Baudelaire, Les Fleurs du mal, Spleen LXXV : Pluviôse irrité

Bonsoir,
Je n'est jamais fait de commentaire composée, je suis en 1re S et Spleen LXXV: Pluviôse irritée, les Fleurs du Mal, Baudelaire est mon premier texte à analyser.
J'ai analysé le texte et j'ai pu voir le symbolisme des objet, que ce poèmes est comme un moyen d'exorciser ses sentiments, la forme du poème, le champ lexical, le double usage de certains verbes, l'auteur identifié par le chat ...
Je ne trouve pas vraiment de figures de style dans ce poème ce qui m'étonne.
Je ne sais pas comment trouver un plan convenable, je me suis déjà rendu à la fiche outils du site sur le commentaire composé, en vain.
J'ai par ailleurs tâté le terrain et j'ai trouver ce plan qui me paraît faux:

Problématique: Comment Baudelaire utilise l'exacerbation des sentiments face à la symbolique du texte?

I) Le Spleen
II) ?

S'il vous plaît essayez de m'aider je suis bloqué par le plan et la problématique qui me semble incorrecte.
Merci 



LXXV - Spleen

Pluviôse, irrité contre la ville entière,
De son urne à grands flots verse un froid ténébreux
Aux pâles habitants du voisin cimetière
Et la mortalité sur les faubourgs brumeux.


Mon chat sur le carreau cherchant une litière
Agite sans repos son corps maigre et galeux;
L'âme d'un vieux poète erre dans la gouttière
Avec la triste voix d'un fantôme frileux.


Le bourdon se lamente, et la bûche enfumée
Accompagne en fausset la pendule enrhumée
Cependant qu'en un jeu plein de sales parfums,


Héritage fatal d'une vieille hydropique,
Le beau valet de coeur et la dame de pique
Causent sinistrement de leurs amours défunts.

Les Fleurs du mal, Charles Baudelaire

Baudelaire, Les Fleurs du mal, Spleen LXXV : Pluviôse irrité

Bonjour Spok,

Tu dis :
Je ne trouve pas vraiment de figures de style dans ce poème ce qui m'étonne.

Il y en a...
- "Pluviôse" (mois du calendrier révolutionnaire) est personnifié.
- Diérèse à "Pluviôse".
- Si tu cherches la définition de hydropique, tu t'apercevras qu'il s'agit d'une personne atteinte de rétention d'eau dans l'abdomen (le ventre est aussi le siège des douleurs dues aux angoisses...). Tu peux éventuellement comparer cette image avec pluviôse qui De son urne à grands flots verse ...
- sales parfums : un parfum ne peut pas être sale...
- La métaphore filée de l'âme errante (pet-être accentuée par les rimes en tière)...
- Les deux quatrains consacrés à "l'extérieur" ; les deux tercets consacrés à "l'intérieur" (le seul élément extérieur des tercets est le son du "bourdon" mais il est perçu de l'intérieur).
- Un seul adjectif "mélioratif" : beau (dernier tercet), associé à la seule couleur vive (suggérée) du "valet de coeur" (rouge, couleur du sang et de la vie (note que celle du "pique" est le noir, couleur de la mort)).
- Renseigne-toi sur le mot bourdon, tu ne sais peut-être pas qu'il peut s'agir du nom d'une cloche (d'église) au son très grave qu'on utilise pour sonner le "glas", annonçant,  le plus souvent,  la mort de quelqu'un.
Etc.

Muriel

Baudelaire, Les Fleurs du mal, Spleen LXXV : Pluviôse irrité

Quelques rapprochements de sonorités

Pluviôse / en fausset / causent
pâles / sales / fatal / valet
le pique est considéré comme fatal (mauvaise nouvelles, la dame de pique c'est la Mort) Un jeu : ce jeu n'est-il pas évoqué par les sonorités ? (correspondance entre les parfums et les sons)

Pour les figues des style, je ne sais pas si c'en est une, mais remarquer l'inutilité de refroidir les morts... (1ère strophe)
défunts du dernier tercet relie le thème des morts du 1er quatrain

Ce qui semble rassurant et réconfortant (chat, bûche, pendule) est contredit par "maigre et galeux"  "en fausset"

Baudelaire, Les Fleurs du mal, Spleen LXXV : Pluviôse irrité

Vous ne répondez pas vraiment a ma question de problématique et de plan j'aimerais être un peu guidé pour pouvoir me lancer...

Baudelaire, Les Fleurs du mal, Spleen LXXV : Pluviôse irrité

Bonjour Spok,

Il faudrait que tu inverses ta problématique.
C'est ce "qu'il y a" dans le poème qui est mis au service de l'expression du spleen du poète. Tu devrais l'étudier un peu plus pour trouver comment le poète parvient à communiquer tout ce qu'il y a de détresse, d'angoisse, de "noir" dans ce poème. Tiens compte des personnifications, des couleurs, des symboles (tu les as  trouvés), des très nombreux adjectifs, qui, presque tous, expriment le 'spleen"...


Par exemple, la bûche ne flambe pas, elle se consume (se consumer peut être compris comme perdre ses forces, aller vers l'extinction, mourir...).
L'horloge (= le temps) est enrhumée...

Relève les champs lexicaux de la mort, du sombre, du triste, de l'errance, de l'angoisse, etc.

Muriel

6

Baudelaire, Les Fleurs du mal, Spleen LXXV : Pluviôse irrité

Bonjour,

Je suis en première j'ai bientôt le bac de français et j'ai un sujet qui me titille et que je n'arrive pas à finir.
J'étudie en premier l'approche de la mort dans ce poème avec comme premier sous titre le poid du temps mais en petit b je n'ai point trouver d'autre chose sur l'approche de la mort. Dans la deuxième partie je dois étudier les sensations c'est à dire les 5 sens je n'en n'ai trouver que 4 mais je n'arrive pas à les rapprocher ... Je vous écris mon schéma ci-dessous ... Merci de votre aide par la suite 

I) L'approche de la mort
a) Le poids du temps
b) ?

II) Sensations
a)
b) ?J'ai trouver en deuxième point  de l'approche de la mort la peur et l'angoisse ... Mais j'ai l'impression de trop me rapprocher du premier. J'ai tort où je suis mon idée ?

7

Baudelaire, Les Fleurs du mal, Spleen LXXV : Pluviôse irrité

Bonsoir,

Tu peux suivre cette excellente idée.

Baudelaire, Les Fleurs du mal, Spleen LXXV : Pluviôse irrité

Bonjour, je me pose une question pour mon oral de français dans le poème SPLEEN dont voici le premier ver :
Pluviôse, irrité contre la ville entière
Peut-on dire que Pluviôse est une apostrophe?
Merci 

9

Baudelaire, Les Fleurs du mal, Spleen LXXV : Pluviôse irrité

LXXV - Spleen


Pluviôse, irrité contre la ville entière,
De son urne à grands flots verse un froid ténébreux
Aux pâles habitants du voisin cimetière
Et la mortalité sur les faubourgs brumeux.

"Pluviôse", mis en évidence, personnifié mais s'il y avait eu apostrophe, Baudelaire n'aurait-il pas écrit TON au lieu de SON ?

10 (Modifié par Laoshi 01/07/2017 à 09:04)

Baudelaire, Les Fleurs du mal, Spleen LXXV : Pluviôse irrité

Non, il y a apostrophe, lorsqu'on s'adresse à quelqu'un ou quelque chose. Ce n'est pas le cas ici.
......
Je vois que Floréale  t'a déjà répondu sur ce vers.