Question de syntaxe : être d'accord que

Bonjour,

je voudrais vérifier une règle de syntaxe:

est-ce possible d'employer la structure "être d'accord que" : "êtes vous d'accord que nous nous voyions ce soir?" par exemple.

ça ne me semble pas français mais mes amis me soutiennent que ça se dit...

merci de m'éclairer!!!

Question de syntaxe : être d'accord que

Non, on dit "êtes vous d'accord POUR qu'on se voie ce soir"

3

Question de syntaxe : être d'accord que

Bonjour,

Vos amis semblent avoir raison :

Être d’accord, tomber d’accord.

Se construit avec sur (suivi d’un nom), avec pour (suivi de l’infinitif), avec que (suivi de l’indicatif ou du conditionnel), avec pour que (suivi du subjonctif) […].

Je suis d’accord que ce délai est trop long.

Source : J. Girodet, Pièges et difficultés de la langue française.

Autre exemple trouvé chez Grevisse (le Bon Usage) :

- Pourquoi pas, répondis-je, puisque nous sommes d'accord ensemble que nous devons quitter Paris ? (Musset, La Confession d’un enfant du siècle, V, 5. Texte)

En remarque : « Le subjonctif est rarement signalé après d’accord que. »

Question de syntaxe : être d'accord que

Effectivement, si l'accord a pour objet un futur (but), on peut écrire :
* Etes-vous d'accord pour que nous nous voyions ce soir ?
Mais on pourrait aussi faire l'économie de "pour" ; comme dit Grevisse, la tournure est souvent plus élégante uniquement avec "que".

S'il porte sur le présent ou le passé, on écrirait :
* Etes-vous d'accord que deux et deux font quatre ?
* Etes-vous d'accord que vous avez pris la fuite ?

On peut cependant rencontrer le SI de l'interrogation indirecte :
* On n’est pas tombé d’accord encore SI le génie est la perfection de ce qui va mourir, ou la singularité de ce qui va naître. (PAUL-JEAN TOULET. LES TROIS IMPOSTURES)

Voici deux exemples avec une proposition relative :
* Je ne suis pas d’accord AVEC ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire. (VOLTAIRE)
* Une femme sur les genoux, AVEC laquelle on n'est plus d'accord, c'est lourd. (SACHA GUITRY. PENSÉES, MAXIMES ET ANECDOTES)

Et d'autres avec un complément de verbe :
* On n’est pas d’accord AVEC la vie tant qu’on n’est pas d’accord AVEC la mort. (ALEXANDRE VIALATTE. FERNY BESSON, VIALATTE)
* Il faut toujours être d’accord AVEC ses arrière-pensées. (CHARLES DE GAULLE. TOURNOUX, LE MOIS DE MAI DU GÉNÉRAL)
* Chaque fois que les gens disent être d'accord AVEC moi, j'ai l'impression d'avoir tort. (OSCAR WILDE. LES PENSÉES)

5

Question de syntaxe : être d'accord que

Bonjour Ladylay,

oui, on peut construire d'accord que, mais avec l'indicatif (exemples du Maître des lieux) ; cela signifie "sommes-nous bien d'accord sur le fait que nous nous voyons ce soir" : c'est une rencontre prévue et considérée comme une quasi certitude => indicatif présent (avec un sens de futur proche). Cela équivaut à peu près à "nous nous voyons toujours ce soir ?"

   Dans ton exemple, tu utilises le subjonctif, et le sens change complètement : « Êtes-vous d'accord pour que nous nous voyions ce soir ? » c'est une question exprimant un potentiel => subjonctif présent.
   C'est l'exemple de Léah, mais en rectifiant le mode "êtes vous d'accord POUR qu'on se voie ce soir" (subjonctif au lieu de l'indicatif).

   Nous avons donc :
* être d'accord que + indicatif : que  nous mangeons ensemble ce soir
* être d'accord pour que + subjonctif : pour que  nous mangions ensemble ce soir
* être d'accord de + infinitif : de manger ensemble ce soir
* être d'accord pour + infinitif : pour manger ensemble ce soir
* être d'accord pour + substantif : pour une mangeaille ensemble ce soir

  J'espère ne pas en avoir oublié ... 

[ Oups, pas vu la contribution d'Edy avant de poster, trop tard, et puis ça ne se contredit pas ; ouf ! ]

Question de syntaxe : être d'accord que

Ah oui j'ai tapé un t pour un e, mes excuses ! (je situais au subjonctif, à cause de voyIons)

J'apprécie beaucoup la tournure avec si
On n’est pas tombé d’accord encore SI le génie est la perfection de ce qui va mourir
J'adopte ! merci Edy

Question de syntaxe : être d'accord que

Bonsoir, Pierrot !

Je vais me risquer à vous contredire amicalement sur l’emploi des modes.

1 Sommes-nous bien d’accord sur le fait que nous nous VOYONS ce soir ?
L’indicatif se justifie par deux raisons :
a- Vous rappelez un accord DÉJÀ intervenu.
b- « LE FAIT QUE » surajoute une réalité.

2 Êtes-vous d’accord (pour) que nous nous VOYIONS ce soir ?
Selon cet énoncé, le rendez-vous n’a PAS ENCORE ÉTÉ PRIS.
Le subjonctif se justifie par deux raisons :
a- Il s’agit d’un verbe de VOLONTÉ.
b- La phrase est INTERROGATIVE.
Pour s’en convaincre, il suffit de remplacer « être d’accord » par « accepter » :
* Je suis d’accord / J’accepte qu’il PARTE.
* Êtes-vous d’accord / Acceptez-vous qu’il PARTE ?

3 A l’inverse, L’INDICATIF me semble normal lorsqu’il s’agit d’un fait évident, avéré ou connu (parce que accompli) ; en ce sens, je fais un sort spécial AU PRÉSENT ET AU PASSÉ.
* Je suis d’accord que deux et deux FONT quatre.
* Je suis d’accord qu’il A maquillé son bilan.
Ce serait pareil à la forme interrogative : Êtes-vous d’accord…

Question de syntaxe : être d'accord que

Petite remarque sur deux et deux FONT quatre. Dans dom Juan, Molière lui fait dire  Je crois que deux et deux SONT quatre
En allemand, on dit "deux et deux est quatre" et en espagnol, "deux et deux sont quatre".

Question de syntaxe : être d'accord que

Merci pour toutes ces réponses, ça me démangeait de pas trouver de règle sur le net mais je dois pas encore connaître les bons plans!

Question de syntaxe : être d'accord que

Chère Léah, vous m'avez donné des inquiétudes.
J'ai retrouvé mes sources :
* Deux et deux font quatre. (Académie. Cité par Hanse)
* Huit plus sept font souvent quinze. (Sacha Guitry)

* Trois fois trois font neuf. (Hanse)
* Quatre multiplié par vingt fait quatre-vingts. (Hanse)
* Quinze multipliéS par trois font quarante-cinq. (Hanse)

Avec "égale", le singulier est plus courant :
* Trois plus trois égale six.
* Trois fois cinq égale quinze.
* Deux multiplié par cinq égale dix. (Littré)
Mais :
* Un plus un égalent deux. (Aragon)