Auxiliaires. Avoir ou être ?

Bonsoir !

Voici une mise au point sur un sujet récemment évoqué ; les sources sont : Grevisse, Hanse et Riegel ; les exemples sont, en très grande majorité, de mon corpus.
L’abondance des citations tend surtout à vous divertir.

AUXILIAIRES AVOIR ET ÊTRE

A) L’AUXILIAIRE AVOIR EST L’AUXILIAIRE PRINCIPAL DES TEMPS COMPOSÉS :

1 POUR TOUS LES VERBES TRANSITIFS

a- AVEC COD
* Chopin A PROMU le piano au rang de la phtisie. (Cioran)
* Au cas où vous n'AURIEZ pas RÉGLÉ votre dette à la fin du mois, je serais contraint d'écrire à tous vos autres créanciers pour leur dire que vous me l'AVEZ PAYÉE. (JEAN-CHARLES)
* Dieu A DONNÉ à la femme deux seins parce qu'il A DONNÉ à l'homme deux mains. (LÉO CAMPION)
* J’AI ÉCRASÉ un chien ; d’un lévrier, j’AI FAIT un basset. (ROGER PIERRE)
* Il A SAUTÉ le repas de midi et sa belle-sœur. (PIERRE DESPROGES)
* Cela remonte aux invasions arabes. En bâtissant nos maisons si haut, nous AVONS VOULU les préserver des Sarrasins. - Vous AVEZ fort bien RÉUSSI (sans COD), car depuis mon arrivée ici, je n’en AI pas RENCONTRÉ un seul. (GEORGES CLEMENCEAU)
* L'Américain qui, le premier, A DÉCOUVERT Colomb A FAIT une fâcheuse découverte. (GEORG LICHTENBERG)
* Les constructeurs de tunnels n’ONT jamais EU la foi qui soulève les montagnes. (L’OS À MOELLE)
* J'AURAIS DÛ donner ma conférence, puis me récompenser avec un magnum de champagne. Malheureusement, j'AI FAIT le contraire. (IAN HAY)
* Un gentleman n'a pas besoin de savoir le latin, mais il devrait du moins l'AVOIR OUBLIÉ. (BRANDER MATTHEWS)
* La Mort A MIS son sablier à côté de mon verre. (CARL BELLMAN)
* J’AI REÇU la vie comme une blessure et j’AI DÉFENDU au suicide de guérir la cicatrice. (LAUTRÉAMONT)
* L'Amérique A CONNU deux catastrophes nationales : Pearl Harbour et Pearl Buck. (ORSON WELLES)
* Je l'AI REVU l'autre jour. Il AVAIT tellement CHANGÉ (sans COD) qu'il ne m'A pas RECONNU. (TRISTAN BERNARD)

b- SANS COD (construction ABSOLUE)
* J’ai été pendant trois ans l’amant de sa femme. Il ne me pardonne pas d’AVOIR ROMPU. (GUILLOIS)
* Une chose dont vous vous souviendrez toujours, c’est la fois où vous AVEZ PARDONNÉ et OUBLIÉ. (TRISTAN BERNARD)
* Une tradition, ce n’est jamais qu’un progrès qui A RÉUSSI. (MAURICE DRUON)
* Un carré est un triangle qui A RÉUSSI, ou une circonférence qui A mal TOURNÉ. (PIERRE DAC)
* Tout homme a le droit d'être vaniteux tant qu'il n'A pas RÉUSSI. (DISRAELI)

2 POUR LA PLUPART DES VERBES INTRANSITIFS
* Jusqu’à l’âge de huit ans, je n’AI ni RI ni SOURI. Depuis, j’AI ADOPTÉ (COD) un certain rictus. (MAURICE ROCHE)
* Il A COURU chez le médecin, plus blanc que son tréponème.
* J'AI DÉBUTÉ avec ma seule intelligence, autant dire rien. (HENRI JEANSON)
* Qu’advient-il du trou lorsque le fromage A DISPARU ? (BERTOLT BRECHT)
* Une chose dont on ne parle pas n'A jamais EXISTÉ. (OSCAR WILDE)
* Pour attraper de bons fous rires aux enterrements, il faut AVOIR GRANDI dans le respect des choses de la mort. (JACQUES PERRET)
* Les gros mots ONT beaucoup MAIGRI. (ALFRED CAPUS)
* Je me sens comme si quelqu’un AVAIT MARCHÉ sur ma langue avec des chaussures boueuses. (W.C. FIELDS)
* Le mâle est un accident ; la femelle AURAIT SUFFI. (RÉMY DE GOURMONT)
* Un pessimiste est quelqu'un qui A VÉCU trop longtemps avec des optimistes. (ROBERT BEAUVAIS)

3 POUR LES VERBES AVOIR ET ÊTRE
* Je suis un optimiste qui A EU des malheurs. (LOUIS SCUTENAIRE)
* Celui-là A EU du courage, qui A ÉTÉ le premier à manger une huître. (Jonathan Swift)
* Si Job avait planté des fleurs sur son fumier, il AURAIT EU les fleurs les plus belles du monde. (Jean Rostand)
* La liberté ne fait pas le bonheur. Je n’AI jamais ÉTÉ si heureux que sous la contrainte. (ANDRÉ GIDE)
* Le résultat A ÉTÉ étonnant : en moins de huit jours, j'AVAIS PERDU (COD) trente livres. Trente livres sterling.  (PETER USTINOV)

4 POUR LES VERBES IMPERSONNELS
* Il A PLU. Il A NEIGÉ. Il A FALLU.
* J'AI toujours RENCONTRÉ (COD) si peu d'esprit autour de moi qu'il A bien FALLU que j'utilise le mien. (PAUL LÉAUTAUD)
* L’enterrement avait déjà eu lieu la veille, mais il A FALLU le recommencer pour une erreur de parcours. (MAX JACOB)
* Il m’AURA FALLU un demi-siècle pour devenir ce que j’étais. (SAN-ANTONIO)
* Pour être complètement nue, il EÛT FALLU garder tes bas. (RAOUL PONCHON)
* Il m'A FALLU quinze ans pour m'apercevoir que je n'avais aucun talent pour l'écriture, mais je ne pouvais plus m'arrêter, j'étais déjà trop célèbre. (ROBERT BENCHLEY)
Mais les impersonnels PAR OCCASION gardent le même auxiliaire :
* Il A SOUFFLÉ un vent à décorner les bœufs.
* Il EST VENU quelqu’un qui voulait faire ta fête.

5 POUR LES TEMPS SURCOMPOSÉS (le bisantérieur : antériorité par rapport à un passé)
* Quand on A EU FINI de boire, il était l’heure du pastis.

NOTE
SANS AUXILIAIRE, AVOIR :
1 EXPRIME la possession, l’obtention, la manière d’être.
* Tu es comme le père Hugo, tu AS le troisième âge turbulent. (Film)
2 Il signifie TROMPER, VAINCRE.
* Je me suis fait AVOIR comme un actionnaire.
3 AVOIR À + infinitif signifie DEVOIR.
* Mettez vos boules Quies : j'AI À vous dicter une lettre très confidentielle. (ANONYME)
* J’aime recevoir des lettres anonymes, parce que je n’AI pas À répondre. (JEAN DUTOURD)
* En donnant le nom à un enfant, il faut penser à la femme qui AURA un jour À le prononcer. (JULES BARBEY D’AUREVILLY)
* Pénélope était la dernière épreuve qu'Ulysse EUT À subir à la fin de son voyage. (JEAN COCTEAU)

B) L’AUXILIAIRE ÊTRE S’EMPLOIE :

1 À LA VOIX PASSIVE,
* Quand on ne travaillera plus les lendemains des jours de repos, la fatigue SERA VAINCUE. (Pierre Dac)
* C’était une âme simple, qui n’AVAIT jamais ÉTÉ PRÉSENTÉE à son subconscient. (Deeping)
* Les problèmes qu’a un individu avec sa petite amie ne SONT pas tous nécessairement DUS au mode de production capitaliste. (HERBERT MARCUSE)
* Nous SOMMES CONÇUS dans une crise de démence. (JULIEN GREEN)

2 AUX TEMPS COMPOSÉS :

a- DES VERBES PRONOMINAUX,
* Je me connais comme si je m’ÉTAIS FAIT. (San-Antonio)
* Je me SUIS ÉPRISE, je me SUIS MÉPRISE, je me SUIS REPRISE. (CÉCILE SOREL)
* Mon verre s’EST BRISÉ comme un éclat de rire. (GUILLAUME APOLLINAIRE)
* Je t’aime un peu plus de tout le temps qui s’EST ÉCOULÉ depuis ce matin. (VICTOR HUGO)
* La barque de l’amour s’EST BRISÉE contre la vie courante. (VLADIMIR MAÏAKOVSKI)
* Un jour, une femme m’a fait une déclaration, et je me SUIS ENDORMI. Dans ses bras. (JULES RENARD)
* Nous ne nous SOMMES pas QUITTÉS, c'EST TOMBÉ (intransitif) en feuille morte. (HENRI DUVERNOIS)
* Un poisson s’EST NOYÉ dans l’air. (GEORG LICHTENBERG)
* Je ne me SUIS pas LAVÉ les mains depuis Ponce Pilate. (JULES RENARD)
* Comment va-t-elle ? - Mieux. Elle s’EST REMISE au lit. (YVES MIRANDE)
* Elle s'EST DONNÉE à moi et c'est elle qui m'A EU (transitif). (SACHA GUITRY)
* Vous êtes un amant merveilleux ! - C'est que je me SUIS beaucoup ENTRAÎNÉ en solitaire. (WOODY ALLEN)
* Si tu étais plus belle, je me SERAIS déjà LASSÉ. Tandis que là, je ne m'y SUIS pas encore HABITUÉ. (RAYMOND DEVOS)
* J’ai toujours eu de bons rapports avec mes parents. Ils ne m’ont frappé qu’une fois : ils ont commencé le 23 décembre 1942 et se SONT ARRÊTÉS fin 1944. (WOODY ALLEN)
* ÊTRE ABANDONNÉ (voix passive), ce n'est que s'ÊTRE LAISSÉ devancer dans l'infidélité. (ÉTIENNE REY)
* Je me SUIS FAIT auprès de ma femme une solide réputation de monogame. (PIERRE DESPROGES)
* Quelques personnes pensent deux ou trois fois par an. Je me SUIS FAIT une réputation internationale en pensant deux ou trois fois par semaine. (BERNARD SHAW)
* Les mots qui voulaient sortir se SONT HEURTÉS aux mets qui voulaient entrer. (RAYMOND DEVOS)
* Je me SUIS MIS au régime : en quatorze jours, j'ai perdu deux semaines. (JOE LEWIS)
* Je me SUIS MARIÉ une fois à l’église, deux fois à la mairie et les autres fois à la sauvette. (JOSÉ ARTUR)
* Vous AVEZ REMARQUÉ (transitif) combien depuis quelque temps la nature s’EST MISE à ressembler aux paysages de Corot. (OSCAR WILDE)
* Je me SUIS rarement PERDU de vue ; je me SUIS beaucoup AIMÉ ; je me SUIS beaucoup DÉTESTÉ. Enfin, nous AVONS VIEILLI (intransitif) ensemble. (PAUL VALÉRY)
* Je tiens la connaissance de soi comme une source de soucis, d’inquiétudes et de tourments. Je me SUIS FRÉQUENTÉ le moins possible. (ANATOLE FRANCE)
* Je ne lui pardonnerai jamais de s'ÊTRE FAIT interdire de prêche à la chapelle du collège : depuis, je souffre d'insomnies à l'église. (GEORGE TYRELL)
* Je me SUIS FAIT tout seul, et je me SUIS RATÉ. (RAYMOND DEVOS)
* Je me SUIS souvent DEMANDÉ ce qu’il y avait d’impoli à rire de ses propres plaisanteries, car c’est un des plus grands plaisirs de la vie. (JOHN GALBRAITH)
* Quand il s’EST AGI (impersonnel) de montrer qu’il avait de l’esprit, il en a eu assez pour s’abstenir d’en avoir trop. (Voltaire)

b- DE VERBES INTRANSITIFS EXPRIMANT, POUR LA PLUPART :

1- UN MOUVEMENT : aller, arriver, (é)choir, descendre, (r)entrer, monter, (re)partir, rester (degré zéro du mouvement), retourner, (res)sortir, (re)tomber, venir (+ revenir, parvenir et survenir) ;
OPPOSITION : Je SUIS ENTRÉ. Mais : J’AI PÉNÉTRÉ.
* Mon père EST ALLÉ à Lourdes. Il ne lui reste plus que Lisieux pour pleurer. (COLUCHE)
* Je SUIS ALLÉ à l’église. Tandis que je demandais à Dieu de l’argent, une bonne femme EST VENUE m’en demander. (Andy Warhol)
* Le bonheur est la somme de tous les malheurs qui ne nous SONT pas ARRIVÉS. (Marcel Achard)
* Que de jeunes, partis don Quichotte, SONT ARRIVÉS Sancho Pança ! (OSCAR FOREL)
* Le personnel EST instamment PRIÉ (voix passive) de ne pas partir avant D'ÊTRE ARRIVÉ. (GEORGES CLEMENCEAU)
* Je crois que notre visite leur a fait du bien. Tu AS VU (transitif) combien ils avaient l'air tristes quand nous SOMMES ARRIVÉS, et leur sourire joyeux quand nous SOMMES PARTIS ? (HENRI DUVERNOIS)
* Les arrivistes sont des gens qui arrivent. Ils ne SONT jamais ARRIVÉS. (PAUL-JEAN TOULET)
* Mon mari EST ENTRÉ avec sa voiture dans la statistique. (ANONYME)
* Je SUIS MONTÉE plus de vingt fois, je ne sens plus mes pieds. (JEAN-CHARLES)
* Pas de chance, mon meilleur ami EST PARTI sans ma femme. (SYDNEY SMITH)
* Une repartie : ce qui nous vient à l’esprit quand notre interlocuteur EST PARTI. (DAN BENNET)
* Je me SUIS MARIÉ (pronominal) deux fois : deux catastrophes. Ma première femme EST PARTIE, la deuxième EST RESTÉE. (FRANCIS BLANCHE)
* Je ne retournerai jamais en enfance, j’y SUIS toujours RESTÉ. (TRISTAN BERNARD)
* Le Président a-t-il sa connaissance ? - Non, elle EST SORTIE par la porte du fond. (A LA MORT DE FÉLIX FAURE, DÉCÉDÉ DANS LES BRAS DE MADAME STEINHEIL)
* Les individus SONT SORTIS de l’état sauvage, les nations y SONT RESTÉES. (ALEXANDRE VINET)
* Ce sont des hommes publics : ils SONT SORTIS de l’ombre pour entrer dans la boue. (LOUIS SCUTENAIRE)
* N'espérez pas aller faire des courses avec votre femme et rapporter ce pour quoi vous ÉTIEZ SORTI. (BASIL BOOTHROYD)
* Si vous ÊTES VENU boire pour oublier, soyez gentil, payez avant de boire. (JEAN-CHARLES)
* J’ai toujours commencé par le désir, le sentiment n’EST VENU qu’ensuite. (PAUL LÉAUTAUD)
* J'avais rendez-vous avec mon amie, mais cela n'A MARCHÉ qu'à moitié : elle n'EST pas VENUE. (RADIO)
* On y est tellement comme chez soi qu'on se demande ce qu'on EST VENU y faire. (FERNAND RAYNAUD)
* Elle EST PARTIE pour la Côte d’Azur comme un petit plâtre, elle EST REVENUE comme un petit bronze. (SACHA GUITRY)

2- UN CHANGEMENT D’ÉTAT : décéder, (re)devenir, mourir, naître.
* « Notre journal A ANNONCÉ (transitif) hier par erreur le décès de Monsieur X : la nouvelle était prématurée. » Six mois plus tard, Monsieur X ÉTANT effectivement DÉCÉDÉ : « Notre journal, une fois de plus, avait été le premier à l'annoncer. » (ANONYME)
* Je SUIS DEVENU centenaire en commençant très tôt.
* Chacun n’EST DEVENU tout à fait soi-même que le jour où ses parents SONT MORTS. (HENRY DE MONTHERLANT)
* Je SUIS DEVENU l'amant de ma femme. (SACHA GUITRY)
* Elle EST DEVENUE pucelle à Orléans. (RAYMOND DEVOS)
* C'est en devenant vieux que vous ÊTES DEVENU couillon ou c'est de naissance ? (MARCEL PAGNOL)
* Le silence EST DEVENU sa langue maternelle. (OLIVER GOLDSMITH)
* Le cochon n’EST DEVENU sale que par suite de ses fréquentations avec l’homme. (PIERRE LOTI)
* Chez lui, l'amour EST DEVENU un souvenir ancestral. (ANDRÉ ROUSSIN)
* Il EST MORT avec un bel avenir derrière lui. (JAMES JOYCE)
* Trois personnes peuvent garder un secret, si deux d’entre elles SONT MORTES. (BENJAMIN FRANKLIN)
* La première qualité d'un héros, c'est d'ÊTRE MORT et enterré. (MARCEL PAGNOL)
* À tous ceux qui, nourris de grec et de latin, SONT MORTS de faim ! (JULES VALLÈS)
* Elle EST MORTE de quatre médecins et de deux apothicaires. (MOLIÈRE)
* J’ÉTAIS NÉ pour rester jeune, et j’AI EU (transitif) l’avantage de m’en apercevoir le jour où j’AI CESSÉ (transitif) de l’être. (GEORGES COURTELINE)
* Il ÉTAIT NÉ stupide et AVAIT considérablement DÉVELOPPÉ (transitif) ses dons naturels. (SAMUEL BUTLER)
* Je SUIS NÉ de paire inconnue. (ALEXANDRE BREFFORT)
* Victor Hugo EST NÉ au n*138 de la rue ; moi, plus modestement je ne SUIS NÉ qu'au n*23. (TRISTAN BERNARD)

NOTE
1 Etre est aussi une COPULE (verbe attributif par excellence).
* Le lit EST le meilleur lieu de rendez-vous.
Il est plus copule qu’auxiliaire de la voix passive dans :
* Je ne suis plus vierge, mais je SUIS DÉCOIFFÉE. C’est plus grave. (Géraldy)

2 Mais Il peut aussi signifier EXISTER, APPARTENIR, SE TROUVER ET (AU PASSÉ) ALLER.

A- EXISTER,
* Les baisers servent d’entractes aux scènes d’amour, mais il en EST qui trouvent les entractes meilleurs que la pièce. (Courteline)
* Il FUT un temps où les bêtes parlaient ; aujourd'hui, elles écrivent. (AURÉLIEN SCHOLL)
* Au séminaire, IL EST une façon de manger un œuf à la coque qui annonce les progrès faits dans la vie dévote. (STENDHAL)
* Les plus grandes inimitiés SONT entre proches parents. (TACITE)

B- APPARTENIR,
* L’honneur d’une fille EST à elle : elle y regarde à deux fois ; l’honneur d’une femme EST à son mari : elle y regarde moins. (Sébastien Mercier)
* L'exactitude EST à un journal ce que la vertu EST à une femme, sauf que le journal peut toujours publier un rectificatif. (ANONYME) (comparaison)
* L’on jouit davantage de ce qui EST à autrui que de ce qui EST à soi. (BALTASAR GRACIAN)
* L'amour EST à ceux qui y pensent. (MARCEL ACHARD)

C- SE TROUVER,
* Le patron EST à la broche. (Jean-Charles)
* Lorsque les drapeaux sont déployés, toute l’intelligence EST dans la trompette. (STEPHAN ZWEIG)
* Le sel de l’existence EST essentiellement dans le poivre qu’on y met. (ALPHONSE ALLAIS)
* La violence de la femme EST dans ses charmes. (JEAN-JACQUES ROUSSEAU)
* Pour ceux qui ont l’austérité trop facile, le devoir peut ÊTRE dans le plaisir. (JEAN ROSTAND)

D- ALLER.
* J’AI ÉTÉ à Lourdes avec mon mari. Il n’y a pas eu de miracle : je suis revenue avec lui. (Brussels)

CERTAINS VERBES INTRANSITIFS (OU PRIS INTRANSITIVEMENT) SE CONJUGUENT :
1 AVEC AVOIR QUAND ILS EXPRIMENT L’ACTION,
2 AVEC ÊTRE QUAND ILS EXPRIMENT L’ÉTAT.
Notamment (y compris certains verbes de mouvement ou de changement d’état) :
Aborder, aboutir, accoucher, accourir, accroître, alunir, apparaître, atterrir, augmenter, baisser, (dé)camper, cesser, changer, chavirer, commencer, crever, (dé)croître, crouler, croupir, déborder, déchoir, dégeler, dégénérer, déménager, dénicher, descendre, diminuer, disparaître, divorcer, échapper, échouer, éclater, éclore, embellir, empirer, enchérir, enlaidir, expier, expirer, faillir, finir, grandir, grossir, maigrir, monter, paraître, passer, pourrir, rajeunir, récidiver, résulter, sonner, stationner, trébucher, trépasser, vieillir.
* Le prix du tabac A encore AUGMENTÉ. Fumez du saumon. (PIERRE DAC)
* Depuis hier, il EST AUGMENTÉ. (Proche de la voix passive)
* Le délai A EXPIRÉ hier. Il EST EXPIRÉ depuis hier.
* J’AI RAJEUNI depuis que j’AI MAIGRI de vingt ans.
* L’armée A DÉCAMPÉ ; elle EST aujourd’hui DÉCAMPÉE. (Hanse)
* Ils ONT DIVORCÉ l’an dernier ; ils SONT donc DIVORCÉS.
* Le navire A ÉCHOUÉ ; depuis lors, il EST et reste ÉCHOUÉ.
* Les fruits, qui ONT POURRI, SONT tous POURRIS. (Hanse)

REMARQUES :
a- Dans beaucoup de cas, la règle action / état est PLUS THÉORIQUE QUE PRATIQUE :
- certains verbes ont AVOIR quand ils sont vraiment CONJUGUÉS,
* Il A CHANGÉ, il A GRANDI.
- d’autres prennent ÊTRE quand le participe passé est proche DE L’ADJECTIF.
* Il EST CHANGÉ, il EST GRANDI.

b- POUR CERTAINS VERBES (descendre, monter, passer, ressusciter…) l’usage fait prévaloir l’auxiliaire ÊTRE.
* Je SUIS MONTÉ à l’étage et, à cause de l’alerte, je SUIS DESCENDU aux abris.
* Je n’envisage mon avenir que quand il EST PASSÉ. (FRANCIS BLANCHE)
* Il en EST RÉSULTÉ une rixe autour des urnes. (Giraudoux)

c- Les deux sont parfois EN CONCURRENCE, SANS GRANDE DIFFÉRENCE DE SENS.
Le choix peut alors être dicté par la prononciation : éviter un hiatus.
* Le spectre lui AVAIT APPARU / lui ÉTAIT APPARU.
* La rivière A DÉGELÉ, elle EST maintenant DÉGELÉE. (Hanse)
* Cette race A bien DÉGÉNÉRÉ, EST bien DÉGÉNÉRÉE. (Académie)

d- AVOIR S’IMPOSE SI LE VERBE A UN COD.
* On A ENTRÉ le piano. * On A RENTRÉ les récoltes.
* On A DESCENDU les poubelles.
* Les épreuves l’ONT GRANDI.
* Il A MONTÉ l’escalier.
* J’AI PASSÉ ma vie à me défendre de l’envie d’y mettre fin. (FRANZ KAFKA)
* Un homme accompli doit AVOIR PASSÉ trois ans au collège, un an à l'université et deux ans en prison. (PROVERBE RUSSE)

e- Convenir + avoir (= plaire, être approprié) ; convenir + être (= admettre, tomber d’accord, conclure un accord).
* Le culte de Clotide A si bien CONVENU à Clovis qu’il l’a embrassé avec enthousiasme. (Un potache ?)
* Nous ÉTIONS CONVENUS de nous voir rue du Cherche-Midi à quatorze heures.

Auxiliaires. Avoir ou être ?

Formidable,Edy, comme toujours.
Le travail est à la fois de recolter les connaissances et les regrouper, mais aussi de les présenter avec ta clarté habituel.

Je dois dire que le 'prévaloir être" me semble être le maillon faible dans tout cela.

Il est monté en grade par son colonel (même ça ne me satisfait pas, ca c'est voix passive):
il a monté en grade?
il est monté en grade?

Auxiliaires. Avoir ou être ?

Je ne crois pas qu'on puisse dire "il est monté en grade par son colonel"

Auxiliaires. Avoir ou être ?

Hanse expose en résumé :
1 AUXILIAIRE AVOIR si le verbe a un COD.
* Nous AVONS MONTÉ l’eau / l’escalier.

2 LORSQUE MONTER EST EMPLOYÉ INTRANSITIVEMENT :
a- S’il s’agit d’une PERSONNE, l’auxiliaire ÊTRE l’emporte nettement, même pour l’action en cours.
* Après ÊTRE MONTÉ dans un wagon de troisième classe. (Butor)
* Ils SONT alors MONTÉS à l’échelle, sur le toit.
* Ils SONT MONTÉS à l’assaut.
Mais :
* Il est hors d’haleine pour AVOIR MONTÉ trop vite. (Académie)
* Un jour, avec Monsieur l’Abbé, j’ai monté là. (Gide)(Le Robert des difficultés)

b- S’il s’agit d’une CHOSE, AVOIR concurrence ÊTRE.
* La Seine A MONTÉ de plusieurs centimètres. (Académie)
* Les enchères ONT MONTÉ très haut. (Académie)
* La plante A MONTÉ en graine.
* Le thermomètre A / EST MONTÉ à trente degrés.
Je trouve à l’instant une citation de Diderot où l’auxiliaire ÊTRE est employé à la fois pour une chose et pour des personnes.
* Lorsque le tempérament EST MONTÉ à un certain degré, c’est un cheval fougueux qui emporte son cavalier à travers champs, et presque toutes les femmes SONT MONTÉES sur cet animal-là. (DENIS DIDEROT)

Silence à propos de la VOIX PASSIVE. Mais on admettrait cependant :
* Le cheval ÉTAIT MONTÉ par un novice.

A propos de MONTER EN GRADE.
Je préconise : * Il EST MONTÉ en grade. (2a-) (D’autant qu’il s’agit d’un résultat.)
On admettrait aussi : * Le colonel l’A MONTÉ (avec pronom COD) en grade.
Mais, je suis de l’avis de Léah, la transformation PASSIVE est insolite :
* ? Il A ÉTÉ MONTÉ en grade par le colonel.
L’indicatif présent passif encore plus : * ? Il EST MONTÉ en grade par le colonel.
→ Il EST MONTÉ en grade à l’intervention du colonel.

Auxiliaires. Avoir ou être ?

Edy a écrit :

* ? Il A ÉTÉ MONTÉ en grade par le colonel.

J'y ai pensé après coup.

Merci, Edy. J'admire beaucoup ta patience.

J'adore RESTER (mouvement.....zéro).

Autres mouvements : VISITER, MARCHER, FILER, COURRIR, mais s'agit-il peut-être de la méthode de l'action?
RENDRE VISITE = changement d'état?

Auxiliaires. Avoir ou être ?

Bonsoir, JSC !

Tous les verbes que vous citez ont pour auxiliaire AVOIR, comme TOUS les verbes transitifs et comme LA PLUPART des verbes intransitifs.

MARCHER : intransitif, uniquement AVOIR.
* Il A MARCHÉ toute la nuit autour de mon lit en rugissant des poèmes ; et puis, au petit matin, il m’a ratée. (MARGUERITE MORENO PARLANT DE CATULLE-MENDÈS)
* Ce vieillard octogénaire qui a déjà un pied dans la tombe et qui, de l’autre, A toujours MARCHÉ dans le sentier de la vertu. (CHRISTOPHE. LE SAPEUR CAMEMBER)
Outre ceci, que j’ai déjà cité :
* J'avais rendez-vous avec mon amie, mais cela n'A MARCHÉ qu'à moitié : elle n'est pas venue. (RADIO)
* Je me sens comme si quelqu’un AVAIT MARCHÉ sur ma langue avec des chaussures boueuses. (W.C. FIELDS)

FILER : transitif ou intransitif, uniquement avec AVOIR.
* J’ai songé un instant à elle, il est vrai ; mais, comme Héraclès aux pieds d’Omphale, j’AI FILÉ dès que j’ai vu ses deux fuseaux. (ALEXANDRE DUMAS PÈRE)

COURIR : transitif ou intransitif, uniquement avec AVOIR.
* Quand tu mets ton oreille contre l'escargot, t'entends le cœur qui bat. - Surtout si l'escargot il A COURU ! (JEAN-MARIE GOURIO. BRÈVES DE COMPTOIR)
* Il A COURU chez le médecin, plus blanc que son tréponème. (Déjà cité)

VISITER : transitif, uniquement AVOIR.
* Celui qui A VISITÉ dix fois une cathédrale a vu quelque chose ; celui qui A VISITÉ une seule fois dix cathédrales n’a pas vu grand-chose. (SINCLAIR LEWIS)

RENDRE VISITE : transitif, uniquement avec AVOIR, comme c’est le cas pour rendre.
Incidemment, j’ai lu, dans Hanse, que cette expression n’implique pas une réciprocité ; celle-ci doit être exprimée par un déterminant possessif :
* Je lui ai rendu SA visite.

7

Auxiliaires. Avoir ou être ?

Salut
j'ai une confondre entre l'auxiliare :
serai et auri
quand on dit :
tu sera puni       - sera / p.passé -

tu aura puni       - aura /p.passé -


la question ; quel est la différence du sens entre les deux phrases


Et mérci d'avance.

Auxiliaires. Avoir ou être ?

Bonjour.

Tu seras puni est à la forme passive, au futur simple.
Auxiliaire "être" au futur + participe passé.
La personne à qui on parle ne punira pas, elle subira une punition, quelqu'un la punira :

Tu n'as pas été sage, tu seras puni.


Tu auras puni est à la forme active, au futur antérieur.
Auxiliaire "avoir" au futur + participe passé.
Cette fois, on ne punira pas la personne à qui on parle, c'est la personne à qui l'on parle qui punira quelqu'un. Et cette punition aura lieu avant une autre action future.

Quand tu auras puni Pierre, tu puniras aussi Marie.

(On punira d'abord Pierre, puis on punira Marie.)