Doute orientation : prépa / psychologie

Bonsoir,
Après maintes hésitations, je me lance. Mon dilemme va sans doute vous paraître surprenant voire bizarre, mais bon...
Je suis actuellement en Tle L. J'ai d'excellents résultats/appréciations qui me poussent à envisager la voie de la prepa depuis le début du lycée.
Adorant les lettres, l'histoire, plus récemment la philo, cette voie m'attire en même temps qu'elle me fait peur (pression, rythme, etc...)
Je pense et mes proches sont d'accord là dessus, que cette voie serait l'idéal pour m'épanouir dans les matières que j'aime, pour maintenir une pluridisciplinarité dans les enseignements, etc... rencontrer des gens passionnés par ces matières.

Mais où est donc le problème, me direz vous ? Va en classe prepa et point, terminé.

Le problème est que depuis un moment je réfléchis à l'après prepa. Et je me demande si le métier que je veux exercer est en adéquation avec les débouchés proposés par la suite des études, après la prepa.
Plus jeune et jusqu'à récemment je voulais devenir journaliste. J'ai pensé à la politique, au droit, rêvant de sciences po que j'ai envisagé de préparer cette année et à Normal Sup après la khâgne. Sans me rendre compte qu'au fond, de part ma situation personnelle et depuis longtemps, je voudrais devenir psychologue.
Complètement contradictoire n'est ce pas ?
Et contradiction, il y a, puisque les deux voies m'attirent et que je redoute le moment de devoir faire un choix. Il y a quelques mois je me prenais la tête sur le choix de la prepa que je demanderai, maintenant je ne sais plus si je veux faire prepa. Si je pouvais je ferais mes deux ans et après je rejoindrais la fac de psychologie, mais j'ai bien compris que c'est un peu bête.
Alors voilà, je ne vais pas vous embêter plus longtemps. Auriez vous des conseils pour faire au mieux mon choix ? Je précise que la prepa m'attire vraiment... mais la psychologie tout autant. Et il n'y a pas d'équivalence possible ? Est ce dommage d'abandonner une filière dans laquelle je pense pouvoir m'épanouir pour une autre voie totalement différente dans laquelle je suis moins sûre de moi (enseignements, regrets )?
Je vous remercie par avance pour vos réponses et j'espère ne pas avoir été trop longue.

Doute orientation : prépa / psychologie

Salut,

1) Que tu aies peur de la prépa, c'est relativement normal. J'étais assez paniqué jusqu'à la rentrée, et puis... c'est allé ! L'hypokhâgne, ce n'est pas l'enfer que l'on dépeint tous les 9 mois dans "le journal de référence". La khâgne, c'est plus dur, mais la première année permet de s'habituer (un peu).

2) Il n'y a malheureusement pas, je crois, d'équivalence possible vers la psychologie; ceci dit, si les finances te le permettent, pourquoi ne fais-tu pas une prépa, pour bifurquer ensuite vers des études de psychologie ? Il n'y a rien de bête à cela, et tu seras bien armé.e pour la licence de psycho, du point de vue méthode de travail en tous cas.

Dans tous les cas, il est fort probable que ton orientation se fasse au hasard des rencontres avec les disciplines (et les gens) !

3

Doute orientation : prépa / psychologie

À mon humble avis, il ne faut pas avoir peur d'entrer en prépa. On peut peut-être souffrir les deux ou trois premières semaines puis on s'habitue et l'on vit dans un environnement qui rend le travail facile. Je ne veux évidemment pas dire que la prépa, c'est de la rigolade. Non : les cours sont difficiles et les exercices aussi. Mais on se trouve dans une efficace machine à travailler. Et rapidement on apprend à comprendre et à faire des choses compliquées.
La classe de terminale est bien plus dure que celle de troisième, pourtant nombre d'élèves qui n'étaient pas des champions en troisième sont capables ensuite de suivre en terminale. C'est normal : on s'habitue et on progresse. Le lycée est fait pour ça.
Eh bien la prépa est aussi faite pour ça.

Doute orientation : prépa / psychologie

Dans ton choix tu dois aussi prendre en compte la nature des études de psycho, qui comportent une part importante de sciences. Il faut en être conscient car certains littéraires sont déçus une fois qu'ils y sont. Ce qui ne veut pas dire que ce n'est pas intéressant bien sûr, mais il faut en tenir compte.

Doute orientation : prépa / psychologie

Merci pour vos réponses. Effectivement je pense que c'est une mauvaise idée d'abandonner la prepa pour me tourner vers l'inconnu, qui plus est avec des sciences ce qui est à réfléchir. Les équivalences sont donc possibles ? Quand on dit équivalence, cela suppose aussi le fait de rattraper la ou les années en question (je m'excuse si ma question est un peu bête) donc d'y réfléchir aussi ?

6

Doute orientation : prépa / psychologie

Bonjour,

Ton dilemme n'est pas rare, ne t'inquiète pas ; plusieurs personnes de ma prépa littéraire sont aujourd'hui psychologues. Mais ils ont effectivement repris à zéro depuis la L1, car normalement il n'y a pas d'équivalence possible (ce qui est logique puisque les équivalences concernent les matières enseignées en prépa). Tu peux toujours demander confirmation auprès de facs de psycho mais cela m'étonnerait, et c'est tellement différent des matières enseignées en prépa que je vois difficilement comment on pourrait entrer en L2 directement. Et comme le dit Ammy, renseigne toi bien sur le programme de psycho, car il y a effectivement des sciences.

L'avantage de la prépa, c'est que ça ne te ferme pas les portes de la psycho, puisque tu pourras entrer en licence de psycho après (même en perdant du temps). Se réorienter en prépa après un an de psycho est beaucoup plus difficile, car tous les bacheliers de l'année seront prioritaires.

C'est très fréquent d'hésiter entre deux voies assez différentes, très rares sont les personnes qui n'en n'ont qu'une seule en tête. Le parcours de l'enseignement supérieur c'est aussi ça : accepter d'aller dans une voie, d'approfondir quelque chose, alors qu'on aurait pu aussi en faire une autre, avoir un autre métier, etc. Je me poserais la question en termes de profession/loisirs : qu'est-ce qui tu penses pourrait le mieux te convenir entre : être psychologue professionnelle, et pendant ton temps libre lire sur différents sujets (littérature, histoire) ; ou bien exercer un autre métier (journalisme, enseignement ?) dans une matière littéraire et continuer de ton côté à te documenter sur la psychologie, à suivre l'actualité de la discipline ? Est-ce qu'une des deux configurations te frustrerait davantage ?

7 (Modifié par Plumeverte 25/10/2019 à 16:14)

Doute orientation : prépa / psychologie

Bonjour lud5709,

Je te conseille de consulter ce fil qui aborde aussi la question.
https://www.etudes-litteraires.com/foru … raire.html

Je trouve la question de Sohanelle sur la frustration vraiment importante pour trouver sa voie.

Tu m'as l'air plutôt déterminé à devenir psychologue. Si tu désires vraiment faire ce métier, ne te fie pas trop au contenu des études (car tu passeras beaucoup plus d'années dans ton métier que dans tes études), et si tu es à l'aise scolairement et prêt à travailler, les matières scientifiques devraient passer.

Récemment, j'ai été contactée par une étudiante qui avait la même hésitation. Finalement, elle a opté pour les deux : faire la prépa littéraire, puis master de psycho. Pourquoi pas ? Le seul bémol, c'est que ça fait arriver 2 ans plus tard sur le marché du travail, et qu'il n'est pas garanti de trouver un emploi tout de suite, donc c'est important d'en tenir compte psychologiquement et financièrement. Cela étant, tu croiseras d'autres étudiants en reconversion à l'université.

Doute orientation : prépa / psychologie

Merci pour vos réponses ! Je trouverais moins frustrant d'être psychologue et de garder ma passion pour l'histoire et le français comme activité complémentaire que l'inverse. C'est vrai qu'en ce moment je suis vraiment déterminée à devenir psychologue et la classe prepa ne m'attire plus autant. Cependant je sais aussi que j'ai tendance à changer facilement d'idée (: et par sécurité je pense faire une prepa, au moins un an pour réfléchir à tout ça, quitte à changer de cursus.

9 (Modifié par TheRedRoom 25/10/2019 à 13:51)

Doute orientation : prépa / psychologie

Bonjour,

Tout d'abord, tu sais peut-être que beaucoup d'étudiants échouent en L1 de psycho. Moins de la moitié des étudiants inscrits en L1 passent en L2. Et sur tous ceux inscrits en L1, seuls environ un quart obtiendront la licence en 3 ans. Je ne te dis pas ça pour te décourager, mais juste pour te dire que entre prépa est psycho, le plus dur n'est pas forcément celui qu'on pense.

A mon sens, la vertu de la prépa est de... préparer ! notamment en terme de méthodes de travail et d'autonomie, tu gagnerais beaucoup à faire 1 ou 2 ans de prépa. Cela te permettra d'approfondir ta réflexion en sciences humaines, de consolider ta maîtrise de la langue écrite et parlée, de t'enrichir culturellement. Je pense qu'avec ces armes-là, tu es prêt pour les cursus universitaires les plus exigeants.

L'idée de "perdre une année" est certainement pertinente dans le secondaire, mais dès qu'on entre dans le supérieur, le chemin le plus court vers une carrière qui te plaise n'est pas forcément le plus linéaire. "Perdre" une ou deux années à faire une prépa semble être un bon calcul si ça te permet d'être autonome, d'apprendre à bien travailler et si ça augmente tes chances de réussir ta licence de psycho en 3 ans. A ma connaissance, il n'y a pas d'équivalences possibles. La psycho est une filière qui a une forte composante scientifique, avec de la biologie et des statistiques, il ne faut pas l'oublier.

Je crois que pour pratiquer, il faut un master et des heures de stages, donc il faut te préparer à des études longues. Mais si tu es motivé, c'est un très beau métier ! As-tu déjà rencontré un psychologue et éventuellement envisagé de faire un stage d'observation chez lui ?

10

Doute orientation : prépa / psychologie

Je suis suivie depuis plusieurs années dans ce domaine et ma psychologue me donne envie de faire comme elle. Je pense qu'il serait intéressant de lui parler de mon projet, et pourquoi pas de réfléchir à un stage