1

Narrateur et focalisation dans le Père Goriot

Bonjour,
je suis une étudiante et je voudrais vous poser des questions concernantes l'ouvre de Balzac "Père Goriot".
En premier lieu je sais qu'il y a un narrateur omniscient avec une focalisation zéro mais je n'arrive pas à comprendre parce que Balzac introduit des commentaires personnels et des observations ironiques. Notre prof a souligné que Balzac appartient au réalisme objective où objectivité = impersonalité et la réalité est décrite avec un détachement total donc je ne comprends pas pourquoi il fait ça   
Merci à tous.

2

Narrateur et focalisation dans le Père Goriot

Bonjour,

Le réalisme de Balzac n'est pas totalement objectif parce qu'il veut rendre compte d'une totalité (la comédie humaine), qu'il garde des liens avec le romantisme (dynamisme, énergie, mythe napoléonien, fantastique, mysticisme...), que Balzac a une affinité pour le journalisme...
https://www.academia.edu/29873242/Le_r% … hez_Balzac
Il reste bien différent de celui de ses successeurs : Flaubert, Goncourt... en particulier réducteur et marqué par le pessimisme.

3

Narrateur et focalisation dans le Père Goriot

Bonjour,
Balzac mêle objectivité et subjectivité dans le roman le Père Goriot.
D'une part, il s'agit d'un point de vue impersonnel car, selon l’avant propos de la comédie humaine, il est "l'archéologue du mobilier social", "l’historien des mœurs". Ces expressions montrent qu'il relate des faits. Il faut évidemment le mettre en relation avec le réalisme (néanmoins, il n'est pas un écrivain réaliste, juste un réaliste visionnaire)
D'autre part, il fait preuve d'une certaine subjectivité. Il présente une vision pessimiste de la société puisque cette même vision, comme la comparaison du monde avec un "bourbier", est partagée par différents personnages (Mme de Beauséant et Vautrin). De plus, cette subjectivité tient à l'essence même du roman, écrit par un humain, qui ne peut donc être totalement objectif. les interventions du narrateur et son ironie témoignent de ceci. Cependant, je ne sais si cela est à relier à son romantisme : bien qu'il mystifie certains personnages (Vautrin assimilé au diable lors de son arrestation, Père Goriot présenté comme un martyr lors de son agonie), ce n'est pas pour cela qu'il induit une subjectivité. En effet, nous pouvons voir en son romantisme son style (forme) et non le traitement du fond.
J'espère avoir pu vous aider.