N'y a-t-il de vérité que scientifique ?

Bonjour à tous

J'ai actuellement une dissertation de philosophie à rendre pour la rentrée, le sujet donné est
                                   
N'y a-t-il de vérité que scientifique?

Je dois avouer que je patauge un peu dans la semoule (sinon je ne demanderais pas d'aide)

Avant de commencer quelques petites précisions: je suis en Tle Scientifique et il s'agit de ma première dissertation.
Le professeur nous a dit que le sujet devait traiter l'éventualité d'une ou plusieurs vérités, et de nous aider du cours. Celui-ci s'articule en trois axes: I] la vérité subjective, II] la vérité absolue (objectivité absolue) et III] la vérité universelle (objectivité universelle).(la problématique étant A t-on le droit d'affirmer " A chacun sa vérité?")

Je vous présente succinctement mon plan (si vous voulez plus de détails dites moi le)
Edit: Finalement j'ai pratiquement tout indiqué

         

Introduction:
Je pars de la définition de la vérité que nous avons vu en cours
"La vérité c'est dire l'être des choses faire parler le réel"
"La vérité relève du jugement c'est à dire qu'il faut confronter un discours à des faits".
J'explique ensuite que communément, l'homme cherche une vérité objective pour ne pas être trompé. L'objectivité est justement la force de la vérité scientifique car lorsque celle-ci a été vérifiée elle ne peut être réfutée (nous avons étudié le cas de Galilée).
D'ailleurs lorsqu'une personne prétend tenir une vérité on lui demande de prouver celle-ci dans le fait.
Cependant il nous arrive de chercher la vérité ailleurs que dans les sciences, en s'appuyant par exemple sur la religion ou sur les sentiments. Se demander s'il n'existe de vérité que scientifique nous amène à poser la question suivante:
La vérité ne repose t-elle seulement que sur des connaissances objectives?.
On est amené à se poser cette question notamment pour essayer d'expliquer des faits qui nous entourent ou par exemple dans le cadre de l'art.
Nous étudierons d'abord le cas où la vérité est indépendante de l'objectivité, puis nous l'étudierons dans le cadre dans le cadre de l'objectivité absolue pour nous ramener à la vérité se basant sur l'objectivité universelle soit la vérité scientifique.

             I° Partie] La vérité Subjectives liée aux sentiments

Si la vérité ne se trouve pas dans l'objectivité, peut on la trouver dans la subjectivité?

La vérité subjective fait appel au sujet de connaissance, elle dépend de l'opinion, d'un jugement personnel sur l'être des choses.
EX: les bacs d'eaux chaudes. Un bac A est à 15°, un bac B à 27° et un bac C à 34°. La personne ayant une main dans A et B dira que  B est chaud or une personne ayant une main dans B est et C dira que B est froid.
Il ne peut y avoir de vérité quand on se fient aux sentiments car on ne perçoit pas l'être des choses tel que cela devrait l'être
Ex: la passion, l'amour.
En outre, le sentiment d'autrui peut être antagoniste au notre et ainsi l'annihile. La vérité d'autrui annule la notre. La vérité ne peut donc exister dans la subjectivité car elle ne repose que sur l'opinion individuelle.
Dans le cas de l'art on pense que nos goûts relèvent de la subjectivité mais ils proviennent de concepts objectifs.

La vérité se trouve t-elle alors dans l'objectivité?

               II°] L'Objectivité absolue // La Métaphysique

L'Objectivité ici est indépendante du sujet de connaissance, elle ne se basent pas sur les sentiments. Elle cherche elle aussi à établir l'être des choses. La Métaphysique: "Pourquoi les choses sont elles ainsi?"
Elle tend à remplacer les sentiments par la réflexion, la remise en question pour se sortir de l'obscurantisme des opinions, des préjugés.
Mais elle a ses limites: On se pose des questions aux quelles nous ne pouvons pas répondre, la vérité métaphysique reste alors sans preuve.
On risque alors une croyance, un sens et donc un sentiment.
On se heurte au final à une incapacité à trouver l'être des choses.

                III] L'Objectivité universelle // La Vérité scientifique

Ici l'objectivité dépend de tous les sujets de connaissance.
On distingue deux types de sciences, les sciences déductives utilisant la démonstration (les maths) et les sciences inductives utilisant l'expérimentation (la physique).

La vérité scientifique lorsqu'elle est vérifiable ne peut être réfuté car elle repose sur l'objectivité universelle. Elle laisse place au raisonnement
EX: Galilée
La vérité scientifique: "Comment cela fonctionne?"
La démonstrations: une série de propositions que l'on démontre l'une par rapport à l'autre jusqu'à aboutir à une proposition qui se vérifie d'elle même: un axiome
L'expérimentation fait entrer en jeux des variable pour savoir comment fonctionne un phénomène.
Elle aussi a des limites.
Elle ne cherche pas le "pourquoi?"
Ce n'est pas parce qu'une démonstration semble vrai quelle l'est de fait EX le syllogisme: A=B et B=C donc A=C
De fait je peux aller de A à B mais mathématiquement cela est impossible je parcours sans cesse la moitié du chemin restant.
L'expérimentation reste vrai jusqu'à ce que l'on trouve un contre exemple.
Ex: le choix des variables
Deux chemins s'offrent à moi je veux aller en B je prend le chemin 1 je n'arrive pas à B, mais je ne peux pas en conclure que le chemin 2 m'amène à B.
On est dans l'éventualité de ne pas trouver de réponse.

La vérité scientifique est donc une vérité qui est temporaire, qui demande des connaissances et qui répond au "comment?"

              CCL: La vérité subjective semble impossible car elle se contre dit elle même, il semble donc que seule la vérité objective puisse répondre à nos attentes. Même si la vérité scientifique domine les autre puisque sa force réside justement dans l'objectivité, elle ne peux suffire à elle seule à accéder à la vérité. La vérité métaphysique joue alors le rôle de complément notamment pour essayer de chercher l'être des choses.
La vérité scientifique n'est donc pas unique

Personnellement je trouve que l'axe III est bien trop développé par rapport aux autres (plan bancale).

Pouvez vous me donner votre avis?
Et que je suis dans le Hors sujet (si c'est le cas pouvez vous m'aiguiller sur un autre plan?)


PS: Même si j'ai conscience que le forum répond plus à des questions sur la littérature, j'espère avoir des avis.


Bonne soirée à tous

2

N'y a-t-il de vérité que scientifique ?

Bonjour,

Etant moi-même élève de terminale S, j'ai exactement le même sujet à développer et un cours qui reprend mot pour mot le tien. Par curiosité, tu es dans quel lycée ? XD
Sinon, je suis en train de réfléchir à la question, je reviendrai te dire ce que ça donne lorsque j'aurai terminé ( en espérant ne pas passer à côté du problème... ).

En attendant, bon courage à toi.

N'y a-t-il de vérité que scientifique ?

wayatt a écrit :

I] la vérité subjective, II] la vérité absolue (objectivité absolue) et III] la vérité universelle (objectivité universelle).(la problématique étant A t-on le droit d'affirmer " A chacun sa vérité?")


         

Introduction:
Je pars de la définition de la vérité que nous avons vu en cours
"La vérité c'est dire l'être des choses faire parler le réel"
"La vérité relève du jugement c'est à dire qu'il faut confronter un discours à des faits".
1. L'objectivité est justement la force de la vérité scientifique car lorsque celle-ci a été vérifiée elle ne peut être réfutée (nous avons étudié le cas de Galilée).
2. D'ailleurs lorsqu'une personne prétend tenir une vérité on lui demande de prouver celle-ci dans le fait.

3. La vérité subjective fait appel au sujet de connaissance, elle dépend de l'opinion, d'un jugement personnel sur l'être des choses.
4. EX: les bacs d'eaux chaudes. Un bac A est à 15°, un bac B à 27° et un bac C à 34°. La personne ayant une main dans A et B dira que  B est chaud or une personne ayant une main dans B est et C dira que B est froid.
5. La vérité ne peut donc exister uniquement dans la subjectivité car elle ne repose que sur l'opinion individuelle.               
6. Elle tend à remplacer les sentiments par la réflexion, la remise en question pour se sortir de l'obscurantisme des opinions, des préjugés.
La vérité scientifique: "Comment cela fonctionne?"
7. La démonstrations: une série de propositions que l'on démontre l'une par rapport à l'autre jusqu'à aboutir à une proposition qui se vérifie d'elle même: un axiome
8. Elle ne cherche pas le "pourquoi?"
9. Ce n'est pas parce qu'une démonstration semble vrai quelle l'est de fait EX le syllogisme: A=B et B=C donc A=C
10. La vérité scientifique est donc une vérité qui est temporaire, qui demande des connaissances et qui répond au "comment?"

              CCL:
11. La vérité subjective semble impossible car elle se contre dit elle même, il semble donc que seule la vérité objective puisse répondre à nos attentes.

Bonjour et d'abord Bravo pour la clarté et la réflexion derrière ce travail et sa présentation.
1. La vérité astronomique de Galilée ne correspondait pas à la doctrine scientifique de l'époque, soutenue par l'Église Catholique. Pourtant je crois pouvoir dire qu'il ne détenait pas TOUTE la vérité. Je ne pense pas que ses observations et les connaissances de l'époque pouvaient faire dire que les planètes tournaient autour du soleil en orbites d'ellipses...ou?
2. Il me semble que les axiomes sont des vérités scientifiques que l'on ne peut pas prouver.
3. Connaissance ou conscience?
4. Exemple d'une vérité relative (non absolue).
5. Du moins que l'on fasse évoluer un nouveau système philosophique dans lequel notre subjectivité est un moteur. L'aspect universel de ce systèmes est évidemment une absurdité.
6. Pensée cartésienne.
7. J'avais cru que la méthode scientifique était: observation, déduction, hypothèse, expérimentation, thèse ('vérité').
8. Surprenant. Les questions de connaissance de base pour moi sont et "Pourquoi" et "Comment". (Non pas ou/ou).
9. Sûrement pas des égalités, mais des appartenances aux groupes, non?
10. J'aime beaucoup
11.  J'aurais dû le dire plus haut peut-être. On ne peut pas nier une opinion sur une œuvre d'art, réduite à sa plus petite formulation "j'aime ça". C'est donc une vérité, mais non universelle.

N'y a-t-il de vérité que scientifique ?

Rigel Mainyu merci pour ton encouragement
Je crois de mon côté que je suis légèrement sur une fausse piste donc pour l'instant j'en suis toujours au même stade (:lol:)
Si je puis me le permettre (et je me le permets) quelle est ta problématique? (Pour savoir si j'ai bien cerné le sujet)

JSC merci pour ton avis (et pour la remarque sur mon travail ), qui me fait toutefois dire que je suis bon pour tout reprendre.
En ce qui concerne les points que tu as relevés, ils viennent précisément de mon cours pour la plupart d'entre eux. Comme la science = le comment, la métaphysique = le pourquoi

Et il s'agit bien du sujet de connaissance (d'après ce que j'ai cru comprendre il s'agit en fait de ce que prend en considération l'individu).

Pour ce qui est de Galilé je l'ai peut être mal formulé, nous avons vu en cours que Galilé a remis en cause la théorie de l'Eglise et bien qu'il fut condamné, l'Eglise avait déjà perdu car il avait soutenu son hypothèse par une démarche scientifique. Copernic justement développe des années plus tard, l'Héliocentrisme.

N'y a-t-il de vérité que scientifique ?

wayatt a écrit :

1. Merci pour ton encouragement
2. Je crois de mon côté que je suis légèrement sur une fausse piste donc pour l'instant j'en suis toujours au même stade (cela en est navrant  )
3. Si je puis me le permettre (et je me le permets) quelle est ta problématique? (Pour savoir si j'ai bien cerné le sujet)
4. JSC merci pour ton avis, qui me fait toute fois dire que je suis bon pour tout reprendre.
En ce qui concerne les points que tu as relevés, ils viennent précisément de mon cours pour la plupart d'entre eux. Comme la science = le comment, la métaphysique = le pourquoi
Et il s'agit bien du sujet de connaissance (d'après ce que j'ai cru comprendre il s'agit en fait de ce que prend en considération l'individu)

1. De rien; je ne suis pas là uniquement pour ironiser ou rendre obscur le travail!
2. Je ne sais pourquoi tu te dis cela. Se douter est une excellente discipline cartésienne/Jésuite. Se faire confiance est encore mieux.
Parfois on peut même dire des conneries*avec confiance et elles sont acceptées comme des vérités  )
3. J'en ai aucune! Mon éducation anglaise ne m'a pas mené dans les confins de classification et compartementalisation à la française. Je n'offre que des idées, des questions.
4. Pas du tout! Simplement réfléchir à mes observations et décider si elles sont pertinentes à ton argumentation ou non 
PS Kant a considéré que la Vérité (majuscule pour montrer une valeur philosophique) est ce qui est à la fois universellement nécessaire et nécessairement universelle.

*DSL pour cette grossièreté. C'est pas dans mes habitudes.

N'y a-t-il de vérité que scientifique ?

JSC a écrit :

1. De rien; je ne suis pas là uniquement pour ironiser ou rendre obscur le travail!
2. Je ne sais pourquoi tu te dis cela. Se douter est une excellente discipline cartésienne/Jésuite. Se faire confiance est encore mieux.
Parfois on peut même dire des conneries*avec confiance et elles sont acceptées comme des vérités  )

wayatt a écrit :

1. Merci pour ton encouragement .
Je crois de mon côté que je suis légèrement sur une fausse piste donc pour l'instant j'en suis toujours au même stade (cela en est navrant  ) . Si je puis me le permettre (et je me le permets) quelle est ta problématique? (Pour savoir si j'ai bien cerné le sujet)

En fait cette partie était pour Rigel Mainyu (au moment où j'ai posté il n'y a avait pas encore ta réponse.
Je ne demanderais jamais à quelqu'un de me donner "éventuellement" sa problématique en 1 seconde  pour la comparer à la mienne si cette personne n'a pas à faire le travail en question.

JSC a écrit :

3. J'en ai aucune! Mon éducation anglaise ne m'a pas mené dans les confins de classification et compartementalisation à la française. Je n'offre que des idées, des questions.
4. Pas du tout! Simplement réfléchir à mes observations et décider si elles sont pertinentes à ton argumentation ou non 
PS Kant a considéré que la Vérité (majuscule pour montrer une valeur philosophique) est ce qui est à la fois universellement nécessaire et nécessairement universelle.

*DSL pour cette grossièreté. C'est pas dans mes habitudes.

Ce n'est pas grave, j'ai même trouvé la formulation très drôle.