Le travail préparatoire à l'entrée en hypokhâgne

Bonjour,
Je suis admise en prépa littéraire. J'ai donc la liste des ouvrages à lire, ...... Cela m'inquiète terriblement.
Je travaille pendant l'été (jusqu'au 31/08) et je vois ce que je dois lire et faire d'ici la rentrée. C'est tout simplement impossible pour moi. Ces devoirs d'été ne sont pas compatibles avec mon activité.
Je sens que je vais être totalement submergée dès la rentrée. 
Comment faites-vous?
Avez-vous des conseils à me donner?

2 (Modifié par Jehan 21/07/2019 à 22:07)

Le travail préparatoire à l'entrée en hypokhâgne

Pas de panique !
Pour ma part je n'ai rien fait ou presque pendant cet été-là ( il me semble que j'avais lu 2 romans ).
Ça ne m'a pas handicapée ;  en revanche ça démarre très vite à la rentrée, il ne faut pas se laisser submerger.

Le travail préparatoire à l'entrée en hypokhâgne

Mais bien sûr ! Lis ce que tu peux, ce qui te fait envie. Il est bon de ne pas arriver complètement ignare, mais pas complètement saturée non plus.

4

Le travail préparatoire à l'entrée en hypokhâgne

Bonsoir,

Effectivement, ne paniquez pas pour ça. Vous aurez des camarades à la rentrée qui auront eu la bibliographie le 25 août... Mais lire pendant les vacances vous permettra de prendre un peu d'avance, car comme on vous l'a dit, ça démarre sur les chapeaux de roues !

Le travail préparatoire à l'entrée en hypokhâgne

Pareillement, je travaillais pendant l'été et je n'ai donc rien fait à peu de choses près. Tant qu'à la rentrée, tu t'y mets sérieusement, tout va bien.

6

Le travail préparatoire à l'entrée en hypokhâgne

Bon, hum hum, ça m'embête quand même qu'on dise "pas de souci, tu peux arriver les mains dans les poches". Nous, profs de prépa, on s'embête à faire des bibliographies, c'est quand même pas pour rien. Il y a peut-être dans ta liste certains ouvrages qu'on te demande expressément de lire.

Par ailleurs, travailler à plein temps n'empêche pas de bouquiner le soir (sinon personne n'acheterait de livres - le travail à plein temps est tout de même le lot de la majorité de la population ! Ces personnes ne s'arrêtent pas de lire ou de se cultiver pour autant !). Ce n'est pas un travail aussi "studieux" que si on est à son bureau, crayon en main, mais c'est quand même pas mal.
Donc fais ce que tu peux, car tout ce que tu arrives à faire pendant l'été ne sera plus à faire après ! Mais il est vrai que ça n'est pas la peine de paniquer si tu n'arrives pas à lire autant que tu le souhaiterais.

Le travail préparatoire à l'entrée en hypokhâgne

Vos enseignants ont-ils précisé dans la liste les lectures impératives, recommandées  conseillées, indicatives ? Si ce n'est pas le cas, essayez de déterminer les lectures prioritaires, éventuellement en comparant avec les listes d'autres prépas/de fac ou les conseils ici et là.
Il y a vraiment des ouvrages qu'il faut avoir lu pour la rentrée, que ce soit en prépa ou à la fac. En tant qu'enseignant, je suis bien placé pour savoir que tous les étudiants ne procèdent pas à ces lectures, mais c'est à leur détriment et logiquement, ils se retrouvent en difficulté plus tard dans l'année.
Je sais que c'est compliqué quand il y a un travail prenant pendant l'été. Courage !

Le travail préparatoire à l'entrée en hypokhâgne

Nous, profs de prépa, on s'embête à faire des bibliographies, c'est quand même pas pour rien. Il y a peut-être dans ta liste certains ouvrages qu'on te demande expressément de lire.

Il ne s'agit pas d'arriver les mains dans les poches. Là, n'était pas pour ma part, ce que j'ai voulu dire.
Cependant, n'avez-vous jamais constaté, vous, profs de prépa, que ce n'était pas forcément les puits de science, ceux qui avaient tout lu, qui réussissaient le mieux, mais ceux qui savaient mettre à profit ce qu'ils avaient bien assimilé en moins grande quantité ?
Bien évidemment, si on en est à  classer Ronsard  parmi les poètes romantiques ou à croire que Victor Hugo a vécu sous Louis XIV, et que Voltaire est son contemporain, il faut sûrement prendre quelques mesures préventives.
Mais normalement, ou alors je suis véritablement hors jeu, les élèves admis en hypokhâgne sur dossier n'ont pas absolument rien appris au lycée (ou est-ce devenu définitivement une garderie ?).
Je persiste à dire que se bourrer le crâne dès maintenant et surtout quand on est obligé de travailler pendant les vacances ne sert à rien. Μηδὲν ἄγαν...

Le travail préparatoire à l'entrée en hypokhâgne

Il n'est pas question de forcément passer son été à se remplir le crâne.
Je constate par expérience que des étudiants sont surpris par le saut qualitatif et quantitatif de ce qui est demandé à l'entrée dans le Supérieur par rapport aux attentes moyennes du bac et de la fin du lycée. Cela dépend certes des établissements et j'ai l'expérience de l'université en tant qu'enseignant (de la prépa, seulement comme étudiant).
Jadis, mes camarades d'hypokhâgne ont parfois mal vécu le changement du type de notation et la hausse des exigences. Y compris parmi ceux qui étaient plutôt bons.
Du reste, il est souvent possible d'allier le plaisir et les lectures demandées ou recommandées. Il faut aussi profiter de l'été avant le grand bain de la prépa. Mais on peut regretter ensuite de ne pas en avoir assez profité pour étendre ses lectures.

Le travail préparatoire à l'entrée en hypokhâgne

Jadis, mes camarades d'hypokhâgne ont parfois mal vécu le changement du type de notation et la hausse des exigences.

Jadis...
Maintenant, ils sont bien informés.