Expression de la concession et de l'opposition

Bonsoir,

Je voudrais utiliser différemment : mais, cependant, pourtant, néanmoins, toutefois, seulement. Si quelqu'un d'entre vous m'aidait, merci beaucoup.

Expression de la concession et de l'opposition

Bonjour !
Voilà ! Le sujet n’est probablement pas épuisé, mais moi, je le suis… Excusez-moi de ne plus me relire.

PLAN SYNTAXIQUE
1 Seul, mais est une CONJONCTION de coordination ; les autres sont des ADVERBES de relation logique.

2 Mais a une PLACE fixe : devant l’élément coordonné. Les autres ont une position relativement mobile.
* C’est bien votre distique, MAIS il y a des longueurs. (RIVAROL)
→ C’est bien votre distique, POURTANT il y a des longueurs.
→ … il y a POURTANT des longueurs.
→ … il y a des longueurs POURTANT.
C’est pareil pour les autres adverbes, sauf pour seulement, qui ne semble pouvoir être placé qu’en tête.
→ … SEULEMENT il y a des longueurs.
→ … il y a SEULEMENT des longueurs (= il n’y a que des longueurs ; sens modifié)
→ … il y a des longueurs SEULEMENT. (Signification aléatoire.)

3 Le CUMUL de mais et d’un des autres cités est possible puisque la cohérence est respectée.
On admettra donc : mais pourtant, etc. (mais pas l’inverse : pourtant mais).
* L’action se passe dans un lit conjugal, MAIS NEANMOINS agréable. (DIDASCALIE FICTIVE)

4 Mais COORDONNE des mots, des syntagmes (groupes) ou des propositions.
* Un homme intelligent MAIS bête.
* J’aime les pommes de terre cuites, MAIS non les pommes en terre cuite.
* Elles ont un système philosophique qui ne concerne que les hommes, MAIS qui tient parfaitement debout quand ceux-ci sont couchés. (SACHA GUITRY)
Les adverbes coordonnent aussi, mais ils ont parfois besoin du renfort de mais.
* Un homme intelligent, MAIS POURTANT bête.
* J’aime les pommes de terre cuites, MAIS POURTANT pas les pommes en terre cuite.
* … , mais néanmoins qui… / mais qui néanmoins… / mais qui tient néanmoins… etc.

5 Les éléments à coordonner doivent avoir même fonction, même construction, être relativement homogènes, avoir (sauf par plaisanterie) une certaines cohérence ; ils peuvent être de classes différentes.
* ? Rire avec la bonne, mais avec des idées d’amours ancillaires.
* ? Une symphonie concertante mais déconcertante.
* ? Il poussa les enchères, mais aussi un profond soupir.
* Moi aussi, je mets de l’argent de côté, mais pas du bon côté. (JULES RENARD)
→ … mais cependant / pourtant / néanmoins / toutefois pas du bon côté.

6 L’inversion des éléments coordonnés n’est pas possible sémantiquement.
* ° Mais il y a des longueurs, c’est bien votre distique.
Cette contrainte ne se retrouve pas dans la proposition subordonnée d’opposition / concession.
* Quoiqu’il ait des longueurs, c’est bien votre distique.

PLAN SEMANTIQUE
1 La conjonction mais.
Je relève six significations que ne possèdent pas totalement les adverbes cités.
a) l’opposition,
* Le sexe des femmes, il est certain qu’on l’a déjà comparé à tout, mais jamais à une tuile. (CHAPELAN)
b) la correction,
* Finalement, j’ai eu un orgasme, mais mon médecin m’a dit que ce n’était pas le bon. (WOODY ALLEN)
c) l’insistance,
* Bavard, mais bavard comme un coq qui aurait bu du café.
d) l’exclamation,
* Mais, pour une fois, ce n’est pas idiot, ce que tu viens de dire !
e) l’objection.
* J’ai été recalé. – Mais n’avais-tu pas les questions ? – Si, seulement je ne connaissais pas les réponses.

2 Comme rien n’est simple, je précise que mais possède DEUX valeurs d’opposition.
a) Une concession implicite.
* Ça lève le petit doigt, mais c’est pute. (AUDIBERTI) (+ et +)
* Il est un peu petit, mais au lit cela ne se voit pas. (DUCHESSE DE CHEVREUSE) (+ et -)
* Il n’y a pas de paradis, mais il faut mériter qu’il y en ait un. (JULES RENARD) (- et +)
* Ce n’est pas mal, mais je n’aime pas. (- et -)
→ Bien que ça lève le petit doigt… Bien qu’il soit un peu petit… Bien qu’il n’y ait pas de paradis… Bien que ce ne soit pas mal…

b) La seconde branche justifie la négation de la première.
* Vous n’avez pas la variole, mais la vérole. (- et +)
Je crois me souvenir qu’en allemand on utilise des termes différents : aber et sondern.

3 Que penser des adverbes cités ? (On pourrait ajouter : par contre, nonobstant, en revanche.)
a) Leur rôle essentiel est d’exprimer l’opposition ou la concession.
* Je vais beaucoup mieux. Néanmoins, mes héritiers sont au plus mal.
→ … par contre, mes héritiers sont au plus mal.
→ … mais mes héritiers sont au plus mal.
→ Quoique j’aille beaucoup mieux, mes héritiers sont au plus mal.
b) Seulement peut introduire une restriction.
* Elle a vingt-huit ans. Seulement, c’est toujours ce que j’ai entendu dire.

CONSULTONS LE PETIT ROBERT POUR PLUS DE DETAILS

MAIS
1 Marquant une transition, en tête de phrase.
* Mais, dites-moi. * Mais c'est de la folie ! * Mais encore ? * Mais enfin !
* Mais enfin, comment la chose s'est-elle passée ? (A. DAUDET)
2 Introduit une idée contraire à celle qui a été exprimée.
* Les privilèges finiront, mais le peuple est éternel. (MIRABEAU)
Après une négation
* Ce n'est pas ma faute, mais la tienne !
* Je n'en veux pas un, mais deux. 
* Ce n'est pas un accident, mais bien un crime. (Mais au contraire) 
3 Introduit UNE RESTRICTION, une correction, une addition, une précision indispensable.
* Elle n’est pas belle, mais elle a du charme.
* Incroyable, mais vrai.
* J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer. (RACINE)
* Mon verre n’est pas grand, mais je bois dans mon verre. (MUSSET)
* C’est mon avis, mais tu fais ce que tu veux.
4 Introduit une objection (notamment sous forme interrogative).
* Mais n'étiez-vous pas au courant ?
* Je ne dis pas, mais... * Oui, mais... 

CEPENDANT
Exprime une RESTRICTION, une OPPOSITION.
* Maman, cependant, était bonne catholique, ou prétendait l'être. (ROUSSEAU )
* Assez frêle, mais robuste cependant (cf. Quand même).
* Il joue beaucoup, mais il ne gagne cependant jamais. 
En tête de proposition :
* Il joue beaucoup, cependant il ne gagne jamais (cf. Toujours est-il que, n'empêche que). 

POURTANT
Adverbe marquant l'OPPOSITION entre deux choses liées, deux aspects contradictoires d'une même chose. 
* Il faut pourtant avancer.
* C'est pourtant bien simple.
* C'est pourtant vrai.
* Je te l'avais pourtant bien dit.
Après le mot qu'il met en relief :
* Triste, découragée, souriante pourtant. (PROUST)
Et pourtant, unissant deux mots, deux propositions tout en les opposant.
* C'est une note grave, douce et pourtant pénétrante. (GAUTIER)
* Et pourtant elle tourne [la Terre]. (GALILEE)
Mais pourtant, introduisant une opposition atténuée.
* Caractère efféminé, mais pourtant indomptable. (ROUSSEAU)

NEANMOINS
Malgré ce qui vient d'être dit; en dépit de cela.
* Impétueux dans ses souhaits et néanmoins patient. (HUYSMANS)
* Néanmoins, je m'en accommode.

TOUTEFOIS
En considérant toutes les raisons, toutes les circonstances (qui pourraient s'y opposer), et malgré elles.
En tête de phrase ou de proposition.
* Toutefois, il convient que la raison entreprenne sur le sentiment. (ANATOLE FRANCE)
Après le verbe.
* Je ressentis toutefois ces événements... (VALERY)
En fin de phrase.
* Il vous regarde avec confiance, sans naïveté toutefois. (JULES ROMAINS)
Autres exemples :
* À condition toutefois qu'on ne fasse pas de mélodrame. (DUHAMEL)
* Excepté toutefois.
* Sans toutefois que la France renonçât à ses droits. (MICHELET)
* Si toutefois vous n'y voyez pas d'inconvénient.

SEULEMENT
En tête de proposition. Sert à introduire une restriction, une atténuation (en soulignant l'existence d'une seule chose à ajouter, à préciser).
* C'est une bonne voiture, seulement elle coûte cher.
Familièrement : * Seulement voilà...

Expression de la concession et de l'opposition

Merci Edy, c'est vraiment complet.