Arrêter et s'arrêter

Je n'arrive pas à distinguer "arrêter" de "s'arrêter", voyant employés tous les deux dans une même situation. Par exemple : Arrête de faire ça / Arrête-toi de faire ça.

Merci de toute réponse.

Ip.

Arrêter et s'arrêter

A mon avis, il n'y a pas de différence de sens.

1 Dans un emploi absolu, ils signifient cesser.
* Arrête ! Arrête-toi !

2 Avec DE + inifinitif, ils signifient aussi cesser. (Nuance d'aspect)
Malgré quelques critiques, on trouve :
* Il n'a pas arrêté de vomir. (Gide)
* Ils n'arrêtaient pas de fumer. (Mauriac)
* On n'arrête pas de nous le dire. (Paulhan)
* La Terre n'arrête pas de tourner. (Prévert)
La forme affirmative n'est évidemment pas exclue :
* Lorsque la Terre arrêtera de tourner.

* Elle S'arrêta de parler. (Loti)
* Elle me reprenait sans S'arrêter de travailler. (Péguy)
* Ce sang qui ne S'arrête pas de couler. (Larbaud)

Pour mémoire :
1 Arrêter peut se construire avec un COD.
* Arrêtez la musique !
* Arrêtez cet homme !
2 Arrêter signifie aussi "prendre une décision".
* Le maire a arrêté que le sationnement y serait interdit.
3  Avec un verbe impersonnel, s'arrêter me semble exclu.
* ° Il ne s'arrête pas de pleuvoir.

Arrêter et s'arrêter

adoncques, on peut les employer l'un pour l'autre ?

Arrêter et s'arrêter

Salut
s'arrêter est un verbe pronominal de sens réciproque
voir lien  ici

Arrêter et s'arrêter

Ils ne sont pas totalement interchangeables :

1 Quant au sens, vous avez au moins "arrêter" dans le sens de "prendre une décision".

2 Sur le plan de la syntaxe, je me suis expliqué.
Voyez ce que j'ai dit des verbes impersonnels.
Plus ce que dit Lysli : le verbe peut être également un pronominal réciproque ; il suffit, pour s'en assurer, de voir si l'on peut ajouter "réciproquement".
* Les deux joueurs, dans leur élan, se sont arrêtés (réciproquement).

Arrêter et s'arrêter

alors, c'est la même chose si je dis "je m'arrête de fumer" et "j'arrête de fumer" ?

Arrêter et s'arrêter

Bonjour !

L'une et l'autre sont équivalentes. Quant à s'arrêter définitivement, c'est une autre affaire...