Vicinu > voisin

Non : Éliduc a été calomnié par des gens jaloux de sa réussite, et le roi a cru les accusations de ces derniers sans permettre à Éliduc de se justifier.

D'où le passage :
Soventesfeiz requist le roi
Qu'il escundit de lui preïst.

- escundit est un nom qui désigne ici une procédure solennelle de justification contre des accusations. C'est un terme du langage judiciaire.
- preïst est le subjonctif imparfait du verbe prendre, dont l'emploi est voisin de celui du FM "prendre" dans l'expression "prendre un arrêté". Mais on ne dit pas "prendre une procédure", c'est pourquoi j'ai dû changer de verbe en FM et adopter "consentir", en me basant sur la traduction de P. Jonin. J'ai malgré tout préféré construire le verbe directement. 
 

En mot à mot : "A plusieurs reprises, il demanda au roi qu'il (= le roi) prît de lui (= Éliduc) une procédure de justification"

D'une manière générale, je ne me permets pas de changer la nature des mots dans mes traductions.

Vicinu > voisin

Merci beaucoup jacquesvaissier.