1

Le plaisir d'écrire un poème est-il le seul moteur de la création poétique ?

bonjour a tous, je me présente Morgan 14ans je passe le bac de français l'an prochain et je m'inscris sur ce forum pour enrichir mon expérience littéraire et recevoir et donner de l'aide.
en premier lieu j'ai un premier sujet a vous donner, sur lequel je bloque.

Dissertation
En 1857, Baudelaire écrit dans « Théophile Gautier », extrait de L’Art romantique : « La Poésie, pour peu qu’on veuille descendre en soi-même, interroger son âme, rappeler ses souvenirs d’enthousiasme, n’a pas d’autre but qu’elle-même, elle ne peut pas en avoir d'autre, et aucun poème ne sera si grand, si noble, si véritablement digne du nom de poème, que celui qui aura été écrit uniquement pour le plaisir d'écrire un poème ».
« Le plaisir d’écrire un poème » vous semble-t-il être l’unique moteur de la création poétique ?
Vous répondrez à cette question en vous appuyant sur les œuvres que vous avez lues ou étudiées, et sur votre culture personnelle. 


Intro
la création poétique a différents moteurs, ces derniers varient selon les époques, les genres littéraire et les poètes. Certains poètes de la seconde moitié du XIXème siècle, qui se font appeler les parnassiens, considèrent que la poésie n’a pas d’autre but qu’elle-même, Baudelaire se rapproche de se mouvement sans toutefois y adhérer totalement. 

on peut se demander si « le plaisir d’écrire un poème et l’unique moteur de la création poétique » comme l’affirme Baudelaire.

Baudelaire a-t-il raison, la seule raison d’écrire un poème est-elle le plaisir ? ou n’y-a-t-il pas d’autres raisons qui peuvent inspirer les poètes et les pousser à rédiger leurs œuvres ? c’est l’énigme, le dilemme et l’impasse qui pousse de nombreux poètes à s’interroger à ce sujet, quelles sont les raisons qui les poussent à écrire leurs œuvres ? quelles ont été leurs conclusions, car si certains auteurs s’opposent à l’idée de Baudelaire en étant inspiré par d’autres but que de retirer du plaisir de leur poème, ne prennent-ils pas toujours plaisir à écrire leurs œuvres ?

Tout d’abord nous verrons certains des poètes qui considères, de même que Baudelaire qu’un poème ne doit être écrit que pour le plaisir d’écrire un poème. Ensuite nous verrons d’autres poètes qui on écrit des poèmes pour d’autres raisons que le plaisir qu’ils pouvaient en retirer. Enfin nous verrons que le plaisir est l’un des principaux moteurs de la création poétique, mais pas le seul, il apparait même dans les poèmes qui ont une autre source d’inspiration.

partie 1 thèse
en premier lieu il faut comprendre l’idée qu’exprime Baudelaire dans l’extrait du sujet avant, par la suite, de comprendre au mieux cette idée grâce a d’autre paroles venant d’autres auteurs qui ont des conclusions analogues à celle de Baudelaire. Parmi ces auteurs on trouve les poète du mouvement parnassien, aussi nommé l’art pour l’art qui se dresse en opposition au lyrisme romantique pour rétablir l’ordre grâce à des règles strictes et éloigner le poésie des engagement politiques et idéologiques.

Baudelaire écrit que la poésie « n’a pas d’autre but qu’elle-même », il veut dire par là que la poésie se doit de n’être créé que pour le simple fait de créer de la poésie et non pas pour servir une cause ou une idée. Il écrit également qu’ « aucun poème ne sera si grand, si noble, si véritablement digne du nom de poème, que celui qui aura été écrit uniquement pour le plaisir d'écrire un poème » on peut voir que l’auteur insiste sur les qualités du poème grâce a une accumulation qui est renforcée par l’apparition répété de l’adverbe d’intensité « si ». Grâce à ces effets de styles l’idée que veux nous transmettre l’auteur est rendue plus frappante et plus forte. l’auteur nous fait donc bien comprendre que les qualités d’un poème dépendent de l’objectif pour le quel il a été écrit, si le poème est écrit seulement pour le plaisir d’écrire alors le poème peut être considéré comme grand, noble et digne du nom de poème, si ce n’est pas le cas alors le poème perd ses qualités et se dénature.

Théophile Gautier, précurseur du mouvement des parnassiens, a écrit « Il n’y a de vraiment beau que ce qui ne peut servir à rien ; tout ce qui est utile est laid, car c’est l’expression de quelque besoin, et ceux de l’homme sont ignobles et dégoûtants, comme sa pauvre et infirme nature. ». Il partage donc la vision de Baudelaire, car pour lui le poème se doit d’être inutile pour être beau et donc il se doit de n’avoir été créé seulement pour le plaisir d’écrire et non pas pour servir une cause ou une idée. On voit ici que le poète, grâce à l’antithèse « beau » et « laid » accompagné d’une succession de termes « ignobles », « dégoutants », « pauvre et infirme nature » peu valorisants, montre que les objets utiles n’ont aucune beauté car ils sont déformés et détourné de leur objectif originel par la nature de l’homme. Ainsi on peut penser à l’exemple de la chimie nucléaire qui fut à l’origine de la centrale nucléaire utile du fait de sa production d’énergie. Cette nouvelle science fut néanmoins aussi à l’origine de la bombe nucléaire, un engin de destruction massif, pouvant causer des centaines de milliers de morts en peu de temps. Un objet pour conserver sa beauté se doit donc d’être inutile, de même un poème se doit de n’être rédigé que pour le plaisir qu’il va apporter, et non pour un quelconque autre usage qui le dénaturerait et le rendrait indigne du nom de poème.

Une autre citation vient appuyer le fait que le plaisir soit l’un des principal moteur de la création poétique. « Les poètes sont des hommes qui refusent d'utiliser le langage » de Sartre. Sartre dit donc que les poètes refusent d’utiliser le langage. On suppose donc qu’il veut dire qu’ils utilisent les mots mais pour une autre fonction qui n’est pas celle du langage. On en déduit que les poètes utilisent les mots pour composer leur poème par plaisir. En effet si les mots servaient au langage cela changerait la source d’inspiration de l’écriture d’un poème qui ne serait plus le plaisir mais un autre objectif, celui de communiquer grâce au poème. On voit ainsi que certains poètes sont de l’avis de Baudelaire et pensent que seul le plaisir d’écrire un poème doit motiver sa création, sinon ce poème se dénature pour devenir un outil qui sert une cause.


partie 2 antithèse
en second lieu on peut également voir que l’inspiration des poètes ne se réduit pas au simple plaisir qu’ils retirent de leurs œuvres, en effet les poètes écrivent leurs poèmes pour de multiples raison différentes qui parfois peuvent se mêler.

Victor Hugo par exemple considère que le poète est un guide des hommes qui éclaire le monde dans son obscurité et qui mène les autres sur le bon chemin, ce poète possède un don divin qui l’élève au-dessus des autres hommes.  « Peuples ! écoutez le poète !/Écoutez le rêveur sacré !/Dans votre nuit, sans lui complète,/Lui seul a le front éclairé. » extrait du poème sur la fonction du poète de Victor Hugo, paru dans le recueil les rayons et les ombres. Pour lui le poème est donc l’outil du poète qui va s’en servir pour guider les hommes, la notion d’écrire un poème pour le plaisir disparait donc totalement. Ronsard, un autre poète du XVIème siècle, partage cette vision en considérant que le poète a reçu un don divin qui lui permet d’être supérieur au commun des mortels, la également la création poétique a pour but d’être l’outil du poète pour lui permettre d’exprimer ce qu’il connait grâce à son don divin. « il devient un prophète,/Il prédit toute chose avant qu'elle soit faite,/Il connaît la nature, et les secrets des cieux, » de Ronsard extrait de « l’hymne de l’automne ».

La poésie peux aussi jouer le rôle d’hommage en glorifiant des Hommes morts ou vivant. Un de ces exemples est le poème de Louis Aragon, « strophe pour se souvenir » dans lequel le poète rend hommage aux résistants morts pour la liberté de la France , condamne le racisme qui peut exister envers les résistants étrangers et dénonce le nazisme et la guerre. Ce poème est engagé car il prend aussi une dimension politique en dénonçant le régime nazi. Un autre poème dont l’objectif est de rendre hommage est « les fusillés » de Victor Hugo, ce poème rend hommage aux insurgés de la commune de 1871 fusillés par le gouvernement. Mais Victor Hugo n’a pas réalisé ce seul poème et une autre œuvre du même genre est « demain dès l’aube, dans lequel l’auteur rend hommage à sa fille décédée peu avant, ce poème nous montre les sentiment du poète et son accablement devant une telle perte.

Enfin, les poèmes peuvent remplir une fonction d’objet moralisateur qui dénonce les travers de la société et montre les injustices social ou les défauts humains, dans cette catégorie de poème on retrouve La Fontaine qui, en utilisant des animaux comme personnage, dénonce les défauts de son époque. L’auteur doit chercher à donner une valeur morale au lecteur pour le changer en bien, pour cela son texte doit toucher le lecteur. La Fontaine va pour cela faire en sorte que le lecteur s’identifie dans l’un des personnages de l’œuvre, par exemple dans le loup et l’agneau le lecteur s’identifie a l’agneau et ressent donc de la pitié, de la compassion accompagné d’un fort sentiment d’injustice quad l’innocent animal périt. Victor Hugo s’illustre dans ce genre de poème avec le dernier jour d’un condamné qui montre la cruauté du sort réservé aux condamnés à mort qui subissent leur supplice pendant plusieurs semaines. Dans ce poème également le lecteur s’identifie dans le héros du texte qui est le condamné, ainsi le lecteur est d’autant plus touché par ce texte, ce qui l’incite a vouloir corriger ce défaut de la société.

voila mon travail actuel, néanmoins j'ai des difficultés a rédiger la synthèse du devoir et je ne suis pas sur de la pertinence de mon travail.

synthèse
j'ai quelques pistes comme le fait qu'un poème peut être a la fois beau, et écris seulement pour le plaisir, mais aussi utile et donc laid, tout dépend du regard que l'on porte sur lui.

je dois avouer que j'ai du mal a poursuivre et que je ne suis pas sur de moi, ai je fait un hors sujet ? et sinon que dois-je faire selon vous pour mener a bien ma tâche ?

2

Le plaisir d'écrire un poème est-il le seul moteur de la création poétique ?

Il y a des idées, un effort de structure qui pourrait néanmoins être plus abouti. Peut-être formuler, dans l'introduction, une problématique plus pertinente, un problème en tension à soulever.
La notion de "plaisir d'écrire" peut être davantage explicitée. Plaisir esthétique, émotionnel ? Désir de jouer avec l'instant, l'universel ? Amour des mots, du rythme ? Le beau à partir du laid ? L'art pour l'art ? Musicalité ?
Pour l'antithèse, des idées intéressantes. Marquer davantage le choix délibéré de la poésie engagée quand "seuls les yeux sont encore capables de pousser un cri".
Une dernière remarque, veiller à mieux intégrer les exemples sans se contenter de les appauvrir par une reformulation évidente.
L'ensemble reste néanmoins fort prometteur.

3

Le plaisir d'écrire un poème est-il le seul moteur de la création poétique ?

mille pardon j'ai eu un problème de santé qui m'a empêché de vous répondre pendant quelques jours, je vais néanmoins mieux et je m'attèle de nouveau a cette dissertation.
je vous remercie de votre réponse complète qui m'indique où sont mes erreurs et quels points je doit rectifier
cordialement morgan