1

Un poème que je veux retrouver

Bonjour,

Quand j'étais au lycée, au bac blanc de français, on nous avait donné dans le sujet un poème qui m'avait beaucoup marqué. Depuis, j'ai oublié son nom et le nom de son auteur, mais j'aimerais le retrouver.

C'est extrait d'un recueil d'un auteur du XXe, où il parlait de la mort de sa femme et du deuil qui a suivi.
Ce poème-là racontait son premier matin sans sa femme, où il décrit la monotonie de son petit-déjeuner, où plus rien a de saveur. Le point fort étant le moment où il décrit son café, au goût amer, et où il voit des "nuages noirs" qui tournoient à la surface.
La force de ce poème tenait dans le fait qu'il parlait jamais de ses sentiments, mais par la seule description de son petit-déjeuner et de son café était une longue métaphore filée de sa tristesse intérieure et de sa solitude.

Merci d'avance  !

2 (Modifié par floreale 02/05/2019 à 07:20)

Un poème que je veux retrouver

Je cherche ...

Un poème de Jacques Roubaud ( Quelque chose noir) ??,

Dès que je me lève
Dès que je me lève (quatre heures et demie, cinq heures), je prends mon bol sur la table de la cuisine. Je l'ai posé là la veille, pour ne pas trop bouger dans la cuisine, pour minimiser le bruit de mes déplacements.
Je continue de le faire, jour après jour, moins par habitude, que par refus de la mort d'une habitude. Etre silencieux n'a plus la moindre importance.
Je verse un fond de café en poudre, de la marque ZAMA filtre, que j'achète en grands verres de 200 grammes au supermarché FRANPRIX, en face du métro Saint-Paul. Pour le même poids, cela coûte à peu près un tiers de moins que les marques plus fameuses, Nescafé, ou Maxwell. Le goût lui-même est largement un tiers pire que celui du nescafé le plus grossier non lyophilisé, qui n'est déjà pas mal en son genre.
Je remplis mon bol au robinet d'eau chaude de l'évier.
Je porte le bol lentement sur la table, le tenant entre mes deux mains qui tremblent le moins possible, et je m'assieds sur la chaise de cuisine, le dos à la fenêtre, face au frigidaire et à la porte, face au fauteuil, laid et vide, qui est de l'autre côté de la table.
A la surface du liquide, des archipels de poudre brune deviennent des îles noires bordées d'une boue crémeuse qui sombrent lentement, horribles.
Je pense : "Et l'affreuse crème / Près des bois flottants /."
Je ne mange rien, je bois seulement le grand bol d'eau à peine plus que tiède et caféinée. Le liquide est un peu amer, un peu caramélisé, pas agréable.
Je l'avale et je reste un moment immobile à regarder, au fond du bol, la tache noire d'un reste de poudre mal dissoute.

3

Un poème que je veux retrouver

Oui, c'est bien celui-la ! Merci beaucoup ! :-D