Entre désordre et injustice, faut-il choisir ?

Voici un sujet proposé par mon professeur de philosophie, et ce que je lui ai répondu.

A vos claviers !

           La Loi dans le sens de l’Etat fait référence à l’ensemble des codes de conduite permettant de garder un certain contrôle sur le comportement des individus en société. Elle génère des injustices, mais le bon sens commun veut que sa suppression soit à la source du désordre et de l’anarchie. Dans ce cas faut-il considérer que l’injustice est un mal nécessaire, ou doit-on au contraire choisir la voie du désordre pour ne pas prendre le risque de commettre des injustices ?
Certes l’expérience et l’histoire disent que le désordre n’a jamais pu être une doctrine conductrice de la société, cependant la répétition abusive d’injustices n’est-elle pas nuisible pour l’individu, pour son respect des lois et de l’Etat ? L’injustice peut-elle dans certains cas s’avérer être un mal nécessaire pour éviter un désordre ? Ce dernier est-il réellement une suite logique de l’absence de lois ? Peut-on faire confiance à l’individu, à la manière de Stirner, lorsqu’il s’agit pour lui d’autoréguler son comportement ?

          Par opposition à la justice, l’injustice est ce qui n’est pas juste. Il est nécessaire pour la définir de distinguer la part de subjectivité et d’objectivité qui s’introduit dans cette notion. De manière générale elle est objective pour l’Etat car elle fixe une ligne de conduite qui ne change qu’en étant reformée, et qui ne varie que peu. Mais elle est subjective pour l’individu car bien que son sens de la justice soit en accord avec celui de l’Etat, chacun a sa propre définition de ce qui est juste et de ce qui ne l’est pas. Pour ces raisons nous nous focaliserons sur la notion d’injustice pour l’Etat. L’injustice se rapporte à une application de la loi qui n’a pas puni le coupable, et/ou dédommager la victime. Elle est dans d’autres cas une application extrêmement rigoureuse de la loi, qui punie un méfait ou une des multiples variantes  de ce méfait à titre d’exemple, comme c’était le cas lorsque l’Etat Français à instauré le régime de la Terreur en 1792, au nom de la justice sociale. L’injustice est parfois très lourde de conséquences, lorsque la sanction appliquée est la peine de mort par exemple : l’individu n’est pas coupable dans les faits, mais l’Etat le juge comme tel.
Le désordre en son sens le plus épuré désigne l’absence d’ordre, mais il est aussi le manque de cohérence et d’organisation comme dans le cas d’une chambre mal rangée, le manque de discipline pour une personne turbulente, ou encore une agitation politique et sociale lorsque l’on parle d’un Etat. Le désordre en société implique que chaque individu ai son propre idéal de justice et son code de conduite, mais surtout qu’il le proclame ouvertement et l’applique dans sa vie au quotidien. Cet idéal varie selon les individus donc à partir du moment où il n’est plus contrôler, il devient une source de conflits quotidiens : l’un va considérer que la limitation de vitesse sur une route est juste et nécessaire, tandis que l’autre va renier cette affirmation.

Entre désordre et injustice, faut-il choisir ?

Le désordre crèe l'injustice aussi. Donc si choix il peut y avoir, c'est entre l'injustice née du désordre et celle qui naît de l'ordre voulu par l'état.
Deux questions:
L'injustice née de l'ordre vaut-elle mieux que l'autre?
Choisissons-nous donc toujours l'injustice?

Entre désordre et injustice, faut-il choisir ?

L'Anarchie se veut "organisation sans et en dehors de l'authorité".
Est-elle ni désordre, ni injustice?

Entre désordre et injustice, faut-il choisir ?

Le désordre crèe l'injustice aussi. Donc si choix il peut y avoir, c'est entre l'injustice née du désordre et celle qui naît de l'ordre voulu par l'état.

Effectivement en considérant cela nous choisirons toujours l'injustice, directement où indirectement.

Un être humain qui fait preuve de raison choisit normalement la voie de l'injustice générée par l'ordre, le problème est que la répétition d'injustices dans un Etat peut créer le désordre, c'est un cercle vicieux, inévitable ? Je ne pense pas, à partir du moment ou un juste milieu est trouvé par l'Etat.

Entre désordre et injustice, faut-il choisir ?

Théoriquement oui, l'anarchie n'est ni désordre ni injustice, du moins pas à grande échelle.

L'anarchie pour fonctionner doit faire totalement confiance à la nature humanie, c'est un peu utopiste lorsque l'on voit ce qu'un individu est capable de faire lorsqu'il n'est plus soumis à des règles je trouve.

Entre désordre et injustice, faut-il choisir ?

Je crois qu'il faudrait examiner l'anarchie en Catalogna ~1937 pour estimer les bienfaits et les faiblesses de ce système qui a quand même tenu presqu'un an.
Inutile à théoriser dans le vide.
Anarchie en espagne 1936-39

Entre désordre et injustice, faut-il choisir ?

je crois que le désordre sert l'Etat : il lui permet de se faire bien voir, de montrer ce qu'il sait faire en cas de crise et souvent c'est ce qui permet une election présidentielle( il n'y à qu'à voir l'éléction de Bush ...)
de plus il me semble que l'anarchie pronne une certaine autodiscipline dont malheureusement peu de personnes semblent capables et elle vise à responsabiliser totalement chacun de ses faits et pensées.
cela pose donc aussi un problème de morale et d'ethique qu'il faut bien prendre en compte à mon sens. puisque la justice varie, l'injustice aussi. pourtant d'un point de vue moral, ethique en prennant les choses objectivement nous arrivons à entendre tout le monde.
alors une question se pose : est-ce que quand il s'agit de justice ou d'injustice il faut y répondre de manière individuelle, subjectivement ?
il me semble que justice et injustice concernent tout le monde et ont des conséquences plus ou moins directes sur chacun.

Entre désordre et injustice, faut-il choisir ?

Je crois qu'en français, le phrases commencent toujours toutes avec une lettre majuscule!

Entre désordre et injustice, faut-il choisir ?

Oh ! Excuses moi ! J'ai l'habitude de traitement de texte qui mettent les majuscules automatiquement ! Désolée si ça t'a géné !

10

Entre désordre et injustice, faut-il choisir ?

Merci, ranou. Cette nouvelle version me fait plaisir...sa lecture est d'autant plus compréhensible!

Il faudrait bien définir "Justice" et "Injustice" pour voir si elles sont subjectives.
En philosophie, il y a beaucoup de définitions à faire pour être certain que nous parlions des mêmes choses.