21

Professeur de français absent jusqu'au 18 janvier

Merci Ammy,

J'ai discuté avec ma classe car 29 analyses,ça allait être compliqué, me disait ma mère. Et en fait, il faut écrire quelques lignes pour chacun des 29 poèmes. Compte tenu de notre retard, elle doit vouloir s'assurer qu'on ait lu le livre. Elle dit qu'on aura fini la poésie pour les vacances de Noël.

J'en ai fait que 6 pour le moment.

Petite question
Dans le poème 3 Mes deux filles, Il parle de ses filles avec amour et douceur (le cygne et la colombe) sur un fond de douveur et  de paix, le jardin..
Est ce qu'on peut penser qu'il parle déjà de la mort de Léopoldine, morte en 1843 alors que la première partie du recueil a été écrite de 1830 à 1843?
Est ce que finalement  ce recueil n'est pas si chronologique qu'il y parait?
Merci

22 (Modifié par floreale 23/11/2019 à 14:11)

Professeur de français absent jusqu'au 18 janvier

Victor Hugo et sa femme Adèle eurent 5 enfants : Léopold (mort en bas âge, 16/07/1823 - 10/10/1823), Léopoldine (1824-1843), Charles (1826), François (1828) et Adèle (1830).

Léopoldine née le 28 août 1824 à Paris, et morte le 4 septembre 1843 à Villequier
Adèle Hugo née à Paris, 24 août 1830.

Dans le poème, qui s'inscrit dans la première partie du recueil (Aurore), Hugo évoque l'enfance des deux sœurs.

23

Professeur de français absent jusqu'au 18 janvier

Merci, Floreale
Donc pas d'allusion à la mort de Léopoldine.
Merci

24

Professeur de français absent jusqu'au 18 janvier

Evocation des jours heureux.

Mes deux filles

Dans le frais clair-obscur du soir charmant qui tombe,
L'une pareille au cygne et l'autre à la colombe,
Belle, et toutes deux joyeuses, ô douceur !
Voyez, la grande soeur et la petite soeur
Sont assises au seuil du jardin, et sur elles
Un bouquet d'oeillets blancs aux longues tiges frêles,
Dans une urne de marbre agité par le vent,
Se penche, et les regarde, immobile et vivant,
Et frissonne dans l'ombre, et semble, au bord du vase,
Un vol de papillons arrêté dans l'extase.

25 (Modifié par Jehan 23/11/2019 à 16:12)

Professeur de français absent jusqu'au 18 janvier

D'accord , merci Floréale

La couleur blanche et l'urne me faisaient douter.

26

Professeur de français absent jusqu'au 18 janvier

Tu n'as pas tout à fait tort. On pense que cette poésie a été écrite entre 1846 et 1847 mais ici le poète veut n'évoquer que les images du  bonheur d'une époque heureuse.

Professeur de français absent jusqu'au 18 janvier

Voilà, merci Floréale, j'ai voulu écrire la même chose tout à l'heure et je n'ai pas pris le temps de le faire !

28 (Modifié par 27/11/2019 à 20:30)

Professeur de français absent jusqu'au 18 janvier

Merci Ammy et Floréale

Bonjour,

J'ai presque fini mon travail sur les poèmes du Livre I des contemplations de Victor Hugo.

Deux poèmes me posent soucis
Le poème V A André Chénier. Je sais qu'il est plus jeune que lui et que c'est son ami mais à part ça.... Que dit le poème? c'est de l'admiration ?

Et le poème IX

Est ce qu'il parle des fantômes du poète? Ses doutes, ses sa douleur tant dans la vie que dans l'écriture? Le poète se plaint
Est c qu'il souffre d'avoir à exprimer des sentiments que seuls les mots ne peuvent pas?

Merci de votre aide
Sacha

29 (Modifié par floreale 28/11/2019 à 09:28)

Professeur de français absent jusqu'au 18 janvier

À ANDRÉ CHÉNIER


Oui, mon vers croit pouvoir, sans se mésallier,
Prendre à la prose un peu de son air familier.
  Voici pourquoi. Tout jeune encor, tâchant de lire
Dans le livre effrayant des forêts et des eaux,
J’habitais un parc sombre où jasaient des oiseaux,
Où des pleurs souriaient dans l’œil bleu des pervenches ;
Un jour que je songeais seul au milieu des branches,
Un bouvreuil qui faisait le feuilleton du bois
M’a dit : — Il faut marcher à terre quelquefois.
La nature est un peu moqueuse autour des hommes ;
Ô poëte, tes chants, ou ce qu’ainsi tu nommes,
Lui ressembleraient mieux si tu les dégonflais.
Les bois ont des soupirs, mais ils ont des sifflets.
L’azur luit, quand parfois la gaîté le déchire ;
L’Olympe reste grand en éclatant de rire ;
Ne crois pas que l’esprit du poëte descend
Lorsque entre deux grands vers un mot passe en dansant.
Ce n’est pas un pleureur que le vent en démence ;
Le flot profond n’est pas un chanteur de romance ;
Et la nature, au fond des siècles et des nuits,
Accouplant Rabelais à Dante plein d’ennuis,
Et l’Ugolin sinistre au Grandgousier difforme,
Près de l’immense deuil montre le rire énorme.



Les Roches, juillet 1830.

Ce poème est daté de 1830 mais aurait été écrit en 1854.

André, c’est vrai, je ris quelquefois sur la lyre.

Poème comme une adresse directe au poète Chénier, poète de la fin du XVIII°, chantre d'une poésie lyrique, d'une inspiration qui annonce le romantisme (mort en 1794). Et déjà une opposition : rire et lyre.

  Voici pourquoi.
La nature lui parle, le bouvreuil lui a parlé. Et Hugo propose , revendique le mélange des registres, le lyrisme s'allie au grotesque.
(Tu pourrais relever les nombreuses oppositions chères à Hugo)

30

Professeur de français absent jusqu'au 18 janvier

Merci Floreale, je vais comme ça.
Je vais chercher les oppositions.

Et au sujet du poème, est-ce que je suis complètement à côté de ce que veut dire Victor Hugo? s'il vous plait.