3 461

Accord du participe passé

Bonjour à tous,

Dans ce cas très précis, je m'interroge et nous sommes 3 personnes à avoir des doutes...

Comment ecrivez-vous : informée (é) ou (ée) sachant que je suis une femme et que c'est moi qui postule.

Monsieur le Directeur,

Suite à une nouvelle campagne de recrutement dont un membre de votre service m’a inform(ée) , je vous propose à nouveau ma candidature à des fonctions administratives au sein de la Plateforme, etc.

Merci pour votre aide.

3 462

Accord du participe passé

un membre de votre service m’a informée

Un membre de votre service a informé, qui ?  Moi. Le COD m' est devant le verbe  avoir. Accord.

3 463

Accord du participe passé

Ne faudrait-il pas plutôt écrire de nouveau "encore" ?

3 464

Accord du participe passé

En toute rigueur, oui.
Mais...

L'emploi de à nouveau pour de nouveau est aujourd'hui si fréquent que l'on ne peut plus le tenir pour fautif.
https://www.larousse.fr/dictionnaires/f … difficulte

3 465

Accord du participe passé

Moi, je n'écrirai rien. Ce "à nouveau" signifie pour le lecteur que la candidature a déjà été proposée.  Il serait peut-être plus sage de ne pas rappeler un éventuel rejet de la part du DRH.

3 466

Accord du participe passé

Cela dit, le fil de discussion est en priorité consacré à l'accord du participe passé...
Pas à la correction de lettres. 

3 467 (Modifié par Jehan 01/04/2019 à 22:14)

Accord du participe passé

Jehan a écrit :

Tu remarqueras que pour ma part, à propos de l'explication, j'ai mis "logique" entre guillemets...  Si peu logique que ce soit pour les diverses raisons que tu exposes, je pense que cela a pu jouer à l'origine.  Parce que, justement, je ne connais pas de langue où tout soit logique à cent pour cent. Sauf peut-être l'espéranto. Et encore...

Pour plusieurs raisons dont la première est qu'il ne me semble pas très bon que ce soit ceux qui commettent des erreurs qui l'emportent...

Outre que c'est un argument un peu trop "moralisant" à mon goût, c'est méconnaître le fait que d'autres "erreurs" de jadis sont devenues aujourd'hui des normes.

Oui, je comprends que cet argument un peu moralisateur comme tu dis te gêne, ce n'est pas mon préféré non plus.

Mais qu'entends-tu par "des erreurs de jadis sont devenues des normes" ?
En quoi l'accord du participe passé est-il fondé sur une erreur ?

"Cela entraine une modification du parler", as-tu dit... Or, il se trouve que la tendance naturelle du parler, comme j'ai dit plus haut, est justement d'omettre de plus en plus l'accord.

Oui. Mais là c'est comme tu le dis "une tendance naturelle". Moi ja parlais de réforme qui entraîne autoritairement une réforme du parler. C'est tout de même bien différent une langue qui change de façon naturelle ou de façon autoritaire.

3 468 (Modifié par Jehan 01/04/2019 à 23:09)

Accord du participe passé

HarolDts a écrit :

Mais qu'entends-tu par "des erreurs de jadis sont devenues des normes" ?
En quoi l'accord du participe passé est-il fondé sur une erreur ?

Je n'ai jamais dit que l'accord du participe passé était fondé sur une erreur.
Les erreurs dont je parle, ce sont les erreurs commises par rapport à la règle en vigueur. Les erreurs par rapport à la règle actuelle ( les décisions que j'ai *pris) pourraient devenir la norme de demain, de même que d'anciennes erreurs d'autrefois (omettre d'accorder un participe présent, par exemple) sont devenues la norme d'aujourd'hui. Hormis quand on l'emploie comme adjectif, on n'accorde plus le participe présent avec son sujet, sauf dans de très rares locutions figées :

Rappelons ici que le participe présent était autrefois variable, comme en témoignent encore certaines locutions figées de la langue juridique : toutes affaires cessantes, séance tenante, des ayants droithttp://parler-francais.eklablog.com/ce- … 125957450)

HarolDts a écrit :

Oui. Mais là c'est comme tu le dis "une tendance naturelle". Moi je parlais de réforme qui entraîne autoritairement une réforme du parler. C'est tout de même bien différent une langue qui change de façon naturelle ou de façon autoritaire.

Si cela reste facultatif (comme c'est déjà le cas pour toutes les propositions de réforme de 1990) on ne peut pas dire "autoritairement". Et encore moins si l'on tend à s'aligner sur les changements naturels constatés, tels ces non-accords de participes passés de plus en plus fréquents dans le langage oral.

3 469

Accord du participe passé

Bonjour,

"Je vois que quelque chose dans mon comportement vous a bouleversé. Je vois que cela vous a beaucoup blessé". Si "vous" est une femme, est-ce que j'écris bouleversée, blessée?

Merci.

3 470

Accord du participe passé

Oui.