1 (Modifié par Jehan 14/04/2019 à 16:11)

Camus, Les Justes - Qu'as-tu, Dora ? Tu ne dis rien ?...

Bonjour, j'ai du mal à trouver une ouverture pour ce texte merci de m'aider

KALIAYEV
Qu'as-tu, Dora ? Tu ne dis rien ?
DORA
Je voudrais encore t'aider. Seulement...
KALIAYEV
Seulement ?
DORA
Non, je suis folle.
KALIAYEV
Tu te méfies de moi ?
DORA
Oh non, mon chéri, je me méfie de moi. Depuis la mort de
Schweitzer, j'ai parfois de singulières idées. Et puis, ce n'est pas à
moi de te dire ce qui sera difficile.
KALIAYEV
J'aime ce qui est difficile. Si tu m'estimes, parle.
DORA, le regardant.
Je sais. Tu es courageux. C'est cela qui m'inquiète. Tu ris, tu
t'exaltes, tu marches au sacrifice, plein de ferveur. Mais dans
quelques heures, il faudra sortir de ce rêve, et agir. Peut-être vaut-il
mieux en parler à l'avance... pour éviter une surprise, une
défaillance...
KALIAYEV
Je n'aurai pas de défaillance. Dis ce que tu penses.
DORA
Eh bien, l'attentat, l'échafaud, mourir deux fois, c'est le plus
facile. Ton cœur y suffira. Mais le premier rang... (Elle se tait, le
regarde et semble hésiter.)
Au premier rang, tu vas le voir...
KALIAYEV
Qui ?
DORA
Le grand-duc.
KALIAYEV
Une seconde, à peine.
DORA
Une seconde où tu le regarderas ! Oh ! Yanek, il faut que tu
saches, il faut que tu sois prévenu ! Un homme est un homme. Le
grand-duc a peut-être des yeux compatissants. Tu le verras se
gratter l'oreille ou sourire joyeusement. Qui sait, il portera peut-
être une petite coupure de rasoir. Et s'il te regarde à ce moment-là...
KALIAYEV
Ce n'est pas lui que je tue. Je tue le despotisme.
DORA
Bien sur, bien sûr. Il faut tuer le despotisme. Je préparerai la
bombe et en scellant le tube, tu sais, au moment le plus difficile,
quand les nerfs se tendent, j'aurai cependant un étrange bonheur
dans le cœur. Mais je ne connais pas le grand-duc et ce serait moins
facile si, pendant ce temps, il était assis devant moi. Toi, tu vas le
voir de près. De très près...
KALIAYEV, avec violence.
Je ne le verrai pas.
DORA
Pourquoi ? Fermeras-tu les yeux ?
KALIAYEV
Non. Mais Dieu aidant, la haine me viendra au bon moment, et
m'aveuglera.
On sonne. Un seul coup. Ils s'immobilisent. Entrent
Stepan et Voinov.
Voix dans l'antichambre. Entre Annenkov.

Camus, Les Justes - Qu'as-tu, Dora ? Tu ne dis rien ?...

Bonjour.

Difficile de te donner une ouverture sans savoir ce que tu as développé dans le reste du devoir...

Camus, Les Justes - Qu'as-tu, Dora ? Tu ne dis rien ?...

Nous avons réalisé deux parties dans notre développement la la première concerne Dora et sa parole du doute et la seconde partie concerne Kaliayev ,le lanceur de bombe en résumé cette scène à 2 enjeux dans la pièce premièrement un enjeu idéologique avec des questions sur le terrorisme comment tuer une idée sans tuer un être humain? et un regard plus intime sur les deux personnages centraux parce qu'ils s'aiment et osent exprimer leur d'inquiétude