Évolution phonétique : facitis > faites

Bonjour,

Je relève dans le "Précis d'ancien français" de Geneviève Joly, aux éd. Armand Colin, 2e éd., cela :

au milieu du IIIe siècle, facitis, dicitis sont devenus - par affaiblissement du -i final - [faketes], [diketes] avec e final central. Après l'évolution de *facetes, *dicetes en [faytes], [dyites]...

Cependant, dites-moi si je me trompe, mais cela me semble assez problématique, étant donné que la fausse palatalisation de [k] dans [kt] s'est faite au 3e siècle.
La solution serait que ces palatalisations se sont plutôt vers la fin du 3e siècle? Ou se sont étalées tout au long de ce siècle?

A mon avis, je pencherai plutôt pour l'hypothèse de Pierre Fouché pour qui [fakere] a donné [fagere] (en latin vulgaire, § 80 de Morphologie historique du français : le verbe ) pour faire une demi-palatalisation de [g] en [y].

Quel est votre avis là-dessus?

2 (Modifié par Viellfranceis 15/07/2019 à 19:16)

Évolution phonétique : facitis > faites

Je pense à une évolution facitis>*fagitis>*fayitis>*faytes>*faites

Évolution phonétique : facitis > faites

Oui, je pense aussi

Évolution phonétique : facitis > faites

Voici l'explication de M. Zink (Phonétique historique du français, PUF)
Comme il n'y a pas d'explication, je mets celles-ci entre parenthèses).

- lat. vulg. facĭtis > *fagĭtis

- IIIème *fagĭtis > *fayyẹte̥s (la syncope n’intervient pas encore ; le i bref devient e fermé, le i final s’affaiblit, le g derrière a et devant i ou e passe à yy : selon M. Zink, tout yod intervocalique, primaire ou non, est géminé au tout début de son apparition du fait de la consonantisation de sa voyelle d’appui vocalique i issu de lui)
av. IVème  *fayyẹte̥s > *fay(y)t’e̥s (syncope de la post-tonique et réduction de la géminée)

- VIIème  *fay(y)t’e̥s > *fayt’e̥s

- IXème *fayt’e̥s > faite̥s (vocalisation du yod et diphtongaison). Au XIème, faire assone avec message).

- XIIème *faite̥s > *fęite̥s (le a accentué se ferme d’un degré) et paistre assone à présent avec beste.

- XIIIème *fęite̥s > fęte̥(s) (la diphtongue se réduit ; le e final se maintient comme marque morphologique. L’orthographe est en général phonétique sauf quand le mot assone, ce qui montre que la rime "pour l'œil" n'est pas nouvelle)

- XVème  fęte̥(s) > fętœ ( ?) (l’orthographe étymologique faites se généralise, le –c qu’on intercale souvent est évidemment indû, le i résultant de l’évolution du –c)

- XVIIème fętœ > fęt (faites).   

L'explication classique facitis > fac(i)tis > faχtis > faytes, etc... semble abandonnée.

Évolution phonétique : facitis > faites

Parfait!