Corneille, Cinna, acte IV, scène 2

Bonjour,

Je dois faire mon premier commentaire de texte, je suis en seconde.

Pour nous aider, notre professeur nous a donner différentes étapes à suivre :

- chercher des informations sur l'auteur et l'oeuvre
- chercher les procédés d'écriture (pour répondre aux questions des deux axes)
- organiser les procédés → les rassembler autour d'un thème (3, 4)
- ...

J'ai beaucoup de mal avec les procédés d'écriture.
Si je n'arrive pas cette étapes je ne peux pas commencer à rédiger mon commentaire...

1. Ciel ! à qui voulez-vous désormais que je fie
2. Les secrets de mon âme et le soin de ma vie ?
3. Reprenez le pouvoir que vous m'avez commis,
4. Si donnant des sujets il ôte les amis,
5. Si tel est le destin des grandeurs souveraines
6. Que leurs plus grands bienfaits n'attirent que des haines,
7. Et si votre rigueur les condamne à chérir
8. Ceux que vous animez à les faire périr.
9. Pour elles rien n'est sûr ; qui peut tout doit tout craindre.
10. Rentre en toi-même, Octave, et cesse de te plaindre.
11. Quoi ! Tu veux qu'on t'épargne, et n'as rien épargné !
12. Songe aux fleuves de sang où ton bras s'est baigné,
13. De combien ont rougi les champs de Macédoine,
14. Combien en a versé la défaite d'Antoine,
15. Combien celle de Sexte, et recois tout d'un temps
16. Pérouse au sien noyée, et tous ses habitants.
17. Remets dans ton esprit, après tant de carnages,
18. De tes proscriptions les sanglantes images,
19. Où toi-même, des tiens devenu le bourreau,
20. Au sein de ton tuteur enfonça le couteau :
21.Et puis ose accuser le destin d'injustice
22. Quand tu vois que les tiens s'arment pour ton supplice,
23. Et que, par ton exemple à ta perte guidés,
24. Ils violent des droits que tu n'as pas gardés !
25. Leur trahison est juste, et le ciel l'autorise :
26. Quitte ta dignité comme tu l'as acquise ;
27. Rends un sang infidèle à l'infidélité,
28. Et souffre des ingrats après l'avoir été.

Corneille - Cinna

Est ce que ce que j'ai déjà trouvé est juste ? :


ligne 1 : "Ciel" une interjection
ligne 2 : adjonction
ligne 3 : métaphore : le pouvoir ?
ligne 5 : référence religieuse : "des grandeurs souveraines" ?
ligne 10 : "Rentre en toi même" : métaphore

Merci d'avance

Corneille, Cinna, acte IV, scène 2

Ciel ! à qui voulez-vous désormais que je fie
Les secrets de mon âme et le soin de ma vie ?
Reprenez le pouvoir que vous m'avez commis,
Si donnant des sujets il ôte les amis,
5     Si tel est le destin des grandeurs souveraines
Que leurs plus grands bienfaits n'attirent que des haines,
Et si votre rigueur les condamne à chérir
Ceux que vous animez à les faire périr.
Pour elles rien n'est sûr ; qui peut tout doit tout craindre.
10      Rentre en toi-même, Octave, et cesse de te plaindre.

Ce sera plus facile à suivre si tu mets les lignes

ligne 1 : "Ciel" une interjection
ligne 2 : adjonction   : "Action d'adjoindre, d'ajouter; résultat de cette action."
es-tu sûre que ce soit bien une ajonction ?
ligne 3 : métaphore : le pouvoir ? : pourquoi le pouvoir serait-il ici une métaphore ?
ligne 5 : référence religieuse : "des grandeurs souveraines" : non, il s'agit tout simplement des grandeurs des souverains
ligne 10 : "Rentre en toi même" : métaphore ?

Ne confonds pas procédés d'écriture et figures de style

Corneille, Cinna, acte IV, scène 2

J'ai mis des lignes

Donc je reprend :

1. "Ciel" est un apostrophe et pas une interjection
2. il n'y a pas d'adjonction entre "les secrets de mon âme", "et", "le soin de ma vie !" ?
3. oui tu as raison, le pouvoir est concret, ce n'est pas une métaphore
7-8. personifaction
10.  "Rentre en toi même" → le fait de rentrer en soit même n'est pas "possible", métaphore ou je n'ai pas compris ?
11. une antithèse, vu qu'on l'épargne, mais il n'as rien épargné ?
12. "aux fleuves de sang" : métaphore


Les procédés d'écriture regroupent quoi en somme ?
Les métaphores, comparaisons, allégories, structure du texte, registre de langue, temps utilisés, ponctuation, champs lexicaux... ?

Corneille, Cinna, acte IV, scène 2

Bonjour,

J'ai avancé un peu depuis deux heures.

J'ai trouvé d'avantages de procédés d'écriture :

métaphore (l.16) "Pérouse au sein noyée", l18 "les sanglantes images", l12 "ton bras c'est baigné"; mais aussi des antithèses : ligne 9 "qui peut tout doit tout craindre", l11 "Tu veux qu'on t'épargne, et tu n'as rien épargné", l23-24, l27 "Rend un sang infidèle à l'infidélité", l28 "Et souffre des ingrats après l'avoir été".

Ces procédés d'écriture (sont-ils justes ? Est ce que j'ai tous trouvé ?) me permettent plus ou moins à répondre à mes deux axes :

# premier axe : le désarroi de l'empereur

- apostrophe
- périphrase
- antithèse
- constatation

# second : sa remise en cause

- injonction "Reprenez le pouvoir / Cesse de te plaindre..."
- antithèse
- métaphore

J'ai juste ?
Ensuite que faut t'il faire pour rédiger mon commentaire de texte (autres étapes) ?