Indicatif ou subjonctif après "à moins que" ?

Bonjour,

J'ai une question :
Après "à moins que", faut-il utiliser l'indicatif ou le subjonctif ?

Merci !

Indicatif ou subjonctif après "à moins que" ?

À moins que......ne + subjonctif.
(Cf. Temps: avant que, jusqu'à ce que; Concession: bien que, quoique, Condition: pourvu que, sans que.  But ou raison: afin que, pour que, de peur que...ne, de crainte que....ne,)

À moins qu'il ne soit un génie, il pourrait toujours espérer le devenir.

S'il y a un doute, utilise l'infinitif:
à moins d'être un génie, il pourrait toujours espérer le devenir.

Indicatif ou subjonctif après "à moins que" ?

Bonjour à tout le monde !

À MOINS QUE / À MOINS DE

À MOINS QUE est une locution conjonctive de subordination qui introduit une subordonnée de CONDITION : à moins que = SAUF SI.

PREMIER PROBLÈME
Le verbe de la subordonnée doit être au SUBJONCTIF.
On notera cependant que son synonyme SAUF SI impose l’indicatif :
* Mon médecin m'a recommandé d'arrêter les petits dîners pour quatre. À MOINS QU'il N'y AIT trois autres personnes. (ORSON WELLES)
→ SAUF S’il y A trois autres personnes.
La transformation de À MOINS QUE en SAUF SI est toujours possible, à la condition que la forme verbale soit AJUSTÉE. (Riegel)

UN SECOND PROBLÈME est de savoir SI LE NE EXPLÉTIF (qui n’est pas une négation) EST OBLIGATOIRE. Il est FACULTATIF, mais, comme dit Grevisse, on l’emploie « souvent ».
Effectivement, dans mon corpus, le NE est nettement majoritaire :

AVEC LE NE
* Ne me parlez pas de mes dettes, À MOINS QUE vous NE VOULIEZ les payer. (GEORGE HERBERT)
*  On devrait convenir diplomatiquement que la langue française serait la langue de la cuisine, comme les savants ont adopté le latin pour la botanique et l’entomologie, À MOINS QU’on NE VEUILLE absolument les imiter, et avoir réellement le latin de cuisine. (HONORÉ DE BALZAC)
* N’employez jamais un mot nouveau, À MOINS QU’il N’AIT ces trois qualités : être nécessaire, intelligible et sonore. (VOLTAIRE)
* C’est plutôt lugubre de vivre à l’ère américaine, À MOINS QU’on NE SOIT Américain évidemment. (JOHN OSBORNE)
* Ne faites jamais un bon mot qui puisse vous faire perdre un ami, À MOINS QUE le mot NE SOIT meilleur que l'ami. (PROVERBE ANGLAIS)
* L'homme est le seul mâle qui batte sa femelle. Il est donc le plus brutal des mâles, À MOINS QUE, de toutes les femelles, la femme NE SOIT la plus insupportable. (GEORGES COURTELINE)

SANS LE NE
* Les malheurs des autres nous sont indifférents, À MOINS QU’ils nous FASSENT plaisir. (JULES RENARD)
* Une femme ne dit jamais son âge, À MOINS QUE ce SOIT l’occasion de faire connaître l’âge d’une autre personne qui a plus d’intérêt encore à le cacher. (EUGÈNE LABICHE)

Grevisse donne trois citations avec le NE et quatre sans le NE. Notamment :
* Il n’en fera rien, À MOINS QUE vous NE lui en PARLIEZ. (Académie)

Personnellement, je m’efforce de ne pas utiliser le NE explétif lorsqu’il est facultatif ; ce n’est pas la peine d’introduire fût-ce une once de négation, puisqu’elle n’a pas à y être, et de compliquer la vie des non-francophones.

LE TROISIÈME PROBLÈME est la transformation infinitive.
JSC y voit une différence de sens, ce que, personnellement, je ne partage pas. Qu’il m’en excuse ! À ma connaissance, les grammaires ne font d’ailleurs pas de différence sémantique.

Par contre, elle pose un problème de SYNTAXE : LA TRANSFORMATION INFINITIVE N’EST POSSIBLE :
1 QUE SI le sujet (implicite) de l’infinitif est LE MÊME que celui de la proposition principale (Riegel parle de sujets CORÉFÉRENTIELS) :
* AUCUNE FEMME ne tombe amoureuse d’un homme, À MOINS D’AVOIR de lui une opinion meilleure que celle qu’il mérite. (EDGARD HOWE)
→ À MOINS QU’elle ait de lui une opinion meilleure que celle qu’il mérite.
* TOUT VIEILLARD est ridicule et se rend ridicule, À MOINS QU’il NE SOIT complètement imbécile, ce qui, du reste, est le cas le plus fréquent. (ÉMILE FAGUET)
→ … À MOINS D’être complètement imbécile...
* À MOINS DE toucher le gros lot, JE ne me ferai pas construire une maison. (Riegel)

2 OU QUE SI LE SUJET DE LA PRINCIPALE EST INDÉFINI :
* À MOINS D’ÊTRE un génie, IL est préférable de rester compréhensible. (ANTHONY HOPE)
* IL est dangereux d'être sincère, À MOINS D'ÊTRE également stupide. (BERNARD SHAW)

A contrario, la transformation serait fautive ici :
* N’épousez jamais une veuve, À MOINS QUE son mari N’AIT été pendu. (PROVERBE ÉCOSSAIS)
→ … À MOINS D’avoir été pendu. (Ce qui n’a plus de sens.)

Avec raison, Riegel fait observer que le NE explétif DISPARAÎT DANS LA TRANSFORMATION INFINITIVE.

Indicatif ou subjonctif après "à moins que" ?

Excellent, Edy!

Non, je ne crois pas que j'ai senti une différence de sens, je voulais juste dire si j'avais un doute sur le ne ou sur le subjonctif, je remixerais le syntagme en forme avec l'infinitif.

Le seul problème que j'aurais eu en ne pas apprenant le "ne " facultatif est la surprise que certains passages dans la littérature m'auraient faite.

Heureusement on ne pend plus les hommes en Europe (je crois). 

Indicatif ou subjonctif après "à moins que" ?

Bonsoir, JSC !

Tout en vous ayant mal compris, j'ai répondu à vos deux questions.

La transformation infinitive (qui économise le NE explétif et qui évacue le subjonctif) nécessite, vous l'avez lu, soit une coréférence des sujets (Riegel aime bien cette terminologie), soit une formulation impersonnelle.

Indicatif ou subjonctif après "à moins que" ?

Merci beaucoup, j'ai compris !   

Indicatif ou subjonctif après "à moins que" ?

Bonjour,

pourriez-vous m'éclairer ?
"je me rendis compte qu'elle n'était plus à mes côtés. A moins que ce ne fût moi qui (éloigner)."

A quel temps dois-je conjuguer le verbe éloigner ?

Merci

Indicatif ou subjonctif après "à moins que" ?

Bonsoir.

Je suppose qu'il s'agit du verbe "s'éloigner" et non "éloigner"...

En langue classique, on utiliserait le plus-que-parfait du subjonctif :
"Je me rendis compte qu'elle n'était plus à mes côtés. A moins que ce ne fût moi qui me fusse éloigné(e)."
Mais l'on peut aussi utiliser le passé du subjonctif.
Et supprimer le "ne" qui est purement explétif.
"Je me rendis compte qu'elle n'était plus à mes côtés. A moins que ce fût moi qui me sois éloigné(e)."

Indicatif ou subjonctif après "à moins que" ?

Merci 

10

Indicatif ou subjonctif après "à moins que" ?

Salut,

Je sais toujours pas comment employer "a moins que", quand on parle du subjonctif. Vous parlez de le "NE" explétif, mais il me semble qu'il ne change rien.

Edy écrit:

edy a écrit :

AVEC LE NE
* Ne me parlez pas de mes dettes, À MOINS QUE vous NE VOULIEZ les payer. (GEORGE HERBERT)

Il écrit aussi:

edy a écrit :

SANS LE NE
* Les malheurs des autres nous sont indifférents, À MOINS QU’ils nous FASSENT plaisir. (JULES RENARD)

Mais les deux emplois le subjonctif! Alors... le "Ne" ne signifie vraiment rien? Est-il là seulement pour l'euphonie? (et pour "compliquer la vie des non-francophones"? )