Licence d'histoire à Paris 1 ou LLCER chinois à l'ENS de Lyon ?

Bonjour,

Ayant été acceptée après une filière B/L dans deux licences différentes et dans des écoles différentes également, j'ai un choix assez cornélien à effectuer. D'un côté j'ai une place en licence d'Histoire à l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne (ce qui me fait assez rêvé il faut le dire), de l'autre j'ai été admise en LLCER de chinois à l'ENS de Lyon.
Mon objectif à long terme est d'être historienne (donc chercheuse si possible même si je sais déjà à quel point les places sont rares) spécialiste de la Chine contemporaine (XXème siècle environ).

Apparemment les deux formations ont leurs propres avantages, dans des établissements assez intéressants (je dois avouer que la renommée de l'ENS est d'ailleurs un peu écrasante et m'empêche de réfléchir sereinement et objectivement à la question).

Si vous avez un avis sur ce problème, je suis preneuse. Et si vous avez fait histoire à Paris 1 ou études chinoises à l'ENS de Lyon, je suis intéressée pour avoir votre sentiment sur ces formations.

Merci !

Licence d'histoire à Paris 1 ou LLCER chinois à l'ENS de Lyon ?

Quel serait ton statut à l'ENS de Lyon ? Aurais-tu accès aux échanges internationaux de l'ENS ? Ont-ils de bons échanges avec la Chine ? A priori, Paris I a beaucoup moins d'échanges (du moins c'était le cas pour moi à l'époque et dans une autre discipline), mais ça vaut la peine d'y jeter un oeil tout de même.

Sais-tu si le monde académique est plus ouvert en histoire (une des disciplines les plus bouchées, avec la philosophie, je pense) ou en chinois ? Envisages-tu l'agrégation d'histoire ou de chinois ?

Juste des questions pour essayer de faire avancer le débat !

Licence d'histoire à Paris 1 ou LLCER chinois à l'ENS de Lyon ?

Merci pour la réponse.

Ce serait un statut d'auditeur libre (et non pas de normalienne car je n'ai pas été prise sur concours mais sur dossier).
L'ENS de Lyon possède des partenariats avec 3 universités chinoises (Université de Pékin Université Fudan à Shanghai et la East China Normal University) et Paris 1 en possède avec 6 universités d'après ce que j'ai trouvé sur internet donc les deux ont l'air de proposer des choses intéressantes.

Effectivement l'histoire peut sembler être une voie bouchée, choisir le chinois serait sûrement un moyen d'avoir un nombre de postes proposés plus important à la sortie de mes études. Cependant à l'avenir si je devais devenir professeur (car les places en recherche sont rares et nécessitent souvent d'avoir l'agreg), je me verrais bien mieux professeur d'histoire que de chinois.

Licence d'histoire à Paris 1 ou LLCER chinois à l'ENS de Lyon ?

Sais-tu si les auditeurs libres ont accès aux accords internationaux ? Aux contrats doctoraux spécifiques à l'ENS Lyon ?

Je ne connais pas les universités chinoises, mais tu peux d'ores et déjà regarder si l'une d'entre elle a une unité de recherche avec laquelle tu souhaiterais travailler.

Personnellement, j'opterais pour l'ENS Lyon, en partie en raison du statut, en partie parce que miser sur le chinois plus que sur l'histoire me paraît plus prometteur. Cela étant dit, je ne suis pas en chinois ni en histoire, donc il faudrait que tu aies des avis plus éclairés que le mien sur la question !

Licence d'histoire à Paris 1 ou LLCER chinois à l'ENS de Lyon ?

Azul a écrit :

Effectivement l'histoire peut sembler être une voie bouchée, choisir le chinois serait sûrement un moyen d'avoir un nombre de postes proposés plus important à la sortie de mes études.


Attention à ne pas te fier à ton ressenti.
De 2010 à 2019, de 70 à 100 postes offerts à l'agrégation d'histoire, auxquels il serait bon d'ajouter à peu près la moitié pour l'agrégation de géographie, à comparer aux 0 à 4 postes offerts pour le chinois...

Licence d'histoire à Paris 1 ou LLCER chinois à l'ENS de Lyon ?

@Anne : Il faudrait encore pouvoir comparer au nombre de candidats (ce que l'on peut faire, mais je ne sais pas où) et au nombre de bons candidats (ce que l'on ne peut pas faire), c'est-à-dire de candidats qui ont une formation universitaire solide. Par ailleurs, l'objectif ici est d'être enseignant-chercheur, pas professeur de lycée, même si c'est évidemment une précieuse solution de repli.

Cela étant dit, je ne connais pas la situation du chinois en France, donc je ne peux pas bien la comparer avec la situation de l'histoire que je connais un peu mieux (mais indirectement).

Licence d'histoire à Paris 1 ou LLCER chinois à l'ENS de Lyon ?

Bonjour,

J'irais aussi à l'ENS de Lyon (que je ne connais pas de l'intérieur), ne serait-ce que pour le prestige de l'école. Une licence de chinois me semble aussi plus intéressante professionnellement et ne vous empêchera aucunement de poursuivre ensuite des études d'histoire chinoise et éventuellement de passer l'agrégation d'histoire si vous souhaitez poursuivre dans cette voie-là.

Licence d'histoire à Paris 1 ou LLCER chinois à l'ENS de Lyon ?

Merci à tous pour vos réponses.

Concernant le fait de faire le cursus en études chinoises puis de passer l'agreg d'histoire, cela ne nécessite-t-il pas d'obtenir un deuxième master ? Je sors d'une B/L donc pour l'instant je n'ai fait que de l'histoire contempo et dans une proportion qui me paraît bien trop insuffisante pour que je puisse passer l'agreg sans un master dédié uniquement à l'histoire.

Le prestige de l'ENS est certes important mais dans les classements mondiaux, Paris 1 apparaît en premier concernant l'histoire.

9

Licence d'histoire à Paris 1 ou LLCER chinois à l'ENS de Lyon ?

Est-il plus facile de faire principalement du chinois en se formant accessoirement à l'histoire, ou l'inverse ?
J'aurais plutôt tendance à croire l'inverse (connaissant la filière LLCE) mais ce n'est que mon avis. D'autant plus qu'une LLCE chinois te ferait faire pas mal de choses qui n'ont rien à voir ni avec l'histoire en tant que discipline, ni avec la Chine contemporaine, et qui ne t'intéresseront donc pas plus que ça...

Licence d'histoire à Paris 1 ou LLCER chinois à l'ENS de Lyon ?

@mikomasr : Pour l'agrégation, de toutes les façons, il faut rattraper. Les cours de master sont en général très pointus et du coup, j'imagine, bien loin du savoir encyclopédique (et bibliographique) de l'agrégation.

@Azul : Les classements internationaux ne favorisent pas les ENS, pour un certain nombre de raisons structurelles, donc je ne m'en inquiéterais pas trop. Quant à la réputation internationale des ENS, cela dépend beaucoup : certaines personnes (notamment en études de mathématiques ou physiques, par exemple) sont familières avec l'ENS, d'autres ne savent pas du tout ce que c'est. En revanche, les ENS ont souvent des accords avec les meilleures universités au monde (Oxbridge ou la Ivy League, par exemple), donc ça permet d'étoffer son CV assez facilement, si c'est le but.