1

Bac de français 2006, centres étrangers, séries ES et S

Bonjour,

J'ai vu sur le forum le sujet ainsi que le corrigé du bac de français de France, cependant je voulais vous faire part de celui présenté dans les Centres Etrangers.

La question était : "Dans quelle mesure chacune des trois scènes du corpus répond-elle aux principes d'art dramatique énoncé par Boileau  dans son Art poétique ?"
Voici le fragment qui était donné:

"Le secret est d' abord de plaire et de toucher :
Inventez des ressorts qui puissent m'attacher.
Que dès les premiers vers l'action préparée
Sans peine du sujet aplanisse l'entrée.
Je me ris d'un acteur qui, lent à s'exprimer, 
030 De ce qu'il veut, d'abord ne sait pas m'informer,
Et qui, débrouillant mal une pénible intrigue,
D'un divertissement me fait une fatigue.[…] 
Le sujet n'est jamais assez tôt expliqué."

La question se portait sur les scènes d'exposition de Les Caprices de Marianne, La Cantatrice chauve, Deux femmes pour un fantôme.

J'ai retenu les expressions "plaire et toucher", la facilité à comprendre l'intrigue, et la présence de mouvement qui s'oppose à "lent" et "fatigue". J'ai démontré que cela était vrai en citant chacune des pièces.

Cette question était censée donner des indications sur le plan à suivre pour les différents sujets, pour ma part j'ai pris je commentaire composé sur Les caprices de Marianne acte 1, scène 1.

Voici le texte :

La scène est à Naples.

Scène 1

Une rue devant la maison de Claudio.

MARIANNE, sortant de chez elle un livre de messe à la main et CIUTA, l’abordant.

CIUTA.—  Ma belle dame, puis-je vous dire un mot ?

MARIANNE.—  Que me voulez-vous ?

CIUTA.—  Un jeune homme de cette ville est éperdument amoureux de vous ; depuis un mois entier, il cherche vainement l’occasion de vous l’apprendre ; son nom est Coelio ; il est d’une noble famille et d’une figure distinguée.

MARIANNE.—  En voilà assez. Dites à celui qui vous envoie qu’il perd son temps et sa peine et que s’il a l’audace de me faire entendre une seconde fois un pareil langage j’en instruirai mon mari.

Elle sort.

COELIO, entrant.—  Eh bien ! Ciuta, qu’a-t-elle dit ?

CIUTA.—  Plus dévote et plus orgueilleuse que jamais elle instruira son mari, dit-elle, si on la poursuit plus longtemps.

COELIO.—  Ah ! Malheureux que je suis, je n’ai plus qu’à mourir ! Ah ! La plus cruelle de toutes les femmes ! Et que me conseilles-tu, Ciuta ? Quelle ressource puis-je encore trouver ?

CIUTA.—  Je vous conseille d’abord de sortir d’ici, car voici son mari qui la suit.

Ils sortent. - Entrent Claudio et Tibia.

CLAUDIO.—  Es-tu mon fidèle serviteur, mon valet de chambre dévoué ? Apprends que j’ai à me venger d’un outrage.

TIBIA.—  Vous, Monsieur ?

CLAUDIO.—  Moi-même, puisque ces impudentes guitares ne cessent de murmurer sous les fenêtres de ma femme. Mais, patience ! Tout n’est pas fini. - Écoute un peu de ce côté-ci : voilà du monde qui pourrait nous entendre. Tu m’iras chercher ce soir le spadassin que je t’ai dit.

TIBIA.—  Pour quoi faire ?

CLAUDIO.—  Je crois que Marianne a des amants.

TIBIA.—  Vous croyez, Monsieur ?

CLAUDIO.—  Oui ; il y a autour de ma maison une odeur d’amants ; personne ne passe naturellement devant ma porte ; il y pleut des guitares et des entremetteuses.

TIBIA.—  Est-ce que vous pouvez empêcher qu’on donne des sérénades à votre femme ?

CLAUDIO.—  Non, mais je puis poster un homme derrière la poterne et me débarrasser du premier qui entrera.


En prenant en compte la question j'ai adopté le plan suivant:

I. Une scène d'exposition ordinaire :
  - Présentation des personnages et des relations qui existent entre eux.
  - Présentation de l'intrigue.
  - L'habilité de l'auteur à inciter le lecteur à poursuivre le livre.

II. Une scène présentant un drame romantique
  - Mouvement des personnages en nombre assez important → action et rebondissement...
  - Exclamations, interrogations, réponses brèves → gardent l'attention du lecteur ou du spectateur...
  - Champ lexical de la vengeance, hyperboles → souvent présent dans les drames, etc...

Voilà, j'aurais donc voulu savoir si le plan n'était pas trop erroné n'ayant pas abordé le dramatique cette année (pas pensé à faire des recherches personnelles dessus avant, il faut l'avouer). :roll: 
Merci.

2

Bac de français 2006, centres étrangers, séries ES et S

Bonjour moi aussi j'ai eu ce sujet alors peut-être t'es avec moi au lycée. Bon moi j'ai pris dissertation mais pour la question j'ai fait la même chose que toi. En ce qui concerne le plan de ton commentaire je trouve qu'il est bien. Cependant, je me serais attardé sur le mélange des registres et sur l'image de Marianne c'est-à-dire un personnage à la fois ridicule et en même temps venu de la tragédie, une genre de marionnette, de pantin mécanisé à l'extrême. Peut-on peut-être alors citer le terme de fantoche même si je trouve que ça fait un peu fort.
En tout cas, moi j'aurai opté pour un plan à 3 axes. En grand 1 j'aurai parlé de la scène d'exposition de son rôle en général puis je me serais attardé sur l'atmosphère l'ambiance du texte, le cadre spatio-temporel.... tout pour dire qu'elle remplissait les fonctions d'une scène d'exposition qui justement devait avoir un rôle de mise en place de l'intrigue (à noter que c'est une action in medias res). En grand deux j'aurai parlé des personnages : des archétypes du drame romantique et qui se dédoublent d'où le mélange des registres. Mais aussi qui sont complémentaires et qui s'inscrivent dans le drame romantique. Dans le dernier axe, j'aurai rattaché cette œuvre à son contexte et j'aurai essayé de voir en quoi elle répond aux règles de Boileau et non. Mais bon ceci est plus une ouverture dans la mesure où tu devrai aborder la mise en scène donc les jeux de scène le dynamique de la pièce mais que d'un autre côté c'est le siècle romantique et donc renouvelle la mise en scène au non de la "liberté créatrice".
Voilà en gros ce que j'aurai evoqué mais ton plan est tout à fait bien et si tes réponses étaient construites et approfondies t'as pas de souci à te faire.
Moi j'ai pris la dissertation et je me suis limité aux règles énoncées par Boileau c'est-à-dire plaire et toucher et le dynamisme de la mise en scène(intrigue jeux scéniques). Tu penses que je devais énoncer d'autres règles ?(règles de bienséances par exemple)

3

Bac de français 2006, centres étrangers, séries ES et S

Merci pour ta réponse, ton 3ème axe correspond en grande partie à ma conclusion je n'ai donc pas développé mais j'ai évoqué le rapport avec Boileau et le renouvellement de l'art dramatique donc on verra.
Cependant le mélange des registres est propre au drame, et je n'avais pas étudié le drame en profondeur, donc je n'aurais pas pu l'inventer mais c'est bien ça en effet.

Sinon pour la dissertation, je ne pense pas qu'il fallait citer les règles classiques, car le drame refuse les règles classiques comme le dit mon livre, de plus il a été inauguré par les Lumières donc après le classicisme. Je pense donc qu'il fallait se limiter au règles de Boileau et donner beaucoup de références hors du corpus, raison pour laquelle je n'ai pas pris le sujet lol ...

Pour info, je suis au Bénin
Si d'autres personnes ont des suggestions je prends tout