1 (Modifié par seesaw 22/01/2019 à 18:20)

Fīnīre (latin) > fenir (ancien français)

Bonjour,

Je me demandais comment un [ i ] long qui normalement a donné [ i ] au 3e siècle a pu finir en [e] en ancien français :
1) la voyelle [ i ] en initial atone est généralement restée [ i ]
ex : filare > filer
2) la nasale à droite du [ i ] en syllabe ouverte n'imprime que peu ou pas de changement :
ex. : vicinu > voisine (le [ i ] est resté tel quel après la dénasalisation... vers le XVIe ?)

A quoi cela est-il dû?
1)Est-ce dû ) une réfection analogique sur l'exemple de verbes comme "tenir" ou "venir" par ex.?

2) Est-ce lié à l'influence d'un dialecte ? lequel?

3) ou alors, tout simplement, le [ i ] était court et les sites qui le mettent longs se trompent?

Je pencherai pour la première solution mais vraiment pas sûr.

Fīnīre (latin) > fenir (ancien français)

L'i initial suivi d'un autre i accentué aboutit au e neutre par dissimilation (en passant par le e fermé).
divinu > devin, divisa > devise, viticula > veïlle > veille, etc...

finir a sans doute été influencé par finer, beaucoup plus fréquent aux XII-XIIIèmes

Fīnīre (latin) > fenir (ancien français)

Parfait!

Merci beaucoup!