1 (Modifié par Jehan 10/02/2019 à 18:41)

Pourquoi promettre ?

Bonsoir,

Ce sujet "Pourquoi promettre?" me donne bien du fil à retordre;

mon plan -peu détaillé et incomplet- est le suivant :

I- Initialement, la promesse semble être une réalité absurde & paradoxale
   A- un pari sur l'avenir
   B- dont la réalisation semble contingente (une promesse peut ou pas être tenue)

II- la promesse ne se mesure tant pas à son résultat mais à l'action/au fait même de promettre (axe à reformuler)
    A- témoigne d'un désir d'altruisme : la promesse unit, rassemble & rapproche les individus entre eux
    B- fonde l'estime de soi (exemple des résolutions)

III- une promesse n'existe que si elle est tenue,
    A- un devoir moral pour le bien commun
    B- rapport à soi : notion d'honnêteté/ de franchise

J'aimerais aussi évoquer la promesse du point de vue du temps mais je ne sais pas comment l'insérer dans mon plan ? Promettre = un triomphe sur le temps, une confiance en l'avenir (peut-être pourrais-je l'iintégrer dans mon II- B ?)

Je n'arrive pas bien à distinguer les notions promesse contrat, sont-elles similaires ? J'aurais bien aimé parler de la notion du contractualisme de Hobbes mais je ne sais comment l'aborder pour qu'il réponde à la question.

Pour mon III, j'ai l'impression de sortir du sujet, je pense qu'il faudrait que je fasse la distinction entre "Pourquoi prometre" et "Pourquoi tenir sa promesse?"

Dans l'attente de vos éventuels retours et conseils qui pourraient étoffer et clarifer mon développement,
Merci 

P.S : si vous avez par hasard des oeuvres/ des supports littéraires à me conseiller qui traitent du thème de la promesse, je suis preneuse

Toujours pas de réponses ?

2

Pourquoi promettre ?

Bonsoir,

Est-ce un sujet de philo ?
Dans un premier temps je définirais le terme : engagement, serment...
Ensuite s'il s'agit d'examiner les causes et de les classer, un plan thématique serait le plus adapté.
Quelques pistes :
- engager l'avenir, quand le présent est insuffisant,
- certains groupes sociaux n'accueillent les impétrants que moyennant  promesse : chevalerie, franc-maçonnerie, voeux religieux...
- le serment, appel à une autorité supérieure, condamnation du parjure, engager son honneur
- donner un but, encourager l'effort, surmonter difficultés et découragement, persévérance, le contraire d'une promesse de Gascon ou d'ivrogne...
- la promesse en marketing fait vendre,
- les contrats permettent le développement économique en partageant les risques, en avançant des moyens qui font défaut,
- examiner en quoi le mariage est une forme de promesse complexe peut te permettre d'aborder tous les aspects de la question : contrat social, alliance entre des personnes qui nécessairement vont évoluer, engagement économique, moral, fidélité, sacrement religieux pour certains...
Tu peux examiner aussi le comment qui par certains côtés te ramènera au pourquoi : effort de rationalité, encadrement juridique, prise en compte de la maturité, de la liberté...

La Promesse de l'aube de Romain Gary
“Examine si ce que tu promets est juste et possible, car la promesse est une dette. ”
Confucius
"Aimer quelqu'un ne relève pas seulement de la puissance du sentiment mais d'une décision, d'un jugement, d'une promesse.”
Erich Fromm

Pourquoi promettre ?

Oui c'est un sujet de philo !

Merci beaucoup pour vos nombreuses propositions de pistes de réflexion. Le plan thématique me semble un choix judicieux.
Cependant, ne peut-on pas ici opter pour un plan type thèse-antithèse-dépassement ?
I- engagement vis-à-vis d'un être
II- conséquences de cet engagement
III- promesse : optimisme sur l'avenir

A moins qu'il ne faille pas aborder l'angle négatif de la promesse ? (un acte inconscient car implique de s'engager sur une action future qu'on ne contrôle, par définition, pas)

4

Pourquoi promettre ?

Le plan que tu proposes n'est pas dialectique.

5 (Modifié par zoeyy 21/02/2019 à 22:38)

Pourquoi promettre ?

Bonjour,

J'ai repris mon plan : je ne suis toujours pas convaincue par sa cohérence et le trouve encore trop incomplet. Je serais très reconnaissante si vous m'aidiez à reprendre ou à développer certains points. Merci beaucoup d'avance !

I- Promesse par nature aliénante & défectueuse car conditionnelle
A) Paradoxale : un pari sur l'avenir, contingente (peut ou pas se réaliser) Promettre sur quelque chose dont le contenu n'est peut-être pas réalisable ? Risqué, voire même signe d'inconscience !

B) Engagement lourd, contraignant. Mots qui subsitent, triomphent sur le temps et ne sont pas oubliés. Difficulté de la tenir,  la promesse est une dette” Confucius --> pas de 'retour en arrière'

C) Conditions pour l'efficacité promesse
- requiert temps + attention avant d'être prononcée “Examine si ce que tu promets est juste et possible"
- dans certains cas : nécessité d'une instance supérieure pour contrôler, faire pression = éviter fausses promesses (promesse de Gascon) --> encadrement juridique.
ex : pour le mariage
= liberté réduite/ on ne peut pas tout dire, car tout est entendu (pouvoir des mots)

II- Mais c'est justement la nature aliénante et les contraintes qu'elle impose qui donnent toute sa valeur à la promesse 
A) sur le plan moral : traduit effort altruisme, volonté fidélité union, signe de confiance
= Rassemble, réunit individus,
Ex :Pour être accepté, certains groupes sociaux n'accueillent les impétrants que moyennant  promesse : chevalerie, franc-maçonnerie, voeux religieux

B) Un moteur
- Donne élan à une activité La promesse en marketing fait vendre cf. Contrat markeeting créé "îlot de sûreté" offre une garantie, protège individus
- Pour soi-même : se donner un but = cf projection, Ex : les résolutions

6

Pourquoi promettre ?

Bonjour,

C'est la première partie qui me dérange dans sa formulation "Promesse par nature aliénante & défectueuse car conditionnelle".
Peut-être faudrait-il commencer par la nature de la condition humaine ? Notre vie s'inscrit dans la durée, nous sommes dans le présent, l'avenir est toujours incertain, c'est là qu'intervient la promesse comme tentative de contrôler le futur.
La promesse a aussi à voir avec ce que nous sommes : êtres de raison, de sentiments, libres, en construction, êtres de désir...
Nous sommes aussi des êtres sociaux et il faut gérer notre appartenance à divers groupes.
Enfin nous sommes des êtres spirituels dont l'avenir ne se limite peut-être pas à l'ici-bas, c'est du moins ce que professent les religions.