1

Différence entre "roman-Histoire" et "roman historique"

Bonjour,
Max Gallo impose un genre littéraire : le "roman-Histoire", alors, quelle est sa différence de "roman historique" ?
Merci d'avance

Différence entre "roman-Histoire" et "roman historique"

Il me semble qu'un roman historique est basé sur des faits historiques réels et donc nécessite pour l'auteur une recherche très documentée pour éviter les erreurs et les anachronismes. Exemple de roman historique: "Les rois maudits" de Maurice Druon. Impossible de tricher avec la réalité historique dans ce cas. Tous les personnages ont existé et tous les événements se sont bien déroulés tels qu'ils sont décrits.
Le roman-histoire ressemble à un roman historique, sauf qu'il ne repose sur aucune réalité historique. Tout est inventé. Exemple de roman-histoire: "La gloire de l'empire" de Jean d'Ormesson. L'empire dont il raconte l'histoire n'a jamais existé sauf dans l'imagination de l'auteur. Cela permet plus de liberté et évite la tâche fastidieuse de la recherche en documentation historique.
C'est un genre très à la mode aujourd'hui depuis que le cinéma s'est emparé du genre avec des séries comme "Game of thrones" par exemple.

Différence entre "roman-Histoire" et "roman historique"

Exemple de roman historique: "Les rois maudits" de Maurice Druon. Impossible de tricher avec la réalité historique dans ce cas. Tous les personnages ont existé et tous les événements se sont bien déroulés tels qu'ils sont décrits.

Quoique...
https://www.histoire-pour-tous.fr/livre … onges.html

4 (Modifié par Philip 04/04/2019 à 02:32)

Différence entre "roman-Histoire" et "roman historique"

Les personnages, les lieux, les faits, les dates restent tout de même incontestables. Néanmoins l'auteur peut avoir son interprétation personnelle de ces événements. L'histoire n'est pas figée. Les historiens ne sont pas tous forcément du même avis sur les événements ou la politique menée par tel ou tel roi.
Et puis les conversations personnelles entre Isabelle et Robert d'Artois n'ont pas forcément été retranscrites à la virgule près, même si l'intention reste la même. Aucun document n'atteste non plus que Robert d'Artois berçait le tout jeune Edouard III, âgé de 2 ans, sur ses genoux, en 1313, au début du roman. C'est quand même une oeuvre de fiction malgré tout.
Quant au conflit entre Mahaut et Robert d'Artois, il était bien réel. Il y a même eu plusieurs procès que Robert d'Artois a perdus. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il serait passé du côté des anglais et aurait provoqué la guerre de cent ans en incitant Edouard III à réclamer le trône de France qui lui revenait de par sa mère, Isabelle, la dernière descendante de Philippe Le Bel. Robert d'Artois s'est battu au côté des anglais à la bataille de Vannes où il est mort en 1342 (Georges Bordonove: "Les Valois", éditions Pygmalion).
Finalement on peut dire qu'Edouard III est le dernier descendant capétien en ligne directe par sa mère, Isabelle et donc le seul prétendant au trône de France. Alors? Philippe VI de Valois a-t'il usurpé le trône de France? 
Philippe Le Bel a bien permis la sortie du système féodal notamment par sa politique fiscale, mais son père, Philippe III Le Hardi y avait aussi contribué avant lui. Et de toute façon la féodalité était condamnée avec la fin des croisades et la mort de Saint Louis en 1270. C'était un système qui ne fonctionnait plus parce que les rois cherchaient à renforcer le pouvoir central par l'impôt. Ils se heurtaient ainsi à la puissance des anciens seigneurs qui cherchaient à préserver leur pouvoir.
La mort de Jean le Posthume, fils de Louis X le Hutin, et celle de Marguerite de Bourgogne peuvent aussi se discuter. Mais on ne pourra jamais rien prouver de tangible.
Enfin la malédiction des templiers et la phrase de Jacques de Molay sont peut-être une légende, mais il n'en reste pas moins que Philippe Le Bel les a bien éliminés parce qu'ils étaient devenus trop riches et trop puissants. Ce n'est pas de la propagande des historiens du XIXème siècle. Aujourd'hui c'est devenu une mode de les critiquer. Il y a des points sur lesquels ils ont raison et d'autres qu'il faut réviser à la lueur des recherches historiques récentes. Mais ne rejetons pas tout ce qu'ils affirment. Néanmoins on peut avoir des avis divergents comme en politique.