1

Proust, Du côté de chez Swann

J'avais trouvé dans Du côté de chez Swann, « Noms de pays : le nom », une image étonnante :
"Contrainte interne d'un pli mental".

C'est une expression employée en résistance des matériaux, si on retire le mot "mental".

Proust avait-il connaissance de cette science ?

Le cerveau comparé à un matériau, la comparaison est audacieuse...

Aujourd'hui on parle de matériau élastoplastique... en résistance des matériaux.

L'homme est adaptable, et on pourrait dire également que sous l'alternance des pressions il finit par adopter un pli définitif...

Qu'il a fini par comprendre la leçon, et qu'il ne reviendra jamais à sa phase élastique, que son comportement est définitivement plastifié !!!

Proust, Du côté de chez Swann

Bonjour Charles,
votre intervention est passionnante. Je ne pense pas que M. Proust ait eu connaissance de domaine de connaissances scientifiques, mais n'en suis pas certain. Toutefois, le parallèle que vous faites entre le comportement et les matériaux me semble très intéressant, merci pour cette piste de réflexion.
Livrophage

Proust, Du côté de chez Swann

Bonsoir à tous,
J'aimerais savoir ce que vous pensez de l'oeuvre de Proust : Du côté de chez Swann.
Tous les avis, toutes les critiques sont les bienvenus...
Merci de vos réponses.

4

Proust, Du côté de chez Swann

Bonsoir,

Est-ce pour un devoir scolaire ?

Proust, Du côté de chez Swann

En fait, je voudrais le lire pour ma culture personnelle. J'en ai très vaguement entendu parler, et j'aimerai avoir des avis favorables ou non à la lecture de cette oeuvre...!!

Proust, Du côté de chez Swann

Bonjour je suis en licence de lettre moderne et je viens justement de finir de le lire. Nous n'avions que la première partie à lire: Combray ... J'ai trouvé sa intéressant mais vraiment trés dur à lire, d'habitude les passages de description ne me dérange pas mais je dois avouer que là...surtout la dernière description à propos de la rivière ... enfin les passages où le narrateur parle de son enfance sont trés bien... Mais si je peux te donner un conseil lis-le et il ne faut pas hésiter à revenir en arrière car on perd souvent le fil !

Proust, Du côté de chez Swann

Proust est comme Le nom de la rose de Éco ; faut passer les 50 premières pages pour plonger dedans !

Proust, Du côté de chez Swann

Vous avez raison. La lecture de l'oeuvre de Proust n'est pas facile. Cependant, elle vaut plusieurs détours Du côté de chez Swann ou Du côté des Guermantes!

Peu importe les motivations qui nous invitent à voyager dans À la recherche du temps perdu, ce Temps de lecture mémorable qui dure Longtemps demeure inoubliable dans le Temps.

Ce n'est pas une perte de temps. J'y reviendrai avec bonheur longtemps dans le temps.

9

Proust, Du côté de chez Swann

C'est un peu loin pour moi je l'avais lu dans le cadre de mon TPE de terminale où j'étudiais l'amour versus la haine, je me suis donc concentrée sur "Un amour de Swann" car le temps me manquais pour ce devoir. J'avais bien aimé, mais je me rapelle que j'avais mis quelques pages pour arriver à me faire à cette écriture et ne pas être obligée de revenir au début de la phrase (c'est à dire trois page avant...) pour comprendre ce que je lisais. Malgré mes difficultés premières je ne regrette pas de m'être pris la tête sur cette oeuvre. Si tu t'y jette tu ne le regretteras très certainement pas.

Proust, Du côté de chez Swann

Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que ce premier tome pose d'abord les piliers, les bases, les caves, de cette immense cathédrale que va devenir "La Recherche".
La première lecture de Combray peut sembler fastidieuse : en définitive, il n'y a quasiment pas une ligne qui ne "serve" pas par la suite, qui ne soit pas "réemployée", sur laquelle la spirale de l'oeuvre ne vienne pas repasser une seconde, voire une troisième, voire une quatrième couche, à chaque tour plus élevée et plus vertigineuse !...

Idem pour la troisième partie, "Nom de pays : le nom.", dont l'intérêt - et même le sens - n'apparaîtront totalement que sur la partie complémentaire "Nom de Pays - le pays" (voir A l'Ombre des Jeunes Filles en Fleur, et même après...)

Heureusement, la partie centrale, "Un Amour de Swann", peut fonctionner en autonomie. C'est d'ailleurs en général à travers elle qu'on "accroche" à l'oeuvre de Proust.
Dire que ce récit forme une miniature de La Recherche est un peu faux. Là comme ailleurs, il ne s'agit en réalité que d'un point de départ, d'une ébauche, des premières lignes sur lesquelles se construira l'oeuvre. Premières lignes qui sont toutefois d'une profondeur et d'une finesse déjà hors du commun... même si le meilleur est encore à venir !

Si vous accrochez à Swann, et si vous avez la persévérance de plonger plus avant, vos efforts seront récompensés au centuple. Vous êtes au seuil d'un fort beau voyage, croyez-moi...