Suis-je ce que j'ai conscience d'être ?

Me voilà en terminal L sans avoir assimilé aucune " méthode " de dissertation en philo que déjà notre Prof nous demande un DM ( c'est vrai qu'il faut bien commencer un jour )... alors:

" Suis-je ce que j'ai conscience d'être? " .....

tout d'abord, je pourrai vous présenter mes quelques idées:
_ dans ce sujet il s'y trouve un double "je" alors est ce que Je suis ce que J'ai.. je trouve le sujet très subtile car cela amènerai à utiliser le "je" empirique que le prof nous a interdit d'utiliser..
_ définir ce qu'est le -je ( comme chez les Stoïciens, nous somme "une idée" qui signifie que je fais ce que je dois faire donc je suis ce que je fais ).
_ qu'est ce que la conscience de soi ? ( avoir conscience déjà de quelque chose c'est qu'il y a une distanciation entre moi et l'objet dont j'ai conscience mais  quand est-il quand l'objet est moi ? donc -je. être conscient est de faire l'épreuve de moi même, voir mes réactions.. mais alors est ce que être ce que j'ai conscience d'être est de faire une distanciation entre moi et le moi de ma conscience ? ).
_ quatrièmement, cette question me rappel le " connais-toi toi même ".. dois-je exploiter cette citation ? faut il donc s'analyser et voir si je suis ce que j'ai analysé...?
pour finir, notre prof nous a averti que le but de cette Dissertation était d'atteindre quelque chose d'universel..
voilà ... je suis totalement perdu alors si quelqu'un pouvait m'aider à y voir plus clair dans mes réflexions..

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ?

Si je ne suis pas ce que j'ai conscience d'être, ça veut dire que s'interpose entre moi et la conscience que j'ai de moi un voile ou une zone d'ombre. Cette zone d'ombre, si on sort l'artillerie lourde, c'est l'inconscient au sens freudien. Sinon, cela peut être tout simplement le voile des mots, comme le suggérait Bergson. Cela implique donc de voir si la conscience est transparente ou déformante, complète ou lacunaire.

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ?

En "La philosophie pour les nuls" (excellent!) je trouve
16 références à CONSCIENCE, dont 2 de plus de deux pages,
12 références à MOI,
10 références à ÊTRE dont 1 de plus de deux pages,
9 références à UNIVERSEL, dont 1 de pus de deux pages.

Conscience (latin cum=avec, scio = je sais)
Peut-être en parallèle avec reconnaissance?
On se reconnaît. Les autres me reconnaissent. Donc le Moi existe, sinon que j'ai inventé les autres et j'imagine la conscience de moi. Mais qui donc imagine? Ça doit être le Je que, moi, je reconnais. J'existe ainsi, même hors des autres.
Est-ce que cela veut dire que je vis ou encore que je suis? Descartres a probablement trouvé la réponse.


Après avoir réfléchi, et commencé sa réponse, on entre "suis-je ce que j'ai conscience dêtre" dans google pour voir si qqun d'autres n'a pas d'idées.

Attention! Ton prof. connaîtra aussi les pages éventuellement disponibles sur Google!!

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ?

Cela implique donc de voir si la conscience est transparente ou déformante, complète ou lacunaire.
Solange, cette piste d'ENS me paraît à emprunter........

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ?

"On se reconnaît. Les autres me reconnaissent. Donc le Moi existe, sinon que j'ai inventé les autres et j'imagine la conscience de moi. Mais qui donc imagine? Ça doit être le Je que, moi, je reconnais. J'existe ainsi, même hors des autres."
_ ce que je pense avoir compris de cette phrase:
il semble y avoir deux "moi" ( voir deux -je ), le premier -je qui reconnaît et le deuxième le -je que j'imagine.
Mais, celui qui imagine est le -je qui reconnaît ( puisqu'il reconnaît...? ) donc en fin de compte, la distinction des deux -je n'existe pas réellement même si elle vaut la peine d'être présente: il s'y trouve toujours des nuances.. le -je qui reconnaît reconnaît-il seulement ce qu'il veut reconnaître ?
_ ce que je n'ai pas réussit à cerner:
" sinon que j'ai inventé les autres " - " j'existe ainsi, même hors des autres " → si on a inventé les autres, c-à-d qu'ils n'existent pas réellement par ce que je les ai imaginé moi même (?) .
hors des autres = au delà des autres ? il n'y a que moi...
j'existe même hors des autres - ce " hors " est-il l'imagination ?

merci beaucoup d'avoir répondu, vous m'avez tous beaucoup aidé

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ?

JSC a écrit :

Après avoir réfléchi, et commencé sa réponse, on entre "suis-je ce que j'ai conscience d'être" dans google pour voir si qqun d'autres n'a pas d'idées.

Solange, je crois que tu ne l'as pas fait! Ce n'était pas une plaisanterie!

7

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ?

moi je mettrais : ' je suis conscient d'etre trop stupide pour résoudre ce problème, et en ne le résolvant pas je suis effectivement stupide vu que je vais me prendre un 0'

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ?

Voilà qui est flatteur pour Solange 

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ?

?
franchement ça me FATIGUE !!!!!!!  (T.T )
jv faire un tour sur Google...
et dire que la philo, ça ne fait que commencer....
merci de m'encourager angelusia... (-.- )'

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ?

Solange a écrit :

et dire que la philo, ça ne fait que commencer....

Et si tu le faisais sur le mode "patience du concept ..."
Par exemple, en remplaçant par des questions plus simples, dans un premier temps, du style :
- suis-je le mieux placé pour me connaître moi-même ?
- en me connaissant moi-même sur le mode de la conscience subjective, ne suis-je pas juge et partie sur moi-même ?
- y a-t-il des choses que j'ignore de moi-même (mais paradoxe : comment savoir que je les ignore, et comment savoir ce que j'ignore => rôle des autres en général, du psy en particulier)
- y a-t-il des choses qui se passent en moi (en termes de goûts, de phobies, de penchants, de pulsions...) dont je ne peux expliquer l'origine ou la cause profonde, qui pourtant doit bien exister qq part ?
Des questions simples comme ça peuvent peut-être te permettre de commencer, non ?