Master 2 et agrégation de lettres : problème de motivation et débouchés

Bonjour tout le monde !

Je viens de m'inscrire et c'est la toute première fois que je poste ici alors j'espère que je ne fais pas de gaffe:)
Accrochez-vous c'est parti pour le pavé !

Alors comme vous avez lu dans le titre je suis depuis quelques semaines en plein doute concernant mon orientation. J'ai lu beaucoup de sujet sur le forum, mais je me décide enfin à poster (je me pose tellement de questions que j'en dors plus la nuit alors autant mettre tout ça par écrit).

J'ai à mon actif un bac L, une licence et un master (recherche) de lettres modernes, tous les trois 3 obtenus avec mention AB.
Le problème c'est que je n'ai jamais vraiment su quoi faire de ma vie. Mais vraiment pas du tout. J'ai fait un bac L parce que j'étais pas trop nulle en français, puis des études de lettre sous la pression de mes parents et parce que je n'avais aucune autre idée (j'ai même pris la première fac que j'ai trouvé sans aucune recherche, c'est dire), puis je me suis laissée emporter par le courant, L1 L2 L3 puis master recherche. Je m'étais dit en L3 que la recherche pouvait être pas mal pour moi, puisque la seule chose pour laquelle j'étais un tout petit peu douée (en tout cas pas catastrophique) c'était la fac. Mais je rend compte maintenant qu'en fait c'est complètement idiot d'avoir attendu si longtemps pour se poser la vraie question, est-que que je veux vraiment passer ma vie à la fac ? Cette année je prépare l'agreg' de lettres modernes. Je suis à Paris 3 pour ceux qui connaissent, et j'ai eu l'excellente idée de m'inscrire à leur prépa agreg mais je sais déjà que ça va être un carnage. Je travaille pourtant, j'ai travaillé pendant toutes mes vacances, j'ai lu tout le programme, mais voilà je fatigue, je retiens rien du tout mais alors vraiment rien, je suis même pas fichue de traduire une toute petite phrase en latin (alors que j'en fait depuis 3 an et tous les jours). En fait je fatigue depuis mon M2. Mon mémoire fut catastrophique, j'ai bossé comme une dingue et j'ai fini par tout bâcler, et je sais même pas comment ce torchon a pu valoir 14. Vous l'aurez compris je me force à travailler mais je sens bien que je déteste ça. Bref c'est la catastrophe et l'année scolaire n'est même pas commencé. Je travaille certes beaucoup mais paradoxalement je suis totalement démotivée. Là ça fait deux heures que je pleure en pensant à l'enfer qui m'attend dès la semaine prochaine (des vrais cours de prépa quoi, genre du 8h 20h + le trajet de deux heures, sans compter les DST du samedi). Je me dis que si je suis comme ça alors que ça n'a même pas commencé, je ne vais sûrement pas tenir jusqu’aux écrits (les oraux n'en parlons pas).

Mais alors je suis totalement perdue. Un M2 recherche ça n'ouvre quasi rien comme porte, donc je suis obligée de me taper agreg et doctorat même si je sens que j'en ai plus envie. C'est peut-être très bête mais tous mes potes de mon âge travaillent maintenant et je suis la seule toujours à l'école. J'ai envie de tout arrêter pour travailler, n'importe où, pour faire comme les vrais adultes mais je sais que c'est une idée pourrie (comme j'en ai souvent).  Je vis chez mes parents mais j'aimerai être indépendante financièrement, et c'est pas avec le doctorat qui m'attend (sans oublier cette maudite agreg que j'aurait peut-être au bout du 57éme essai) que je vais mettre les voiles. Et puis au fond rien n'a changé depuis le lycée. Je ne sais toujours pas quoi faire vraiment de ma vie. Rien ne me motive jamais, alors je me dit autant rester à la fac.

Voilà voilà, désolée de vous déranger avec tous mes problèmes. Plus précisément ma question est la suivante : est-ce que vous pensez que je dois quand même faire le combo agreg doctorat ? Pou cette année je suis déjà inscrite, alors j'irai en prépa que ça me plaise ou non, et j'essaierai de travailler sérieusement malgré tout, mais après ? Il y a très peu de chance pour que je l'ai du premier coup, surtout avec ma motivation toute pourrie, alors je laisse ma place à une personne plus motivée, ou alors je serre les dents jusqu'à devenir enseignant chercheur  ? (ce qui d'après mes recherches est ultra bouché comme métier). Ou sinon, est-ce que vous pensez qu'il est trop tard pour faire un master plus professionnalisant pour travailler dans une maison d'édition ou que sais-je d'autre ? (c'est encore plus bouché mais bon, je dois bien faire un truc de ma vie). J'ai 23 ans au passage.

C'est tout ! Merci à tout ceux qui ont lu mon charabia, et éclairez-moi s'il vous plaît !

-Une Madame toute perdue.

2

Master 2 et agrégation de lettres : problème de motivation et débouchés

Bonjour,

Des idées négatives qui tournent la nuit, c'est fréquent. Le découragement aussi. Les incertitudes, de même.
Il n'y a pas ici des solutions magiques. Cependant, me permets-tu quelques questions à se poser ?
Qu'est-ce que tu aimes vraiment en dehors des études ?
Quelles sont tes relations sociales ? As-tu des amis ?
As-tu un vie associative ?
Tes centres d'intérêt ? Quels sont tes loisirs ?
As-tu déjà essayé les jobs d'été ?

A 23 ans, pas de panique.

Master 2 et agrégation de lettres : problème de motivation et débouchés

Bonjour,
Passe l’agrégation, puisque tu vas t’y préparer et deviens professeur !
Pourquoi pas puisque tu ne sais pas quoi faire de ta vie ?
C’est trop la honte ?
Cela te rendra indépendante financièrement et ce métier demeure un très beau métier. Il ne faut pas le dévaloriser, même si les débuts sont parfois difficiles pour certains.
Cela vaut mieux en tout cas que se regarder le nombril et passer sa vie à la fac sauf si tes moyens te le permettent.
Tu as 23 ans ; il est temps d’envisager un métier. Même si tu n’es pas « vieille »
Tu peux aussi passer d’autres concours de la fonction publique.
Pas de défaitisme en tout cas !
Que la journée te soit douce et propice à la réflexion !

4

Master 2 et agrégation de lettres : problème de motivation et débouchés

Bonjour Run,

Je rejoins ce qui a été dit dans les commentaires précédents.

Tu te sens perdue parce que tu as l'impression d'avoir suivi des rails sans trop réfléchir, et c'est paniquant de regarder où l"on est, sans en être tout a fait satisfait, en se disant qu'on a peut-être raté une intersection importante.

D'abord sache qu'on peut très bien être heureux dans sa carrière sans y avoir trop réfléchi. (je n'ai jamais pensé a comparer les facs ! Je me suis inscrite dans ma fac de proximité, et c'est tout !
De toutes manières l"enseignement se vaut... C'est la tendance actuelle de vouloir "mettre en competition" les facs les unes par rapport aux autres... Quel gâchis !) On a parfois l'impression qu'il faut faire une étude de marché approfondie, un comparatif benchmarké des carrières possibles, etc. pour trouver LE metier où on va s'épanouir : c'est faux, un choix de carrière doit beaucoup aux envies, au hasard et a l'irrationnel. Et on a le droit de changer quand ça ne nous plait plus. Le parcours en ligne droite n'est pas forcement le meilleur itinéraire. Il n'y a pas UN SEUL métier qui peut nous rendre heureux.

Quelques suggestions, à prendre ou à laisser :
Donne sa chance à ta prepa agreg sans trop te mettre la pression (tu peux te dire que tu la passes en 2 ans). Pense au métier d'enseignant, qui est et reste un beau métier qui a de nombreux avantages. Le CAPES est aussi une option.
Laisse-toi du temps cette année pour découvrir des choses : faire du bénévolat pour une association (soutien scolaire, défense de l'environnement, autre...), avoir une activité créative (écrire des chroniques de livres ou de films pour un blog, prendre un cours de dessin...), faire un voyage en fonction de tes moyens, trouver un petit boulot alimentaire. Ce genre de choses peut ouvrir des perspectives.

5 (Modifié par Laoshi 29/08/2019 à 09:25)

Master 2 et agrégation de lettres : problème de motivation et débouchés

Outre les bonnes propositions de TheRedRoom, je conseille comme dérivatif le chant choral et la natation qui vident la tête.
Et puis, comme il est dit dans le message précédent, on peut réussir sa vie sans être passé par Henri IV ou La Sorbonne.

6

Master 2 et agrégation de lettres : problème de motivation et débouchés

Je suis totalement d'accord avec les réponses précédentes. J'axerai la mienne sur la question de l'enseignement, puisque 1/ tu prépares l'agrégation cette année, 2/ les inscriptions au CAPES sont ouvertes jusqu'en octobre, il faut donc se décider avant si tu veux t'y inscrire également. Etant donné que le CAPES offre beaucoup plus de places que l'agrégation, ça peut être une excellente option si tu veux avoir plus de chances d'avoir un métier stable dès septembre prochain. Est-ce que l'enseignement dans le secondaire est une option qui pourrait te tenter ? Je me doute que tu dois être indécise, mais déjà si ce n'est pas un refus net, c'est à creuser, et de deux façons : tu peux essayer d'approcher un peu plus le métier cette année, par ex. avec une asso de soutien scolaire ; et surtout, te dire que rien n'est mieux que d'essayer. Ce n'est pas parce que tu as un concours de l'enseignement que tu seras obligée d'enseigner toute ta vie, pas du tout, tu pourras te reconvertir. Les parcours linéaires sont de plus en plus rares maintenant. Et au contraire, j'ai des amis enseignants qui sont arrivés dans le secondaire totalement par défaut, et qui finalement sont très heureux et ne se voient pas faire autre chose.

Dans mon expérience très personnelle, les moments où j'avais le plus de baisse de motivation étaient les gros moments de stress, surtout en début d'année. En me disant que je n'avais peut-être pas ma place là où j'étais, que je ne comprenais pas pourquoi j'en étais arrivée là, je me protégeais de l'échec. Donc, fais redescendre le stress, en ne voyant pas trop loin : on peut certes aller jusqu'au master recherche "en se laissant porter", mais pas jusqu'en doctorat, là c'est très différent. Déjà, c'est très difficile d'avoir une bourse de thèse, même avec une mention TB au master.... Et ensuite, la pénurie de poste d'enseignants-chercheurs est énorme. Donc en gros, la plupart des gens en doctorat ont été et seront dans le secondaire.

Un dernier point, encore plus général : ne culpabilise pas de ne pas avoir de passions, ou d'envies fortes, ou de certitudes sur les métiers qui t'attirent. C'est le cas de beaucoup de gens, vraiment. Et ça ne veut pas dire que tu ne plairas pas dans ton travail plus tard, mais ce ne sera peut-être pas la partie la plus importante de ta vie, tu pourras aussi trouver un épanouissement plus fort dans d'autres domaines. C'est une question de personnalité, et ça peut aussi évoluer avec les années, donc pas de stress, tu es encore très très jeune !!

Master 2 et agrégation de lettres : problème de motivation et débouchés

Ohlalala merci pour toutes vos réponses !
Bon, je vais essayer de répondre à tout le monde ^^

Pour comment Floreale, en dehors des études j'aime beaucoup de choses, mais pas assez pour en faire un métier. Je suis depuis 4 an dans une association de théâtre et franchement je m'éclate là-bas, mais bon ce n'est bien évidement pas professionnel et ça reste un loisir. Oui bien sûr j'ai des amis mais personne qui fait d'aussi longues études que moi (ils se sont tous arrêtés au master et cherchent du boulot, d'où l'impression d'être un peu en retard). Enfin j'ai jamais fait de jobs d'été, mais j'ai travaillé quelque temps en cuisine et puis j'ai fait de la garde d'enfant pendant 5 ans, mais là j'ai du arrêter cette année pour la prépa agreg *snif*

Merci pour la réponse Laoshi ! Justement ce sont les débuts qui me font peur, peur de ne pas trouver de travail, de ne jamais avoir l'agreg et donc de me retrouver sans rien. Puer de ne pas avoir la motivation nécessaire et donc de ne jamais rien faire de bien. Pour enseigner en lycée il est obligé d'avoir l'agrégation non ?

TheRedroom, ahaha ça me rassure de ne pas avoir été la seule à choisir plus ou moins au hasard XD. En fait cette année, même si c'est suicidaire je pense continuer mes cours de théâtre donc je sais que j'aurai quand même quelque chose pour décompresser, d'où justement la question que je me pose, est-ce que je devrais tout abandonner pour cette année et me donner absolument à fond sur l'agreg même si j'en ai pas vraiment envie ? D'un côté je me dit que c'est juste du suicide, mais en même temps je pense que c'est pas bien et que je suis pas sérieuse. Je pense quand même continuer parce que si je fais que la prépa je crois que je vais mourir :3

Enfin Sohanelle. Pour le CAPES j'y ai pensé, mais est-ce que je vais as être totalement paumée pour le concours si je fais une prépa agreg ? Les programme ne sont pas les même d'après ce que j'ai compris. Et si par miracle j'ai mon CAPES, est-ce que je pourrai toujours passer l'agreg, par exemple en interne ? En tout cas merci de me rassurer, c'est gentil !

Voilà ! Vraiment merci à tous pour vos réponses ♥

8

Master 2 et agrégation de lettres : problème de motivation et débouchés

Bien sûr, continue le théâtre cette année ! C'est essentiel d'avoir quelque chose en dehors de la prépa agreg. Ceux qui réussissent l'agreg sont rarement ceux qui y passent le plus d'heures, mais ceux qui ont très bien identifié les attendus (lecture des rapports du jury = essentiel) et savent ensuite les mettre en pratique, en étant cohérent et synthétique. Rien ne sert d'être encyclopédique.

Pour ce qui est de préparer l'agreg en même temps que le Capes, regarde bien le programme du Capes pour voir exactement ce qui est différent, mais en tout cas en Histoire géo (ma discipline) c'est très proche, et ceux qui passent l'agreg passent presque toujours le Capes en même temps. Et même si tu mets l'accent sur l'agreg, rien ne t'empêche d'aller passer les épreuves écrites du Capes. Si tu obtiens le Capes mais pas l'agreg: tu peux demander un report de stage, et avoir un an pour passer l'agreg. Ou bien, tu peux passer l'agreg en interne au bout de 5 ans. Rien n'est figé !

Dernière précision : il n'est pas du tout obligatoire d'être agrégé pour enseigner en lycée, beaucoup d'enseignants de lycée (la plupart même je pense, vu le faible n'ont d'agrégés) ont le CAPES uniquement. Et il y a des agrégés au collège. En gros les systèmes d'affectation sont très complexes, en ayant l'agreg tu as plus de points pour aller en lycée donc c'est un peu plus facile mais ça dépend aussi du lieu que tu demandes, si tu veux un poste fixe ou non, etc. Donc c'est beaucoup plus complexe que agreg = lycée et CAPES = collège.

Master 2 et agrégation de lettres : problème de motivation et débouchés

Bonsoir,
Bon courage en cette période de rentrée.
Il arrive de traverser des périodes de doutes, de remise en question, de déprime voire de dépression, durant les études, et notamment à cet âge et à ce niveau de transition entre les études au sens propre et le passage vers ce qui peut conduire à la vie professionnelle (CAPES, agrégation, doctorat). C'est difficile, mais il faut essayer de déterminer ce qui relève d'une difficulté due aux circonstances (par exemple, la déprime) de quelque chose de plus fondamental (une inadéquation entre les études/le travail à venir et le projet, par exemple).
Je suis un peu gêné à la lecture de votre premier message, parce qu'il me semble que vous donnez l'impression d'être enfermée dans un parcours qui ne vous plaît pas forcément, lorsque vous évoquez l'agrégation et le doctorat. Concernant le doctorat, juste quelques remarques : il faut vraiment vous interroger sur vos impressions durant le M2, les recherches et la rédaction du mémoire. Elle semble à vous lire avoir été pénible sur la fin. Or, préparer sa thèse, c'est conduire un projet beaucoup plus ambitieux et long que le mémoire. Dans mon université, je crois qu'il fallait une dérogation pour commencer son doctorat avec une moyenne inférieure à 14 en master (ou au mémoire, je ne sais plus). Je ne veux pas paraître désagréable mais il faut réfléchir sur ce point.
Concernant l'agrégation, si vous voulez effectivement aller vers l'enseignement, sa préparation vous sera utile dans tous les cas, pour l'aspect disciplinaire. N'ayez crainte sur ce point. En revanche, c'est une préparation difficile, et on ne doit pas cacher que l'année peut être fort rude pour le moral, d'autant plus en cas de non admission. Ce n'est pas un concours facile. Je connais plusieurs personnes qui étaient inscrites pour passer le CAPES en même temps que leur préparation de l'agrégation et malgré la déception à l'agrégation, elles ont obtenu le CAPES.
Mais l'enseignement dans le secondaire, c'est encore autre chose que les études de lettres elles-mêmes, et on peut l'oublier ou ne pas s'en rendre compte suffisamment quand on est passé par le master recherche.