11

Baudelaire, Les Foules

Bonjour!
C`est de nouveau moi ici J`aurai besoin de vous cette semaine parce que je travaille sur les autres Petits poemes de Baudelaire. Aujourd`hui je propose une lecture de "Les foules":

Il n'est pas donné à chacun de prendre un bain de multitude : jouir de la foule est un art ; et celui-là seul peut faire, aux dépens du genre humain, une ribote de vitalité, à qui une fée a insufflé dans son berceau le goût du travestissement et du masque, la haine du domicile et la passion du voyage.
   Multitude, solitude : termes égaux et convertibles pour le poète actif et fécond. Qui ne sait pas peupler sa solitude, ne sait pas non plus être seul dans une foule affairée.
   Le poète jouit de cet incomparable privilège, qu'il peut à sa guise être lui-même et autrui. Comme ces âmes errantes qui cherchent un corps, il entre, quand il veut, dans le personnage de chacun. Pour lui seul, tout est vacant ; et si de certaines places paraissent lui être fermées, c'est qu'à ses yeux elles ne valent pas la peine d'être visitées.
   Le promeneur solitaire et pensif tire une singulière ivresse de cette universelle communion. Celui-là qui épouse facilement la foule connaît des jouissances fiévreuses, dont seront éternellement privé l'égoïste, fermé comme un coffre, et le paresseux, interné comme un mollusque. Il adopte comme siennes toutes les professions, toutes les joies et toutes les misères que la circonstance lui présente.
   Ce que les hommes nomment amour est bien petit, bien restreint et bien faible, comparé à cette ineffable orgie, à cette sainte prostitution de l'âme qui se donne tout entière, poésie et charité, à l'imprévu qui se montre, à l'inconnu qui passe.
   Il est bon d'apprendre quelquefois aux heureux de ce monde, ne fût-ce que pour humilier un instant leur sot orgueil, qu'il est des bonheurs supérieurs au leur, plus vastes et plus raffinés. Les fondateurs de colonies, les pasteurs de peuples, les prêtres missionnaires exilés au bout du monde, connaissent sans doute quelque chose de ces mystérieuses ivresses ; et, au sein de la vaste famille que leur génie s'est faite, ils doivent rire quelquefois de ceux qui les plaignent pour leur fortune si agitée et pour leur vie si chaste.

Moi, ce que je propose pour un commentaire compose (je dois garder la structure de deux parties):
I. Poete face au monde
- Opposition entre lui et la foule
- Poete- ame errante qui puise des autres
- Poete- celui qui se donne lui aussi ( charite, amour, prostitution de l`ame, il adopte comme siennes les miseres des autres)

II. Art poetique comme privilege et mystere
- Privilege, art, une certaine mission, superiorite aux autres
- art comme un don surnaturel ( p.ex. insuffle par une fee dans le berceau)
- art comme bonheur incomparable

Qu`est-ce que vous en pensez?

12

Baudelaire, Les Foules

Il y a deux parties imposées par le Poëme même : multitude/solitude
Je te suggère donc de faire tes deux parties sous ces titres, et voir comment se fait la circulation de l'une à l'autre.

Baudelaire, Les Foules

Bonjour Joanna,

Je ne suis pas certaine que la première partie de ton I soit pertinente :

- Opposition entre lui et la foule

- un bain de multitude : jouir de la foule est un art
- singulière ivresse de cette universelle communion
- qui épouse facilement la foule connaît des jouissances fiévreuses
- etc.
suggèrent le contraire...

Je n'opposerais pas non plus multitude et solitude : Multitude, solitude : termes égaux et convertibles pour le poète actif et fécond.

Tu as sans doute dû remarquer que ce poème est à l'opposé de "Le fou et la Vénus". Là, le poète est au sein de l'orgie universelle, il n'en est pas exclu comme dans celui que tu as étudié précédemment...

Muriel

Édit : Je changerais aussi le titre de ta première partie en un Le poète dans le monde, ou bien au sein du monde (et non pas face). (Au sein connote l'dée de se nourrir, en plus d'être parmi...).Tu pourrais même dire : "Le poète au sein du monde et le monde au sein du poète". (Un monde d'humains et d'amour surtout : la "nature" n'est pas très présente ici.)
Le reste démontre que tu fais des progrès...

14

Baudelaire, Les Foules

Ah oui ! je me suis mal exprimée : il ne faut pas opposer multitude et solitude, mais montrer comment se fait la circulation de l'une à l'autre. Ce que je voulais dire, c'est que ça donnait les deux parties du commentaire. Ensuite, les sous-parties de Joanna peuvent se situer dans l'une ou l'autre partie

15

Baudelaire, Les Foules

Bonjour aux amatrices de Baudelaire, le prince des poètes,

J'ajouterai volontiers quelques couples de mots à ce poème paradoxal :
anonymat / célébrité
bonheur / exigences
singularité / multiplicité
noblesse / vulgarité
consommation / production
imagination / uniformité (il faut noter le pluriel démultiplicateur "les foules")

Muriel a bien raison : si le Fou et la Vénus" était du côté du spleen, ce poème tire par contre vers l'Idéal. Il rappelle la première partie de l'Albatros.

Le triptyque final (fondateur, conducteur, prêtre) s'inscrit encore dans la perspective romantique du rôle éminent du poète. D'autres poèmes comme le Vieux saltimbanque manifesteront en revanche une puissante désillusion. A la solitude inspirée du mage succédera la déréliction de l'artiste méprisé par la bourgeoisie positiviste.

16

Baudelaire, Les Foules

Je suis d`accord avec vous. Mais ce que je vois c`est le fait que le poete n`appartient pas a la "foule" , ile est bien plus haut que "le genre humain" aux depens duquel il jouit. en plus il est un "promeneur solitaire", il "epouse" la foule ( donc une seule personne contre toute l`unite) sa solitude qu`il doit peupler...Le poete peut etre ainsi comme un sangsue, il ne se jouit pas ensemble avec cette foule, mais il prend seulement "un bain".
je ne sais pas, peut-etre j`ai mal compris ce poeme, mais c`est ce que je vois ici.

Baudelaire, Les Foules

C'est bien ce que je dis... Tu fais des progrès... 

18

Baudelaire, Les Foules

Si je fais des progres c`est grace a vous!

Baudelaire, Les Foules

Alors, puisque tu es volontaire, travaille "les couples" que t'a donnés Jean-Luc, et reviens dire le sens que tu y auras trouvé. Jean-Luc te donnera sûrement son avis ensuite...

Muriel

20

Baudelaire, Les Foules

Baudelaire avait un certain mépris pour le commun des mortels ; et situait les artistes bien au-dessus !