Ach ou hach ? (h aspiré)

Bonjour,

Avec des amis, l'autre jour, on s'est pris la tête dans le débat du 'h' aspiré ou non... Dans mon esprit, la réforme de la langue française avait définitivement relégué aux oubliettes cet aspect difficile de la langue française et dès lors, tout était permis, allant "des zollandais" aux "zharengs", mais il semble que je me sois mis le doigt dans l'oeil...

Y a-t-il quelque part une règle précise sur un site français ? J’ai bien trouvé une règle mais sur un site canadien...

Merci,

Pierred

PS : j'ai scruté tout le forum sans succès à la recherche d'un sujet similaire, rien trouvé, désolé si le sujet a déjà été abordé...

Ach ou hach ? (h aspiré)

H aspiré

On distingue en français deux h, c'est-à-dire deux prononciations différentes associées à la lettre h. Pourtant, paradoxalement, la lettre h ne représente aucun son, et ce, quel que soit le contexte dans lequel elle apparaît. Pourquoi alors parler de h muet et de h aspiré? La raison est en fait essentiellement étymologique. Certains mots commençant par h sont d'origine latine, alors que d'autres viennent de langues germaniques (francique, anglais, allemand, etc.).

On appelle h aspiré le h initial des mots qui ont une origine germanique, bien qu'il n'y ait, en fait, aucune aspiration en français. Il s'agit plutôt d'une disjonction entre ces mots et ce qui précède. C'est pourquoi le h dit aspiré interdit la liaison; on prononcera ces hamacs [séamak] (sé-a-mak) et non [sézamak] (sé-za-mak); vous hurlez [vuyRlé] (vou-ur-lé) et non [vuzyRlé] (vou-zur-lé). De même, on ne peut faire d'élision devant un mot commençant par un h aspiré; on aura par exemple: la honte [la7t] (la-on-t) et non l'honte [l7t] (lon-t); je hoche [GeOS] (je-och) et non j'hoche [GOS] (joch).

De plus, le h aspiré favorise la prononciation du e final du mot qui précède, ce e étant habituellement considéré comme muet. Ainsi, on dira: une grande haie [yngR2d(e)E] (unn-gran-d(e)-è). Enfin, le h aspiré s'observe également dans des emprunts à l'arabe et dans certaines interjections (ha!, hop!, hola!) où il est dans ces rares cas le signe d'une réelle aspiration.

Le dictionnaire Robert présente plus de quatre cents mots commençant par un h aspiré; on le représente par une apostrophe, par exemple hameau est transcrit en API ['amo]. Voici une liste des principaux, dont plusieurs comportent des dérivés.

hache, hagard, haie, haillon, haine, haïr, hall, halo, halte, hamac, hamburger, hameau, hanche, handicap, hangar, hanter, happer, harceler, hardi, harem, hareng, harfang, hargne, haricot, harnais, harpe, hasard, hâte, hausse, haut
havre, hennir, hérisser, héron, héros (mais non héroïne), hêtre, heurter, hibou, hic
hideur, hiérarchie, hiéroglyphe, hippie, hisser, hobby, hocher, hockey, hollande, homard ,honte , hoquet, horde, hors, houblon, housse, huard, hublot, huche, huer, huit, humer, hurler, huron, husky, hutte, hyène

Ach ou hach ? (h aspiré)

H muet

On appelle h muet le h initial des mots qui ont une origine latine ou grecque. Ce h ne joue aucun rôle dans la prononciation du mot; c'est comme s'il n'existait pas. C'est pourquoi les mots commençant par un h muet se comportent, à l'oral, comme les mots qui commencent par une voyelle. La liaison se fait avec le mot qui précède. Par exemple, on prononce: un hameçon [6nams7] (un-namm-son); très habile [tREzabil] (trè-za-bil); nous habitons [nuzabit7] (nou-za-bi-ton). De même, on fait l'élision, à l'écrit, de certains mots grammaticaux. Par exemple, on écrit: l'humilité, quart d'heure, je m'habitue.

Le h muet entraîne également, pour le mot qui précède, la non-prononciation du e dit muet qui se trouve à la fin. Par exemple, on prononce: une grande héroïne [yngR2déROin] (unn-gran-dé-ro-inn); une fraîche haleine [ynfRESalEn] (unn-frè-cha-lènn).

Enfin, puisque le h muet ne se prononce jamais, aucun symbole phonétique dans l'API n'est associé à cette lettre.

Source : http://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/bdl.html

Ach ou hach ? (h aspiré)

Eh bien, merci pour ces explications, même si elles ne plaident pas en ma faveur... snif, et moi qui croyait que l'on avait enfin rendu la vie facile aux apprentis de la langue française... On en est loin...

Ach ou hach ? (h aspiré)

Je savais que ce serait un peu trop "égaré" et difficile à comprendre. Désolé.

Ach ou hach ? (h aspiré)

Merci, très intéressant. La lettre h en espagnol marque aussi un accent dans la prononciation généralement des mots d'origine latin par exemple bohemio = bohème, bohême. Également en espagnol la lettre h a le même valeur que la lettre f, exemple hierro et fierro = fer

Ach ou hach ? (h aspiré)

si le "Robert" nous dit que le 'h" de "hyène"" est aspiré, le "Larousse" lui nous dit (2009) on dit les "hyènes" ou les "zyènes" - et dans des éditions précédentes il nous disait "l'hyène hurle" - cela aurait-il changé ? ce "h" se promène d une année sur l autre ?

Ach ou hach ? (h aspiré)

Pour hyène, le Robert 2009 indique les deux prononciations.
Mon petit Larousse 2001 aussi...