1

"De" ou "de la, du, de l'" devant un nom qui en détermine un autre

Pourquoi faut-il écrire "le musée de la paix" ou "la journée de la femme" plutôt que "le musée de paix" ou "la journée de la femme" alors qu'on doit dire "un film de guerre" "un cours de biologie" etc. ?

Merci!

"De" ou "de la, du, de l'" devant un nom qui en détermine un autre

Ça alors ! s'il n'y avait pas les étrangers étudiant notre langue, voilà le genre de questions qu'on ne se poserait jamais
Désolée Mac Connell (es-tu écossais ?) je ne vois pas de réponse L'usage, sans doute

3

"De" ou "de la, du, de l'" devant un nom qui en détermine un autre

Pourquoi faut-il écrire plutôt que "le musée de paix" ou "la journée de la femme" alors qu'on doit dire etc. ?

Bonjour McConnel,

   il me semble que la réponse est contenue dans ta question :

* le musée de la paix / la journée de la femme : il s'agit d'un musée bien précis, d'une journée bien spécifiée => article défini ; par ailleurs les termes la paix / la femme sont pris au sens général et universel => article défini pour paix et pour femme
* un film de guerre / un cours de biologie : on présente ici une manifestation non spécifique => article indéfini pour film / cours, mais on pourrait dire un film sur la guerre / un cours sur la biologie car, ici aussi, guerre / biologie ont un sens de globalité => article défini pour le sujet du film ou la matière du cours.

4

"De" ou "de la, du, de l'" devant un nom qui en détermine un autre

Chez nous, la différence entre la journée de la femme et une journée de femme s'avère plus que frappée : lors de la journée de la femme, les hommes font la cuisine et la vaisselle tandis que... une journée de femme, c'est que les femmes doivent tout faire

Plus sérieusement, une journée de femme me semble se distinguer avec d'autres types de journée (une journée d'étudiant par exemple ), on met l'accent plutôt sur femme que sur journée, je considère de femme comme complément de caractérisation du nom journée. Ex : Une journée de femme est souvent bien remplie, entre foyer et boulot.

Par contre, dans la journée de la femme, il s'agit à mon avis de la femme avec un grand F, et on semble mettre l'accent sur journée pour faire véhiculer l'idée que cette journée est dédiée à la femme (aux femmes).

"De" ou "de la, du, de l'" devant un nom qui en détermine un autre

Bien sûr ! voilà qui est clairement expliqué....... et j'aurais dû pouvoir le faire aussi 

"De" ou "de la, du, de l'" devant un nom qui en détermine un autre

Bonsoir à tous,

En complément de ce qui a déjà été dit, j'ai trouvé quelques explications supplémentaires :

Un complément de caractérisation peut devenir un complément déterminatif dès que reparaît un déterminant : un tablier de boucher, le tablier du [= de le] boucher.
Source : -http://fr.encarta.msn.com/encyclopedia_761589061_2/complément_(grammaire).html (3ème paragraphe avant la fin de page)

Un nom satellite d'un autre nom. La suppression du déterminant a souvent lieu lorsque le syntagme nominal est complément de nom du type « complément de caractérisation », prépositionnel ou non (nom apposé), ce qui est logique puisque le complément de caractérisation est toujours virtuel :
Une cabane de gardian, un pull-over en laine, un train à grande vitesse, une chaise pour enfant, un cassoulet maison… Je vous présente Léonard, médecin à Marseille...
On peut également comparer : Le bonnet de ma grand-mère / Le bonnet de coton.
Le premier syntagme nominal renvoie à deux référents distincts (« bonnet » et « ma grand-mère »). Le second, ne renvoie qu'à un seul, puisque seul le mot « bonnet » est actualisé (le nom « coton » ne l'étant pas, il ne désigne aucun référent).
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9te … grammaire)

Le complément de nom prépositionnel peut être soit complément déterminatif, soit complément caractérisant. Lorsqu'il est complément déterminatif, le complément de nom prépositionnel est ordinairement actualisé par un déterminant, par conséquent, il possède un référent distinct de celui du nom noyau. Au contraire, lorsqu'il est complément caractérisant, le complément de nom prépositionnel n'est généralement pas actualisé, par conséquent, il ne possède pas de référent distinct de celui du nom noyau :
Une boîte pour mes chaussures. Une boîte à chaussures.
Le nom « chaussures », complément prépositionnel du nom « boîte », est un complément déterminatif dans le premier exemple (présence du déterminant possessif « mes »), et un complément caractérisant dans le second (absence de déterminant).
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Syntaxe_du_nom

Pour bien comprendre ces extraits, il faut lire ce passage :

Nom virtuel et nom actuel

Or, lorsqu'un nom est isolé, qu'il est indépendant d'une parole, d'un discours, d'un contexte, ce nom est dit virtuel, parce qu'il n'est pas encore mis en relation avec un référent déterminé. Par exemple, le même mot livre, pris dans le dictionnaire cette fois, peut virtuellement désigner un livre quelconque, parmi les innombrables livres existants (y compris, bien sûr, celui qu'Amédée est en train de lire dans l'exemple précédent). En revanche, dès lors que ce même nom est mis en relation avec d'autres mots du discours, qu'il joue un rôle dans la syntaxe, qu'il participe à un acte de communication, qu'il est en mesure de désigner un référent, un tel nom n'est alors plus virtuel, mais actuel.

Le déterminant a pour rôle principal de participer à l'actualisation d'un nom, c'est-à-dire, d'annoncer que ce nom n'est pas virtuel, mais est en relation avec un référent :
Un panier à fruits / Un panier pour les fruits que j'ai achetés.
Dans ces deux syntagmes nominaux, le nom complément « fruit », est virtuel dans le premier exemple (pas de déterminant, pas de référent propre) et actuel dans le second (présence du déterminant « les », et référent propre).
L'actualisation d'un nom par le déterminant est souvent aidée par divers éléments syntaxiques appelés expansions ou satellites du nom noyau. Il peut s'agir d'adjectifs épithètes, de noms compléments de nom, de subordonnées relatives, comme dans l'exemple précédent (« les fruits que j'ai achetés »)...
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9te … grammaire)

En résumé :
- Dans Un film de guerre, "de guerre" est un complément de caractérisation, (absence de déterminant ; "guerre" est virtuel).
- Dans, Le film de la guerre, "de la guerre" est un complément déterminatif, (présence d'un déterminant ; guerre est actuel).   

Muriel

"De" ou "de la, du, de l'" devant un nom qui en détermine un autre

Bonsoir à vous !

Je vais expliquer un peu autrement.
Les deux formules ressortissent aux compléments DU NOM.
Ceux-ci sont de DEUX SORTES :
* Le lait DE LA CHÈVRE. Le lait DE CHÈVRE.

1 LES COMPLÉMENTS DE RELATION, qui expriment une POSSESSION au sens large. (Ce sont les compléments déterminatifs.)
* Le R.E.R. est l’Orient-express DU PAUVRE. (Télé)
* Au temps heureux DES CADRANS SOLAIRES, il n’y avait pas l’ombre D’UNE EXACTITUDE. (Albert Willemetz)
* Au Paradis, tu seras à la droite DU SEIGNEUR. – C’est normal, c’est la place DU MORT. (Pierre Desproges)
* Le fruit D’ÈVE fendu. (Jean Cocteau)

CONSTAT : ils ont tous un déterminant, à l’exception de Ève, qui, en tant que nom propre, n’en a pas besoin ; ils ont donc tous un référent.

2 LES COMPLÉMENTS DE CARACTÉRISATION, qui expriment une QUALITÉ du support, comme le ferait une épithète.
* J’ai résolu mon problème DE STATIONNEMENT : j’ai acheté une voiture bien garée. (Henny Yougman)
* L’amour platonique est un volcan SANS ÉRUPTIONS.  (André Prévot)
* L’exorcisme est un métier D’ENFER. (Télé)
* Une femme SANS GRÂCE est un appât SANS HAMEÇON. (Julie de Lespinasse)
* Le médium cherche une courroie DE TRANSMISSION DE PENSÉE. (Pierre Dac)

CONSTAT :
- Aucun déterminant, donc absence de référent.
- Le complément peut souvent être remplacé par une épithète.
→ Un volcan éteint.
→ Un métier infernal.
→ Une femme d’esprit. → Une femme spirituelle.
→ Un piano à queue. → ° Un piano caudal.

OBSERVATION
Le premier nom (avec un article indéfini) sert parfois de déterminant indéfini au second :
* Un flot de paroles. Une foule de gens.

"De" ou "de la, du, de l'" devant un nom qui en détermine un autre

Ne soyez pas triste Léah, en lisant le premier message de cette discu, je me suis dit la même chose que vous!!!!

"De" ou "de la, du, de l'" devant un nom qui en détermine un autre

Bonjour.

J'ai une question qui s'adresse aux spécialistes Muriel H.  et  Edy dont j'ai lu quelques interventions sur le forum.

Edy nous dit :

"OBSERVATION :
Le premier nom (avec un article indéfini) sert parfois de déterminant indéfini au second :
* Un flot de paroles. Une foule de gens."

(fin  de citation)

Question : le premier nom ne peut-il également servir de déterminant DEFINI au second ?

Exemple :

"Le montant d'impôt que réclame le fisc est élevé."

Il me semble que, dans cet exemple, le nom "impôt" est totalement déterminé.

Qu'en pensez-vous ?

"De" ou "de la, du, de l'" devant un nom qui en détermine un autre

Bonjour, John !

On distingue deux situations :
1
* UNE foule de gens vous le DIRONT.
Parce que "une foule" est considéré comme un déterminant indéfini, avec le sens de "Beaucoup de gens vous le diront". C'est l'idée de nombre qui l'emporte ; on fait donc l'accord avec le second nom.

Autres exemples de Grevisse :
* UNE multitude d'oiseaux se MIRENT à chanter. (Sartre)
* UN tas de gens SEMBLAIENT avoir oublié jusqu'à l'usage du sommeil. (Aragon)

On rencontre beaucoup moins fréquemment l'accord avec le nom complété, le premier.
* UNE multitude de sauterelles A / ONT infesté ces campagnes. (Littré)
* UNE foule de malades ACCOURAIT. (Maupassant)

2
L'accord avec le nom complété, le premier, doit se faire lorsqu'il est précédé d'un article défini, d'un déterminant possessif ou d'un déterminant démonstratif.
* LA foule des ignorants EST grande.
* MA troupe de comédiens vous AMUSERA.
* CETTE bande de moineaux s'ENVOLERA.
→ LE montant de L'impôt réclamé par le fisc EST grand.
→ LE montant DES impôts réclamés par le fisc EST grand.

Dans votre exemple, le premier nom est bel et bien déterminé : LE ; d'où l'emploi du singulier pour le verbe.
L'impôt est aussi déterminé grammaticalement : L' / DES (= de les), dans les deux transformation que j'ai faites.

Quant à votre phrase, je l'ai donc un peu modifiée parce que, l'impôt étant déterminé (ainsi que vous l'écrivez), il convient de lui coller aussi un article défini. En écrivant "d'impôt", vous faites du complémernt un complément de caractérisation (comme dans "fromage de chèvre") et ce n'est pas cela que vous voulez exprimer.