Flaubert, Un cœur simple

Je suis en L1 de Lettres Modernes. J'ai écrit un commentaire composé sur Un Coeur Simple de Flaubert. Voici mon plan, j'aimerais savoir ce que vous en pensez. Il est en 2 parties, le chapitre ne traitant majoritairement que d'une chose (le perroquet) et ne faisant qu'une petite quinzaine de page.

I.L'Evolution des sentiments de Félicité pour le perroquet jusqu'à l'unison.
II.La mort du perroquet et la comparaison de l'animal avec le Saint Esprit jusqu'au décès de Félicitié.

Voilà. J'ai eu des problèmes de méthodologie surtout, pas d'idées. Le texte regorge de figures de styles et est mouvementé, j'ai eu de quoi écrire mais la structure m'a un petit peu troublé.Ca m'aiderait ...

Où est le texte ?
La version numérique de votre texte est peut-être disponible sur Internet. Avez-vous vérifié ?
Si vous trouvez le texte, recopiez-le dans votre message.

Flaubert, Un cœur simple

Je pense que ta méthodologie est bonne. Cependant, le titre de la première partie n'est pas assez global. Pour ma part, j'opterai plutôt pour quelque chose du genre "Évolution du personnage de Félicité ..."
J'espère que cela va t'aider  Je te préviens juste que mes réponses ne sont pas forcément justes. En effet, tu a l'air d'avoir bien plus de connaissance que moi, je ne suis qu'en 3ème donc j'ai un peu peur de vous induire en erreur. Faîtes attention.

Bonne chance !
Bonne journée à tous !
Cordialement,
Alice.

3

Flaubert, Un cœur simple

Bonjour,

Je suis élève de seconde, nous avons du lire "Un coeur simple" de Flaubert en lecture cursive et le prof nous a donné des questions (moi qui ai l'intention d'aller en S, n'y comprend rien

Voici celle auquelles je n'arrive pas a repondre: 
Commentez le choix du titre et du prénom Felicité
Quel a été le but de Flaubert en écrivant ce "conte" ?
En quoi ce récit est une nouvelle ?
Que devrait ou pourrait-on faire pour transformer cette nouvelle en un roman ?

Merci d'avance , mille fois merci de m'aider.

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

Flaubert, Un cœur simple

Zut alors !
Mais commencez donc par nous dire ce que vous en pensez. Cela s'appelle "Un cœur simple". Dites nous le donc simplement, cordialement. Que çà vous barbe ou que çà vous plait. Que vous avez aimé cette phrase ou tiqué sur telle autre. Que çà vous inspire et vous donne envie de broder ou que çà vous dégoute, en quoi et pourquoi.
Et quand tout cela aura été déballé, alors, nous pourrons voir comment on peut en faire une copie!

Flaubert, Un cœur simple

Louiise, tes questions sont quand même assez simples, je crois que tu te laisses décourager d'avance ! Tu sais, en 1èreS tu passes aussi l'épreuve de français, la même qu'en ES et quasiment la même qu'en L (avec un programme un peu moins lourd simplement), il ne faut pas considérer que le français est trop difficile pour les scientifiques parce que tu n'es pas au bout de tes peines...

Regarde de près tes questions :
-Cherche "félicité" dans un dictionnaire, cherches-en l'étymologie, l'origine du mot. Trouves-tu que ce sens corresponde bien à la vie du personnage ?
-D'après toi, qu'est-ce que l'auteur a voulu nous dire sur la vie ? Quels types de personnes a-t-il voulu mettre en avant ? Quelle sorte de morale pourrait-on en tirer ?(plusieurs réponses sont envisageables)
Qu'est-ce qu'une "nouvelle" par rapport à un roman ? Cherche juste une définition complète de la nouvelle, et tu répondras facilement à tes deux dernières questions...

Ne te laisse pas décourager, au contraire prends de bonnes habitudes de travail et construis-toi des bases solides cette année : tu prépares déjà ton bac, en 1ère on compte beaucoup sur les acquis de seconde !

6

Flaubert, Un cœur simple

Voila ce que j'ai écrit pour l'instant

Commentez le choix du titre et du prénom Félicité ?
Le choix du titre, Un cœur simple caractérise bien le « cœur » de Félicité l’héroïne de cette histoire. En effet, elle aime successivement un homme : Théodore, puis les enfants de sa maîtresse : Paul et Virginie, ensuite elle tombe sous le charme de son neveu : Victor, d’un vieillard qu’elle soigne, avant de laisser son cœur a Loulou : un perroquet.

Le choix du prénom Félicité, qui signifie bonheur chance a été utilisé par ironie. En effet ce prénom est à l’opposé de la vie du personnage. Félicité a vécu une vie marquée par le malheur, et la malchance.

Quel été le but de Flaubert en écrivant ce « conte » ?

Pour cette question je seche j'ai beau me demande quelle moral peut-on tirer de cette histoire aucune reponse ne me viens.

En quoi ce récit est-il une nouvelle ?

Ce récit est une nouvelle. En effet, tous les caractéristiques de la nouvelle sont respecté tel que la durée de l’histoire est brève, la narration y est concise : il y a peu de personnages : seul Félicité est largement décrite alors que les autres personnages sont brièvement présentés, peu de lieux, peu d’évènements : l’action est centré sur la vie amoureuse de Félicité.

Que devrait ou pourrait-on faire pour transformer cette nouvelle en un roman ?
Afin de transformer cette nouvelle en un roman, il faudrait tout d’abord augmenter le nombre de péripéties ou ajouter des détails a l’action, les personnages et les lieux. Par exemple, compléter l’action en recentrant l’action sur toute la vie de Félicité et pas seulement sur sa vie amoureuse. Il faudrait aussi faire apparaître clairement un schéma narratif ainsi qu’un adjuvant afin d’aider la héroïne.Quel été le but de Flaubert en écrivant ce « conte » ?

Flaubert a probablement écrit ce conte dans le but de montrer a tous les lecteurs que la vie d’une servante a beau être ennuyante sur le point de vue du travail mais très agitée sur le point de vue de l’amour. Ce livre prouve aussi qu’une pauvre fille de campagne considérée comme un moins que rien dans la société peut tout de même ressentir des émotions et s’attaché a des personnes et par ce billais la Flaubert dénonce la façon dont la société est hiérarchisé

Voila quand même une reponse a la question.
Dites moi ce que vous en pensé et se que je dois changé
MErci

Flaubert, Un cœur simple

Félicité ne signifie pas "bonheur chance", mais simplement "qui reçoit des félicitations." Celui qui demande à quelqu'un de faire une corvée ne lui procure pas de bonheur. Ses félicitations visent à compenser.

La question "Quel était le but de Flaubert en écrivant ce conte ?" est perverse car le but de Flaubert pourrait très bien être de faire exactement ce qu'il a fait. C'est le plus probable.

La question "En quoi ce récit est-il une nouvelle ?"contient un piège, car le récit en question est extrait d'un livre qui s'appelle "Trois contes" et non "Trois nouvelles"
La distinction du conte et de la nouvelle n'est pas des plus claires, mais elle a fait couler beaucoup d'encre. Même si on ne sait pas quelles sont les raisons pour lesquelles celui qui emploie l'un de ces mots le choisit plutôt que l'autre, il est sûr qu'il a des raisons et que pour lui un conte n'est pas une nouvelle.

La question "Que devrait ou pourrait-on faire pour transformer cette nouvelle en un roman ?" est encore plus saugrenue et ne peut se comprendre que par l'enchainement qui la relie aux questions précédentes. Ni un conte, ni une nouvelle ne sont des romans.
On distingue des genres en les opposant les uns aux autres: nouvelle, conte, roman. Si on oublie les genres, on peut comparer des œuvres entre elles et depuis longtemps on a remarqué des ressemblances entre "Un cœur simple" et "Madame Bovary", entre "Hérodias" et "Salammbo", et entre "la légende de St Julien l'Hospitalier" et "La tentation de Saint Antoine". Il est évident que c'est ce que le questionneur a en tête, mais pas du tout Flaubert.
Quand on construit un bateau ou une maison on n'a pas l'idée de transformer l'un en l'autre. Pas plus quand on écrit une nouvelle ou un roman, et ce n'est pas en allongeant une nouvelle qu'on la transforme en roman.

On ne peut donc répondre à ces questions qu'en le prenant de très haut: donc pas en les prenant au pied de la lettre mais en discernant quelque chose de ce qu'on voudrait vous faire dire.

Si j'étais soumis à une telle épreuve, je réagirais ainsi:

1 Quand on se sert des analogies pour faire des rapprochements, on crèe des catégories. Souvent les critiques opposent la distinction par genre à la distinction par inspiration. Mais çà ne tient pas debout.
2 Car si Flaubert distingue trois contes, il les réunit également en un seul livre et ce qui fait l'unité d'action, c'est l'idée de contrepartie sous forme de récompense et la perversité de cette idée. Flaubert écrit sous forme de contes trois variantes d'une histoire composée sur le mode de la récompense qui boucle le récit. Ce sont des histoires de règlements de compte.
3 Je laisse ouvert ce qui viendrait ensuite et qui serait adapté à la tête du prof.

Flaubert, Un cœur simple

Je pense que ces questions s'adressant à des secondes, elles étaient vraiment à prendre au premier degré et ne contenaient pas de piège... La définition du nom commun "félicité" dans le larousse est "grand bonheur". je suppose que le prof voulaient les amener à formuler leurs toutes premières réflexions seuls à partir d'éléments accessibles à tous, avant d'approfondir sans doute avec eux... Enfin c'est comme ça que je vois les choses pour ma part !

Flaubert, Un cœur simple

Bonjour Ammy

Vous avez raison pour le substantif "félicité". Mais faut-il voir un substantif dans un prénom ? On baptisait le nouveau-né en lui donnant un "saint patron". Et, si on sortait de cet usage, on en gardait cependant l'idée de destinée et ne nommait pas le nouveau-né "Amour" mais "Aimé". Et si, en se dégageant encore plus de l'usage, on baptisait un enfant "Benjamin", ou "Octave", celui-ci, le principal intéressé, en se posant la question de la signification de ce nom qu'on employait tout le temps pour le désigner, était fondé à penser, en se conparant aux autres, que, lui, avait vraiment été pris pour un numéro et mal aimé.

Il s'agit, bien entendu, de la signification que l'enfant attribue au nom qu'on lui a donné. Et, dans le contexte où il vit, déjà à l'époque de Flaubert, le substantif "félicité" est un vieux mot, presque jamais employé, tandis que la félicitation est un mot qu'on lui assène sans arrêt.

C'est pourquoi les "questions s'adressant à des secondes" peuvent légitimement provoquer une réaction du type "Pour qui me prenez-vous ?", en expliquant qu'on n'est pas "le cancre que vous croyez". C'est ce que j'appelais "le prendre de haut".

Le prof qui se sentirait visé par une telle attitude serait bien vulnérable, car il est, tout autant que l'élève, la victime de "la mise en classe", qui fait de vous un numéro.

L'un d'eux  qui enseigne l'anglais en prépa, n'est connu dans le quartier où j'habite, que par le surnom de "Chèramy", parce qu'il commence toutes ses phrases par ce poncif.  Et, comme il me quittait hier soir en déclarant "le devoir m'appelle", je le reprenais en le déclarant bien catho de confondre le devoir au singulier avec les devoirs à corriger. Le "chèramy" qu'il promène ainsi est aussi éventé que la félicité de la servante dans "Un cœur simple", ce qui ne permet d'autre emploi que l'emploi ironique. Ce serait une faute que de ne pas voir l'ironie et le dictionnaire la commet s'il ne précise pas que le mot n'est plus en usage et qu'on ne le ressuscite que par moquerie.

Flaubert, Un cœur simple

Bonjour,

Je dois lire le livre
Un coeur simple de Flaubert

Je dois dire quels sont ses centres d'intéret et en quoi il m'a plu ou non.

Alors, j'ai déjà travaillé sur ce travail ; et je vous demande des réponses ... !

Car la question en quoi il vous a plu ou non - et je n'ai pas du tout la méthode pour y répondre, donc oui je n'ai pas encore trouvé de réponse ce qui vous amène à considérer que je n'ai pas fait de travail personnel à ce sujet alors que c'est faux !!!

Conclusion : donnez moi vite les réponses