1

Ancien français - Diphtongaison et accentuation

bonjour à tous,
en L2 de lettres j'ai la grande chance de faire de l'ancien français cette année. cependant j'ai un gros souci, malgré plusieurs bouquins pour comprendre les bases plusieurs choses restent incompréhensible.a savoir:
- tout ce qui concerne l'accentuation : atone?tonique?
- la diphtonguaison?
j'ai une prof plutôt sympa mais pas très claire quand il sagit de répondre à nos questions, d'ailleurs mon groupe a été déserté et du coup personne pour m'aider à me dépatouiller. donc si certains pouvaient m'éclaircir sur ces notions qui m'empêchent de comprendre mon cours...
merci d'avance

2

Ancien français - Diphtongaison et accentuation

Hello !

Alors voici les règles de l'accentuation (j'espère que mes explications seront claires) :

I Définir la syllabe.

- un mot ne peut avoir qu'un seul accent, placé sur une syllabe

Syllabe : au minimum une voyelle. Mais elle peut être accompagnée de consonne(s) :

V-C ou C-V - lorsqu'il n'y a qu'une consonne, elle se groupe avec la V qui suit)
C-V-C (val, dans cheval)
C-C-V ou V-C-C
Exemple (malheureusement je n'ai pas l'APR là-dessus alors, euh ben on va faire comme si...) :

expectationibus [  eks-   pek-   ta-     ti-  o-   ni-     bus]
                        v-c-c / c-v-c / c-v / c-v / v / c-v / c-v-c 
Attention : 'tio' = hiatus
(hiatus = deux voyelles)
diphtongue=une seule voyelle (plutôt en fin de mot, héritée des déclinaisons latines comme rosae [ro-sae]

Dans le cas où il n'y a qu'une voyelle (+ une consonne), la syllabe est dite 'libre'
s'il y a 2 consonnes, elle est dite 'entravée'

Ces bases (re)posées, nous pouvons continuer.

II Déterminer la place de l'accent dans le mot.

1- Placer l'accent.
L'accent se place toujours par rapport à la FIN du mot (la dernière syllabe). Comme nous avons dit que la dernière syllabe ne peut pas être accentuée, l'accent ne peut avoir que deux places, sur :

-l'avant-dernière syllabe (=pénultième)
-l'avant avant-dernière syllabe (= antépénultième)

Tout cela valant pour les mots d'au moins 3 syllabes.
Ainsi :

-monosyllabiques (sauf déterminants, qui finissent par -que, proclitiques et enclitiques (éléments qui se joignent à ceux qui suivent et qui précèdent) : l'accent est sur la syllabe

- disyllabiques (2 syllabes) (ou paroxytons pour se la jouer un peu) : sur la pénultième

- plurisyllabiques (3 syllabes et +) (ou proparoxytons) : sur la pénultième ou l'antépénultième.
Attention: l'accent ne peut jamais remonter plus loin que l'antépénultième !

Pour savoir où placer l'accent, il faut tenir compte de la quantité de la pénultième (petit rappel : quantité = syllabe brève ou longue VS qualité = syllabe ouverte ou fermée).
Pour déterminer la quantité de la pénultième, il faut déterminer la quantité de sa voyelle.
Pour cela, deux manières : soit chercher tout seul :
- si elle est libre : brève, donc atone, donc non accentuée (l'accent remonte donc sur l'antépénultième)
- si elle entravée : longue, donc tonique, donc accentuée
Attention : dans le cas d'un hiatus, une voyelle suivie d'une voyelle est forcément brève.

soit ta prof indiquera les quantités indispensables pour deviner la place de l'accent.

Exemples :
- dominum [dò-mi-nu(m)] mi = antépénultième, libre, donc brève, donc atone, donc l'accent remonte sur l'antépénultième 'do'(l'accent est dans le mauvais sens mais il y est).
- prudentia [pru-dén-ti-a] ti = antépénultième mais hiatus donc 1ère voyelle brève, donc atone, donc l'accent remonte sur l'antépénultième 'den'.

2- Nommer les différentes syllabes du mot.

On nomme la syllabe suivant sa place par rapport à l'accent tonique. Il s'agit donc toujours d'une syllabe atone, placée avant ou après l'accent.

- tonique : dere

- atone :
             - avant l'accent : initiale [debére]
                        (interne) prétonique [computàre]
             
             - après l'accent : finale [debére]
                        (interne) post-tonique [krédere]

Pour les diphtongues, il faudrait que tu me dises ce que tu n'as pas compris précisément. Est-ce leur traitement d'une manière générale, avec les dates et les phénomènes ?

En attendant, voici une petite synthèse :

Accent :
-sur pénultième ou antépénultième
-si voyelle brève = atone = l'accent remonte sur l'antépénultième
-si voyelle longue = tonique (tonique = qui porte l'accent)

Nommer les différentes syllabes :

[eks - pek - ta - ti - ò - ni - bus]
                        4   3    2      1

3 = tonique
2 = post-tonique
4 = prétonique
1= finale


Voilà, est-ce que c'est plus clair ? J'espère que oui. N'hésite pas à me demander si tu as d'autres questions, ou j'ai laissé quelques points un peu flous.

3

Ancien français - Diphtongaison et accentuation

2- Nommer les différentes syllabes du mot*

4

Ancien français - Diphtongaison et accentuation

J'ai oublié trois petites choses pour que le tour soit complet (ou à peu près) :

*Dans le cas du hiatus, avec la mutation vocalique, la première voyelle s'est semi-consonnifiée, ce qui donne :

- i (bref)     
               + V } y        [glò-ri-a] devient [ glò-rya]
- e (bref)


u (bref) (+V) } w        [bàt-tu-o] devient [bàt-two]


*Parfois (dans de très rares cas), l'accent peut se déplacer :

mu-lì-e-re(m) } mo-lyé-re (à cause de la semi-consonnification).

* Attentions aux groupes conjoints dans les syllabes (=groupes que l'on ne peut pas séparer) = C+ r  (tr, dr, pr, br)
                C + l (pl, kl, gl, bl)

Voilà j'espère que ça t'aidera

5

Ancien français - Diphtongaison et accentuation

Bonsoir angelusia,

Et merci pour tout ce travail.

Pour

angelusia a écrit :

[…] - l'avant-dernière syllabe (=antépénultième) […]

c'est pénultième, non ?

Bonne soirée.

Cyril

6

Ancien français - Diphtongaison et accentuation

carrément ! oh pardon quelle erreur ! j'ai eu beau relire, ça m'a glissé entre les doigts.
Avant-dernière = pénultième bien sûr !

Toutes mes excuses pour la gêne occasionnée

(Merci cyril pour ta remarque )

7

Ancien français - Diphtongaison et accentuation

waouh angelusia je te remercie sincérement c'est beaucoup plus clair maintenant.une dernière chose, tu parles de voyelle brève/longue ou tonique/atone. qu'entend-tu par là? ca a un rapport avec le degré d'aperture ou c'est totalement autre chose?

8

Ancien français - Diphtongaison et accentuation

C'est exactement ça. En latin classique (LC), les voyelles se voient qualifiées par leur quantités (brèves VS longues). Durant la mutation vocalique (c'est-à-dire le passage du latin classique au latin vulgaire), il s'opère un changement important : la notion de quantité se transforme en notion de qualité (ouvertes VS fermées). Tu as dû voir ça sur des shémas en cours. Il s'agit très exactement du degré d'aperture de tes voyelles.
e bref devient e ouvert
e long devient e fermé
i reste i
a reste a
o bref devient o ouvert
o long devient o fermé
etc...
Tu as dû voir tout ça en cours normalement, mais si tu as besoin d'aide, n'hésite pas à demander.

Ps : tu n'as pas répondu pour les diphtongues, quel est ton problème exactement ?

Je suis ravie d'avoir pu t'aider, ça se voit que j'adore cette matière ?

9

Ancien français - Diphtongaison et accentuation

fleurdechou a écrit :

, tu parles de voyelle brève/longue ou tonique/atone. qu'entend-tu par là?

tonique = qui porte l'accent
atone = qui ne porte pas l'accent

Les voyelles qui portent l'accent seront renforcées, et donc ne disparaîtront pas, contrairement aux voyelles atones, qui vont soit s'amuir (disparaître) soit s'amenuiser (eh oui ça existe comme verbe! c'est-à-dire qu'elle vont disparaître de la prononciation mais on en gardera une trace orthographique).

10

Ancien français - Diphtongaison et accentuation

a oui les diphtongues!
je sais qu'il y a trois DH latine: ae, oe et au, que vont-elles devenir?
et les autres, la prof a parlé de DH latines et romanes sans rentrer dans le détail , mais je déteste ca ne pas savoir, après j'ai l'impression de ne pas comprendre toutes les subtilités et donc de ne pas maitriser mon sujet...