2a) (soutenu, nom sujet, globale → normale + reprise)

3 EST-CE QUE PIERRE VA à la piscine ? (B1) (périphrase, globale, → normale)

4 QUE REGARDE-T-IL ? (A1b) (soutenu, pronom pers. sujet, partielle, COD → inversion)

5 QU’ACHÈTE PIERRE à ses filles ? (A2b) (soutenu, nom sujet, partielle, COD → inversion)

6 QUE PIERRE ACHÈTE-T-IL à ses filles ? (A2b) (Usage ancien non repris ci-dessus → ordre normal + reprise)
Comme dans :
* QUE M. PIERRE SABBAGH POURRAIT-IL demander de mieux ? (Figaro littéraire 1969)

7 OÙ ROGER ACHÈTE-T-IL ses livres ? (A2b) (soutenu, nom sujet, partielle, autres cas → ordre normal + reprise)

Excusez-moi d'avoir été si long encore une fois. Il est nécessaire parfois de faire des synthèses pour une meilleure compréhension.

L'ordre des mots dans les questions

Un lapsus qu'on aura sans doute corrigé :

B2a :
* QU’EST-CE C’EST QUI se passe ici ? (Sujet non animé)
→ QU’EST-CE QUE C’EST QUI se passe ici ? (Sujet non animé)

J'espère que vous n'en trouverez pas d'autres.

L'ordre des mots dans les questions

Bonjour, parfois j'ai du mal à passer aux phrases interrogatives, surtout avec certains verbes, comme "répondre".
Est-il correct d'écrire: Que répond le fils à son père?"

Je crois que j'ai envoyé la même question par erreur, dans un autre endroit. Désolé.

L'ordre des mots dans les questions

Ta phrase est correcte

6

L'ordre des mots dans les questions

Salut !

J'ai une question sur l'ordre des mots.

D’Artagnan jeta un regard curieux sur milady : elle était pâle et avait les yeux fatigués, soit par les larmes, soit par l’insomnie. On avait avec intention diminué le nombre habituel des lumières, et cependant la jeune femme ne pouvait arriver à cacher les traces de la fièvre qui l’avait dévorée depuis deux jours.

D’Artagnan s’approcha d’elle avec sa galanterie ordinaire ; elle fit alors un effort suprême pour le recevoir, mais jamais physionomie plus bouleversée ne démentit sourire plus aimable.

Je ne comprends pas la signification de la proposition soulignée.
L'ordre 'ne-plus-jamais' m'est un peu familier.
Mais, l'ordre des mots 'jamais - plus - ne' me gêne ; malgré que tous les trois mots me paraissent adverbes de négation.
Cet ordre de mots, est-il normal ?

En bref, je voudrais savoir la construction et la signification de la partie soulignée.
Et, j'aimerais que quelqu'un réécrive la partie soulignéé en utilisant d'une manière plus générale (et... plus facile).

Merci, d'avance.

L'ordre des mots dans les questions

Attention... Le plus de cette phrase est un adverbe comparatif , le contraire de moins.
Il n'a pas valeur de négation comme dans ne.....plus jamais, qui indiquerait la cessation définitive d'une action. Ce qui n'est pas le cas ici.

Jamais physionomie plus bouleversée ne démentit sourire plus aimable.

= A aucun moment, on n'a jamais vu une physionomie si bouleversée démentir un sourire si aimable.

La physionomie dément le sourire, elle exprime le contraire de ce sourire.

Dumas veut exprimer le contraste entre "la physionomie bouleversée" et "le sourire aimable".
Et malgré le sourire extrêmement aimable, la physionomie était extrêmement bouleversée.

8

L'ordre des mots dans les questions

Jamais modérateur plus aimable ne répondit si promptement !

9

L'ordre des mots dans les questions

Jehan a écrit :

... Le plus de cette phrase est un adverbe comparatif , le contraire de moins.

Jamais physionomie plus bouleversée ne démentit sourire plus aimable.

= A aucun moment, on n'a jamais vu une physionomie si bouleversée démentir un sourire si aimable.

Merci, Jehan.
Maintenant je comprends. 

lamaneur a écrit :

Jamais modérateur plus aimable ne répondit si promptement !

Merci, lamaneur.
C'est exactement ce que je veux dire.