1

Le siècle de Balzac, qui s'est rêvé à la fois multiple et total, a fait du journalisme une véritable aventure qui méritait un récit

Bonjour à tous,

J'ai une dissertation à rendre et je ne parviens pas à démarer. J'ai quelques idées qui me viennent mais rien pour faire un plan. Je dois m'appuyer sur Illusions perdues, Charles Demailly et Bel Ami

Voici la citation

"Le siècle de Balzac, qui s'est rêvé à la fois multiple et total, a fait du journalisme une véritable aventure qui méritait un récit".

Mon interprétation: d'emblée on parle du siècle de Balzac, on parle du XIXe donc. Je ne sais pas au juste ce que désigne le siècle dans cette citation: on fait une dissertation de littérature, donc on s'intéresse à l'écriture, est-ce que le siècle doit désigner l'écrivain, ou bien l'ensemble de la population, ou bien ne narrateur, les personnages du roman etc. Pas si simple. Les mots rêver", "aventure", "récit" renvoient à la fiction. Comme si le journalisme était une fiction, ou du moins comme si on avait construit une fiction autour de l'activité journlaistique. Le journalisme mythifié? On a fait du journalisme une aventure, cela voudrait- il dire que le journalisme n'était pas une aventure au départ? Pour moi un tel sujet nous invite à nous interroger sur la façon dont un siècle parle de lui- même, parle d'un phénomène, de la vision qu'il a de ce phénomène. Mais en fait plus je réfléchis sur le sujet moins j'y vois clair. Est-ce que le fait de parler de fiction peut renvoyer au mensonge, ou bien d'illusion, rêver, se rêver, se faire des illusions.

Quant à la première partie de la phrase, un siècle qui se rêve "multiple" et "total", j'avoue que je n'ai rien compris... Ca pourrait me faire vaguement penser à l'ambition de Balzac qui consistait à embrasser toute la société, projet de la Comédie humaine. Mais cette idée me semble inutile pour traiter le sujet.

Pour le plan, je proposerais, (alors que je n'ai pas capté la première partie de la phrase, alors c'est un peu problématique...)

I/ Un siècle de journalisme: siècle qui parle de journlaisme, les différents discours sur le journal

a b ...

II/

J'ai pas vraiment de plan en fait. ..

Merci pour votre aide

Le siècle de Balzac, qui s'est rêvé à la fois multiple et total, a fait du journalisme une véritable aventure qui méritait un récit

Ca pourrait me faire vaguement penser à l'ambition de Balzac qui consistait à embrasser toute la société, projet de la Comédie humaine. Mais cette idée me semble inutile pour traiter le sujet.

Il me semble au contraire que si cette dissertation est une dissertation de littérature, cette idée n'est pas inutile.

3

Le siècle de Balzac, qui s'est rêvé à la fois multiple et total, a fait du journalisme une véritable aventure qui méritait un récit

Idée qui qui n'est pas inutile mais bon, je ne parviens pas à comprendre ce que signifie total et multiple dans la citation. Heureusement il me semble que ces deux mots ne constituent pas l'enjeu de la dissertation.
Je crois avoir évolué dans mon plan

I/ Le jounalisme au XIXe, une aventure qui fait l'objet d'un récit, raconter le journalisme
a/ Roman, personnage du journaliste,
b/ La présence du narrateur qui pèse dans le roman

II/ Pas simplment un récit, mais on donne à voir comment on se représente le journalisme
a/ Mise en scène des journalistes par eux mêmes, pour parler du journal, parler comme le journaliste
b/ Les discours des journalistes sur le journalisme

III/ ...

L'enjeu doit se situer au niveau de la forme romanesque et des possibilités qu'elle offre pour dire le journlaisme

Mais je suis toujours un peu perdue

4 (Modifié par Jean-Luc 24/03/2019 à 15:57)

Le siècle de Balzac, qui s'est rêvé à la fois multiple et total, a fait du journalisme une véritable aventure qui méritait un récit

Bonjour,

Une interprétation possible :
Le Siècle de Balzac = le réalisme
qui s'est rêvé à la fois multiple et total = dont l'idéal était la prise en compte de la complexité et de la totalité du fait social
a fait du journalisme une véritable aventure qui méritait un récit = a trouvé dans le personnage du journaliste un sujet de récit romanesque.

Ainsi le journaliste est-il à la fois une porte d'entrée dans la société, une méthode d'investigation sur le fait social, un modèle pour le romancier réaliste (vision et écriture), le nouveau vecteur de l'ascension sociale, de la célébrité, de l'accès au pouvoir...

Il faut rendre compte de ce paradoxe entre réalisme et fiction. Le journalisme est-il le lieu de rencontre idéal entre ces deux concepts opposés apparemment ?

En sociologie littéraire, le XIXe siècle est bien celui de la réussite des journaux, le siècle d'or du roman. Journaux et écrivains s'épaulent mutuellement : pense à la publication des feuilletons... Il convient donc d'examiner leurs rapports, pas toujours paisibles. De plus les journaux façonnent l'opinion, il est donc normal que les écrivains aient voulu les utiliser pour asseoir leur célébrité.

http://expositions.bnf.fr/presse/arret/13.htm

https://www.researchgate.net/profile/Ju … 75-307.pdf

5

Le siècle de Balzac, qui s'est rêvé à la fois multiple et total, a fait du journalisme une véritable aventure qui méritait un récit

En complément :

Plusieurs écrivains ont connu le journalisme, "de l'intérieur". Comme source d'inspiration, Stendhal a utilisé des faits divers, Flaubert également et Maupassant a écrit de nombreux articles dans  Le Gaulois, Le Goncourt, L’Evénement, Le Figaro, ou encore le Gil Blas.