1 (Modifié par Jehan 13/04/2019 à 13:18)

Tavernier, La Princesse de Montpensier - Quel est l’intérêt des scènes d’éducation ?

Bonjour, je dois faire un travail sur le film de Bertrand Tavernier adaptant la Princesse de Montpensier,j’ai des idées sur la question proposée : quel est l’intérêt des scènes d’éducation ? Mais je n’arrive pas à classer les idées sous des grandes parties ..
Auriez-vous des idées à me proposer ? Bonne journée à vous.

2

Tavernier, La Princesse de Montpensier - Quel est l’intérêt des scènes d’éducation ?

Marie de Montpensier, lors de son séjour à Mont-sur-Brac est confiée par son mari au comte de Chabannes pour qu'il l'instruise. Bertrand tavernier a choisi de développer ces deux années "d'apprentissage"  juste survolées dans la nouvelle de Madame de la Fayette. Plusieurs scènes entre le maître et son élève sont donc filmées.
L'occasion de découvrir le personnage humaniste  de Chabannes, l'importance du savoir  suggérée par le décor et les objets : livres, planches de botanique ... Ces rencontres répétées créent une sorte d'ascendant du maître, de fascination qui va évoluer. Noter l'importance du contraste entre la pièce austère et sombre et la lumière qui irradie le visage de la princesse. Comme un piège pour le comte qui reste dans l'ombre.

D'après le n° 74 du Biblio lycée chez Hachette

3

Tavernier, La Princesse de Montpensier - Quel est l’intérêt des scènes d’éducation ?

Merci pour votre réponse , est ce que c’est bon si dans la première partie je parle de l’education par C et dans la deuxième de l’éducation entrepris par la princesse

4

Tavernier, La Princesse de Montpensier - Quel est l’intérêt des scènes d’éducation ?

Je ne comprends pas les formulations : "entrepris par C" et "entrepris par la princesse".

Du point de vue du cinéaste, c'est l'occasion de faire contrepoint avec les scènes de cour, avec l'animation des fêtes et du public. ici, ce sont des scènes d'intérieur, intimistes qui mettent en valeur le savoir, l'humanisme, le  rayonnement de la princesse et l'évolution des sentiments du comte.

Le récit écrit :
" Il la rendit en peu de temps une des personnes du monde les plus achevées".
"Après deux années d'absence .../... le prince de Montpensier revint ..."
"Il ne put se défendre de tant de charmes qu'il voyait tous les jours si près".


Ces sommaires et ellipse du récit seront mis en image.

Tavernier, La Princesse de Montpensier - Quel est l’intérêt des scènes d’éducation ?

Chez BT, je trouve que les scènes d'éducation mettent en lumière la volonté d'émancipation de la princesse. Elle veut contrer sa condition de femme qui, dans le contexte du XVIe siècle, l'obligerait à se contenter de la subordination à son mari. Elle est audacieuse et prête à tout pour arriver à ses fins. On le voit notamment lorsqu'elle dit d'un ton sûr et déterminé : "Je veux écrire" (l'écriture, et surtout la publication, un privilège qu'on accordait majoritairement aux hommes). Elle prend son éducation en main, plutôt que de la laisser être décidée par les personnes "à qui de droit" cf. Anjou pendant le bal). Elle dit à Chabannes : "Je sais le latin. -Peu et mal. -Assez" si je souviens bien.
Dans le film, la princesse est à l'initiative de son éducation, à l'origine d'une prise d'indépendance par rapport à son statut de femme. Elle va décider seule de s'approprier le savoir qui lui permettra d'être libre au sens philosophique du terme.
Or dans la nouvelle, les hommes sont responsables ce savoir. En adéquation avec sa condition de femme du XVIe, les hommes lui imposent l'éducation ("Il [Chabannes] la rendit en peu de temps une des personnes du monde les plus achevées" et c'est le prince de Montpensier qui la "confie" à Chabannes). En bref, son éducation ne relève pas de son propre choix, mais d'une décision, faite pour elle, par les hommes.
Donc chez BT il y a un aspect contemporain qui est soulevé par rapport à la nouvelle, celui de la condition féminine.

D'ailleurs comme floreale l'a dit, il peut être intéressant de noter les nombreux symboles humanistes (globes terrestres, cartes, outils géométriques), qui reflètent la mise en avant des sciences et de la philosophie, un renouveau de la pensée, une évolution des moeurs faisant écho à une évolution du statut de femme à travers Marie de Montpensier.