1 (Modifié par AlbanClem 29/04/2019 à 18:26)

Reprise d'études à 30 ans, j'hésite entre lettres modernes et droit

Bonjour,

Je suis nouveau sur le forum. J'ai 30 ans et je suis demandeur d'emploi. J'ai obtenu mon bac L il y a 10 ans et entre temps, j'ai occupé divers jobs, notamment dans l'administration. Cela ne fut jamais ma vocation et au départ, c'est-à-dire avant l'obtention de mon bac, j'étais dans une voie professionnelle (bep mécanique).

J'ai toujours eu une réelle appétence pour les lettres et les sciences humaines en générale. Je viens d'un milieu ouvrier dans lequel faire des études n'était pas encouragé et que ce soit des proches, des enseignants ou des conseillers d'orientation, on m'a toujours dit que c'était pas la voie à suivre.

Pourtant j'ai eu mon bac en candidat libre car je travaillais à côté, et d'après certains enseignants et responsables dans mes jobs, j'ai des qualités rédactionnelles et orales qui prouvent des compétences. Après avoir essayé l'université à plusieurs reprises, j'avais toujours changé d'avis au dernier moment sans même passer les partiels par manque de confiance en moi et précisément, parce que mes projets professionnels changeaient au grès de mes intérêts.

Après un épisode difficile dans mon précédent emploi duquel j'ai démissionné, et après avoir tenté de reprendre le chemin du travail dans l'administration, j'assume aujourd'hui le fait de ne plus vouloir travailler dans ce domaine qui m'a littéralement cassé.

J'hésite à retenter une licence, mais cette fois-ci par correspondance mais j'hésite entre les lettres modernes et le droit.

En lettres, ce qui me passionne, c'est la littérature, l'histoire littéraire, l'étude des auteurs et de leurs œuvres mais je dois avouer que la linguistique, les figures de style et la grammaire me rebutent. Cet élément seul me bloque et me fait hésiter. Quant au projet lui-même, j'ai toujours nourri l'espoir d'être enseignant de lettres, mais encore une fois pour enseigner la littérature en elle-même et non pas le côté grammairien qui m'ennui. J'ai toujours voulu être professeur dans un lycée professionnel tout en affinant un projet de mémoire, voire de thèse, mais encore une fois cela est loin. Ma période préférée d'un point de vue littéraire, historique et philosophique s'étant du XVII au XXème siècle. Est-ce qu'un professeur qui passe le CAPLP peut par la suite faire une passerelle pour enseigner dans le général ou peut-il enseigner dans les deux domaines en même temps ?

En raison d'un certains nombres d'injustices que j'ai hélas connu avec différentes administrations et avec mon dernier employeur, cela m'a poussé à m'intéresser au droit, à regarder des émissions avec des avocats qui défendent des gens, la justice m'intéresse donc et ce, de plus en plus. Quant au projet lui-même, ce serait bien évidemment pour moi de viser le plus haut, c'est-à-dire d'ambitionner le concours d'avocat pour aider les plus démunis et me spécialiser en droit social. Mais j'ai cru comprendre que le droit est un domaine technique et je crains de ne pas être à la hauteur.

J'ai l'impression qu'avec une licence de droit, j'ai plus d'opportunités professionnelles et notamment d'intégrer de grandes écoles genre IEP par la suite ce qui serait pour moi une réussite certaines vu d'où je viens. Les lettres aussi peuvent m'ouvrir les portes de grandes universités type Sorbonne mais j'ai l'impression que les débouchés sont moins parlants.

Que ce soit en lettres ou en droit, j'espère que vous avez décelé chez moi une double envie : celle d'aider les autres, et notamment les personnes les plus fragilisés socialement mais aussi de progresser intellectuellement et professionnellement, bref, devenir quelqu'un sur le plan professionnel.

Comme je suis demandeur d'emploi, je cherche un travail à temps partiel désormais afin de consacrer le plus de temps possible à mes études à distance. J'ai des vues sur l'université de Montpellier pour les lettres et Panthéon-Assas pour le droit.

Quant à mon âge, et ma situation, pensez-vous que c'est "trop tard" ? Que me conseillez-vous de faire ? Je ne vais plus au CIO car ils m'ont hélas trop mal orienté par le passé et découragé.

Parallèlement à ce projet de reprise d'études, j'ai envie de faire reconnaître mon expérience professionnelle dans l'administration par la VAE (même si je ne compte plus y travailler) et j'ai eu la recevabilité pour préparer un BTS service prestations des secteur sanitaire et social mais son obtention, même par la VAE paraît difficile. Et j'ai appris qu'avec un BTS il était impossible de basculer en 3ème année de licence générale dans le même domaine (pour ce BTS se serait surtout la sociologie).

Je sais que ce diplôme n'a rien à voir avec les lettres ou le droit, mais ce serait pour moi une "sécurité" d'avoir un BTS sous la main au cas où (on sait jamais ce qui peut arriver dans la vie). Le BTS et l'éventuelle 3ème année de socio serait pour moi une anticipation, tout en préparant mon réel projet universitaire et professionnel à savoir l'enseignement ou le droit.

J'ai vraiment besoin de votre aide et de votre regard sur cette situation.

Merci !

Reprise d'études à 30 ans, j'hésite entre lettres modernes et droit

Bonjour!

Ma réponse va être tout à fait personnelle et forcément subjective . J'ai changé trois fois de métier (en ayant toujours comme point stable, les langues ) et je suis devenue prof  après 30 ans (j'avais déjà un master  cependant)
Quand je vous lis, je sens que ce qui vous motive réellement ,est le métier d'enseignant .

Vous êtes attiré par les lettres :il faut savoir que lorsque l'on passe un double diplôme spécifique aux sections professionnelles , on sera plutôt orienté vers son point "fort" : ici pour vous le français;

Il faut bien être conscient qu'il faut réussir soit la combinaison "français -anglais" (et posséder alors un anglais solide) / ou l'option français -histoire -géo (et donc être non seulement attiré par cette matière mais avoir déjà -personnellement ou non- un bagage certain)

Il n'y a pas de passerelle prévue pour enseigner avec un CAPLP en lycée général :dans ces cas -là ,pourquoi ne pas envisager de passer un Capes "pur" de français modernes ?
Bien sûr il faut d'abord  obtenir-dans les deux cas- un diplôme PUIS réussir les épreuves du concours soit  public ou privé.

Il me paraît important d'aller au bout de ses rêves et de ne pas écouter les mauvaises langues (il y en aura toujours) mais au contraire ceux qui vous encourageait dans votre choix initial.

Bien sûr vous reprenez vos études avec quelques années de plus. Etre plus âgé que ces élèves et avoir des expériences en-dehors du métier d'enseignant sont des ATOUTS .
Sur un plan personnel , votre  projet est  plus réfléchi et mûr, vous vous connaissez maintenant mieux et vos goûts sont plus sûrs; vous avez prouvé que vous étiez tout à fait capable de travailler et de réussir un diplôme :bravo!

Il y a des difficultés de recrutement dans l'enseignement ;vous tombez à pic .Renseignez -vous sur les formations les plus recherchées dans votre département : en général , les maths, l'anglais et les lettres arrivent en tête (c'est le cas dans mon département)

Il se peut alors que l'on vous propose des remplacements dés votre troisième année :ce serait l'occasion de connaître ce métier ,d'acquérir de l'expérience.
A côté du métier de professeur (face à des élèves "mineurs") il existe celui de formateur pour adultes (peut-être serait-il intéressant de vous renseigner dans votre académie)

-En ce qui concerne le droit: le chemin me paraît encore différent et plus long; Il fait appel à d'autres types de connaissances et exige une spécialisation .

Je n'évoquerai pas les IEP ou les "prestigieuses" universités :procédons dans l'ordre ;Se fixer un but :retrouver un travail, réussir une première année de fac et le plaisir de s'épanouir !Le reste suivra et vous pourrez alors vous orientez plus finement si vous le souhaitez .
Un pas après l'autre 


Je comprends que vous vouliez "devenir quelqu'un " sur le plan professionnel.  Vous savez l'enseignement ,qui a pour levier la transmission, est sans doute moins "spectaculaire" qu'un métier de juriste mais vous découvrirez  que, en douceur et sur le long terme par vos encouragements et vos exigences (un savant mélange!) vous aiderez bien des jeunes  à s'affirmer davantage, à peut-être se considérer avec plus de bienveillance.
Ca, ça n'a pas de prix 

En ce qui concerne un BTS sociologie … j'ai un peu peur que cela ne mène nulle part et que cela ne repousse encore l'échéance ( ne précisez-vous pas à la fin de votre écrit que votre VRAI projet professionnel est ailleurs ?)
Alors allez-y !
Si vous avez été plus que déçu au CIO , pourquoi ne pas vous renseigner au CRIJ ou CIDJ (selon les départements) Il existe des fiches-métiers et un accueil chaleureux .Les personnes sur place connaissent bien souvent les besoins au sein de votre ville et elles peuvent même vous orienter vers un métier alimentaire (un trois- quart temps ou un mi-temps)


Je ne sais si vous êtes mobile ou non, mais si vous l'êtes pourquoi ne pas augmenter vos chances là où les recrutements sont les plus urgents? 
Je me permets un dernier conseil : j'ai enseigné à la fois en milieu professionnel à mes tous débuts et assez rapidement en milieu général . Le milieu professionnel était accueillant mais les élèves moins attentifs et appliqués (et intéressés par les matières dite "générales")J'ai peur que cette tendance ne se soit accentuée. Les élèves en milieu général sont plus scolaires -les parents devenant de plus en plus présents (voire "pesants")

Le métier d'enseignant demande beaucoup d'implication en dehors des cours : préparations et correction. Il est très exigeant.
Pourtant ce métier permet une certaine souplesse d'organisation et il se passe rarement une semaine sans que ,pour ce qui me concerne, je n'ai l'impression d'avoir "réussi" à transmettre soit des connaissances soit de la confiance à plusieurs élèves .
Ca, ça n'a pas de prix 

3

Reprise d'études à 30 ans, j'hésite entre lettres modernes et droit

Bonjour fidji45,

Je vous remercie beaucoup pour votre témoignage et votre regard sur mes choix professionnels. Je me suis reconnu dans plusieurs phrases et je suis d'accord avec vous, il ne faut jamais lâcher et aller au bout de son projet.

Je me laisse encore quelques semaines pour décider, et bien que je souhaite effectivement réussir mon projet pro, "être quelqu'un" s'inscrit totalement dans le métier d'enseignant pour lequel j'ai un grand respect et une admiration.

Effectivement, c'est un pas après l'autre que l'on évolue, j'avais évoqué les grandes écoles que par ambition sur un long terme. En effet le principal objectif et de me fixer dans ce que j'aime le plus et comme vous l'avez indiqué je suis indéniablement tourné vers la littérature, c'est l'une de mes principales passions.

Je salue votre parcours et je vous dis bravo 

Reprise d'études à 30 ans, j'hésite entre lettres modernes et droit

C'est très aimable à vous

Je vous souhaite de concrétiser vos projets de tout coeur .

Reprise d'études à 30 ans, j'hésite entre lettres modernes et droit

Je n'ai pas grand-chose à ajouter : je suis d'accord avec le message au-dessus dans les grandes lignes.

Mais je voulais tout de même vous souhaiter bon vent !

6 (Modifié par Jehan 02/05/2019 à 13:35)

Reprise d'études à 30 ans, j'hésite entre lettres modernes et droit

Oui mais, comme le disait Sénèque :
Il n'est pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va.

7 (Modifié par AlbanClem 02/05/2019 à 15:15)

Reprise d'études à 30 ans, j'hésite entre lettres modernes et droit

Artz a écrit :

Je n'ai pas grand-chose à ajouter : je suis d'accord avec le message au-dessus dans les grandes lignes.

Mais je voulais tout de même vous souhaiter bon vent !


Je vous remercie beaucoup ! 

@ Hippocampe :

Merci pour cette belle citation, mais je ne crois pas qu'elle soit adaptable à ma situation. La question n'est pas tant de savoir si je sais où je vais, mais de savoir quel projet me convient le mieux. En ce sens, j'ai des pistes, des centres d'intérêts qui ont pour objet de m'orienter vers un travail qui me plaise et qui permette une certaine reconnaissance pour moi-même. Je trouve donc votre message lapidaire.

Donc je suis plein d'hésitation en ce moment, cela est vrai, mais je sais où je vais, je dois juste choisir le bon itinéraire.

8 (Modifié par Plumeverte 02/05/2019 à 16:33)

Reprise d'études à 30 ans, j'hésite entre lettres modernes et droit

Bonjour,

J'ai quelques années de moins que vous, et moins d'expérience de vie que les autres personnes qui vous conseillent ici. Mais en lisant vos interrogations, je suis tentée de vous partager mon opinion personnelle :

- Il n'est jamais trop tard pour changer de projet quand on a la possibilité et l'envie de le faire.

- Vous semblez avoir un intérêt réel pour le métier de professeur de lettres.

- Si vous faites ce métier, vous serez amené aussi à enseigner aussi la grammaire (je ne connais pas les programmes des lycées professionnels, mais vous devrez au moins corriger les nombreuses fautes de français dans les copies).

- Il faut prendre en compte le "confort" des études. La carrière juridique est plus exigeante, et il y a moins de places : êtes-vous prêt à prendre ce risque et faire des sacrifices à cette période de la vie ?

- Quant à "devenir quelqu'un sur le plan professionnel", ça ne dépend pas que du choix d'étude ou de métier, mais aussi de ce que vous faites de ce métier une fois le diplôme en poche. D'où l'importance de réfléchir à ce qui vous correspond le mieux.

Je vous souhaite bon courage et une bonne continuation !

9 (Modifié par AlbanClem 02/05/2019 à 19:27)

Reprise d'études à 30 ans, j'hésite entre lettres modernes et droit

@ Plumeverte :

Tout d'abord je tiens à vous remercier pour votre regard sur ma situation et vos conseils quant à mes interrogations. Je partage totalement vos points, mais il est vrai que la grammaire et la linguistique ne me passionnent pas en tant qu'études, mais le fait de corriger des fautes d'orthographes et de syntaxe est pris en considération dans mon choix porté sur le métier d'enseignant.

Pour répondre à votre question, je ne suis pas prêt à m'engager dans une carrière juridique. J'ai pris le temps d'y réfléchir sereinement et de manière posée et ça demande un investissement que je ne pourrai pas fournir.

En effet, avoir une reconnaissance dépend aussi de ce que l'on fait comme métier comme vous l'écrivez.

Je vous remercie encore pour vos encouragements, je me laisse encore quelques semaines avant de prendre ma décision de sorte à ne pas dépasser les dates d'inscription.

Si je m'inscris en lettres modernes, ce sera à distance.

10 (Modifié par fidji45 03/05/2019 à 00:07)

Reprise d'études à 30 ans, j'hésite entre lettres modernes et droit

Rebonsoir

Oui voilà "la reconnaissance pour VOUS MEME" est bien le mot clé
Au début vous évoquiez plus une reconnaissance par rapport à votre milieu social par exemple.

Je peux comprendre que l'envie puisse venir de là mais finalement ce n'est guère porteur à long terme.Et puis aucun collègue de travail n'ira jamais vous féliciter sur ce terrain .
Mais cela vous le savez déjà 

Quant à ce qui concerne l'enseignement de la grammaire / Linguistique/ orthographe : tout cela a subi des changements assez radicaux.

Par exemple en langues (anglais) le mot même de grammaire est banni.Il s'agit d'étudier des faits de langue et il faut s'appuyer sur un texte et  encourager les capacités d'observation des élèves afin qu'ils puissent dérouler par eux-mêmes une "règle".

Les fautes sont relevées mais n'entraînent plus que quelques légers retraits de points sur la note finale.

Par contre oui bien sûr lors de vos études vous serez confronté à ces enseignements (grammaire, linguistique..), parfois complexes, dont vous vous servirez finalement assez peu face aux élèves.

Vous lirez bien des livres et aurez plaisir à les analyser ,les commenter . Vous pourrez rattacher des oeuvres et auteurs à des évènements historiques pointus .
Une fois en classe , il faudra mettre ces "High Expectations" de côté quand vous vous apercevrez que pour une majorité d'élèves l'intérêt d'un livre tient d'abord à son nombre de pages (plus un livre est fin ,plus il peut être envisagé comme lecture possible)On est plus sur du court terme, de l'information rapide, morcelée.
Et j'enseigne dans un des lycées les plus "élitistes" de mon secteur ....humm...

J'ai tenté il y a deux ans de bâtir une séquence autour du roman policier et notamment D'Agatha Christie , en ayant comme projet la lecture d'une nouvelle …(je ne parle pas de romans-dont les titres les plus connus n'évoquent rien Mort sur le Nil/Dix petits nègres)
Le nom même d'Agatha Christie était quasi-inconnu des élèves de première.
Mon amie responsable du CDI m'a sobrement répondu que j'allais au devant de déconvenues certaines(traduire par : épuisement perso et perte de temps)

Maintenant je lâche prise et j'espère que la curiosité de mes élèves viendra avec le temps. Et je fais quand l'occasion se présente de brèves incursions littéraires /civilisationnelles car il y a heureusement toujours quelques élèves à l'affût .